Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 23:35

 Le conseil général de Corrèze a reçu 12,3 M€ des 170 M€ alloués au fonds de soutien exceptionnel aux départements. 

Selon un document confidentiel, le département de François Hollande est celui qui a le plus bénéficié des subventions d’un fonds d’aide exceptionnel créé fin 2012. Levée de boucliers à droite.

Un texte voté en décembre 2012 crée un fonds exceptionnel de soutien aux départements en difficulté. Or, selon un document interne du ministère de la Décentralisation, le principal bénéficiaire de ce fonds d'aide n’est autre que la Corrèze, l’ancien fief de François Hollande, qui a empoché à lui seul 12,3 M€, 15% de l’enveloppe globale. Suivi (hors DOM-TOM) du Tarn (PS, 9 millions), de la Nièvre (PS), des Ardennes (UMP), du Gers (PS) et du Lot-et-Garonne (PS, chacun 4 M€).

Le ministère chargé de la Décentralisation : «On avait anticipé ces critiques»

De quoi susciter le scepticisme à droite et au centre, où l’on dénonce le manque de transparence des critères d’attribution retenus par l’Etat. Certains soulignent que sur les 29 départements sélectionnés, seule une poignée est gérée par la droite. « Subventions discrétionnaires », « copinage », « arbitraire », les critiques pleuvent. Sans parler de celles déplorant que les départements les moins rigoureux et les plus endettés se trouvent de facto récompensés. « On avait anticipé ces critiques, c’est pourquoi nous avons sollicité l’aide de l’Inspection générale de l’administration, se défend-on au ministère chargé de la Décentralisation. Les inspecteurs ont déterminé une série de critères financiers et sociaux qui sont incontestables. » Parmi eux, le niveau d’endettement, la capacité d’autofinancement, la volonté de se désendetter, l’importance et le dynamisme des dépenses sociales…

En outre, comment s’étonner de la surreprésentation de la gauche puisque la majorité des départements qui avaient fait une demande d’aide sont détenus par la majorité d’aujourd’hui ? Du côté de la Corrèze, on tient aussi à préciser : « Lorsqu’en 2008 François Hollande a pris la présidence du conseil général, il s’est retrouvé à la tête d’un des départements les plus endettés et ce, en raison de la gestion de la majorité UMP précédente.

Le poids de notre dette vient essentiellement de ces années-là », souligne Jacques Spindler, directeur de cabinet du président du conseil général. La parole est désormais à la Cour des comptes, qui doit contrôler ce dispositif.

Et au gouvernement, qui remettra au Parlement d’ici à la fin de l’année un rapport sur la mise en œuvre de ce fonds exceptionnel.

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie