Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 02:45

En organisant le déni de réalité et en refusant d’appeler les choses par leur nom, les ministres se condamnent à ne pas désamorcer les bombes à temps.

Par Nicolas Nilsen.

pipe_magritte

Mes fidèles lecteurs me pardonneront de revenir sur cette courbe, mais elle m’a vraiment obsédé ces derniers jours. Elle donne en effet la mesure exacte de l’aveuglement de nos politiques. Comme vous le savez, cette courbe a été publiée jeudi dernier, 28 novembre, par l’INSEE (la DARES). Elle s’intitule — (car c’est ainsi, belle Marquise, qu’à la Cour désormais on appelle la courbe du chômage) — « courbe des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C, D et E en données corrigées des variations saisonnières et en milliers »… Si j’y reviens à nouveau, c’est que cette formulation banale — à laquelle plus personne ne prend garde — pose pour moi un problème sémantique massif.

courbe_emeutes

Ils ont perdu le sens même des mots !

Avec leur propagande et leurs contorsions verbales, nos politiques en leurs Palais dorés se sont tellement habitués aux formules creuses, aux euphémismes et aux périphrases, qu’ils ont vidé les expressions de leur sens : ils ne disent plus chômeurs mais « demandeurs d’emploi ». Ils ne parlent plus de chômage comme une réalité, mais de « catégories A, B, C, D, E »… Pour désamorcer les bombes — et surtout anesthésier l’opinion avec la complicité des médias — ils banalisent tout pour ne surtout pas voir la réalité en face car ils en ont peur.

Ainsi ils ne disent plus « courbe du chômage » mais … « courbe des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C, D et E en données corrigées des variations saisonnières et en milliers »Ça fait tout de même plus élégant ! Et mettre « en milliers » ça évite d’afficher des « millions » – voyons des millions de chômeurs ? en France ? mais vous n’y songez pas mon cher.

Nous, en nos Palais, les chômeurs — pardon, les demandeurs d’emploi — nous ne comptons que par milliers, et encore nous les divisons en quatre catégories. Et d’ailleurs, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais nous ne comptabilisons pas les chômeurs des DOM. Pensez-donc, cela ferait vraiment tache ! (*)

La « courbe des prochaines violences urbaines » !

Pour réveiller les politiques, je pense qu’il ne faudrait même pas dire « courbe du chômage » mais dire carrément : « courbe de l’explosion sociale » ou « courbe de la colère des laissés pour compte », ou « courbe des jeunes abandonnés qui vont devenir violents » ou — c’est d’ailleurs la formule que j’adopterai — « courbes des prochaines émeutes urbaines »…

Alors peut-être les ministres se réveilleraient-ils ? Mais ils sont dans leurs palais dorés ou dissimulés derrière les vitres fumées de leurs limousines et donc ils ne voient rien, n’entendent rien, et ne comprennent rien. En organisant ce déni de réalité et en refusant d’appeler les choses par leur nom, ils se condamnent à ne pas désamorcer à temps les bombes. Elles leur exploseront donc à la figure. Et ce sera tant pis pour eux. Des jours sombres sont devant nous… Comme disait Bob Dylan : « It’s a hard rain’s a gonna fall »…

Pour vous, cette courbe s’inverse-t-elle ?

Je vous rappelle que la courbe qui est sur l’image bleue — allez, je vous la remets pour que vous l’ayez sous les yeux…

courbe_emeutes
.
… cette courbe est la courbe officielle publiée le 28 novembre par la DARES. Ce n’est pas moi qui l’ai tracée mais les statisticiens de l’INSEE. Ce sont eux qui donnent, pour le total des catégories A, B, C, D et E, le chiffre de 5 828 400 chômeurs en octobre 2013. Là encore, appelons un chat un chat : 5 828 400 « demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C, D et E en données corrigées des variations saisonnières et en milliers » c’est en réalité « 6 millions de chômeurs » !

Et c’est cette courbe qui fait dire à Hollande qu’on est « sur la bonne trajectoire » et à Najat Vallaud-Belkacem qu’ « une courbe qui commence à plier, c’est une réalité qui commence à s’inverser ». Non mais regardez la forme de la courbe ! Et regardez aussi attentivement les chiffres (en milliers) qui sont sur l’axe de gauche : en octobre les gens de la DARES ont mis « 5 700″, mais le chiffre exact est 5 828 400. Et 5,8 millions de chômeurs c’est presque 6 millions !

Voilà le chiffre qu’ils devraient donner. Pour se réveiller ! Eh bien non, ils prétendent que la courbe s’inverse, que la tendance est bonne et que ça s’améliore. Et ils occupent le Parlement avec les rythmes scolaires, la prostitution, le mariage gay, Léonarda, le racisme, et je ne sais quoi… Vous savez quoi ? Je pense qu’ils sont pathétiques.

Et les chômeurs des DOM ?

(*) À propos des chômeurs des DOM : en octobre 2013, le nombre de chômeurs de catégories A, B et C s’élevait à 4 833 000.

Mais le Gouvernement précise que ce chiffre ne concerne que la France « métropolitaine » : avec les DOM, il s’élève à 5 182 500. Je ne savais pas que le gouvernement était raciste au point de distinguer les chômeurs selon qu’ils sont DOM ou « métropolitains ».

Pour moi, un chômeur est un chômeur quelle que soit la couleur de sa peau. Et donc il faudrait ne donner qu’un seul chiffre, sans distinction d’origine ! Est-ce qu’on comptabilise à part les « ministres métropolitains » ?

Est-ce qu’ils oseraient compter Madame Taubira à part dans le gouvernement ? Quelle honte. Qu’ils arrêtent de parler de « chômeurs métropolitains » et de « chômeurs des DOM » !


Sur le web.

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage