Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 03:52

demission-de-la-republique

Cette semaine, j’ai été frappé par la convergence de trois articles parus dans le Point :

  • « Malek Boutih : Des élus locaux corrompus ont pactisé avec les gangsters et les islamo-nazis« ,
  • « Philippe Esnol : On a reçu l’ordre de fermer les yeux sur le port de la burka«

 

  • « Chronique d’une radicalisation quotidienne« ,

Ces trois articles démontrent la gravité de la situation, conséquence de l’irresponsabilité de nos élites. En voici de courts résumés

Malek Boutih dénonce des élus qui pactisent avec les islamistes

« Je vais être très clair. Au sein du PS,  je serai désormais sans concession avec les élus corrompus qui passent des deals avec les voyous et les communautés par électoralisme. Il faut qu’on fasse le ménage dans nos rangs. Nous ne pouvons plus laisser prospérer les supermarchés de la drogue dans nos cités dont on voit qu’ils entretiennent des filières où gangsters et islamo-nazis se donnent la main. C’est vrai dans les villes de gauche comme dans les villes de droite ou dans les villes UDI qui pactisent avec les dieudonnistes comme en Ile-de-France ».

« Nicolas Sarkozy a bien géré la situation. Le PS va avoir du mal à dire que c’est un fasciste. Je constate un autre retournement : en trois jours, les élus, les policiers, l’État, les impôts qui paient tout ça, là, plus personne ne conteste leur légitimité. Tout cela devient respectable. Il était temps ».

J’ai toujours eu une admiration pour Malek Boutih qui, pour un socialiste, s’est toujours montré d’une notable ouverture d’esprit et qui n’utilise jamais la langue de bois. C’est si rare !.

Un sénateur PS enfonce le même clou que Malek Boutih

En octobre 2013, le sénateur Philippe Esnol quitte le Parti socialiste avec fracas. L’ancien maire de Conflans-Sainte-Honorine, désormais inscrit chez les radicaux de gauche, rejoint les propos alarmants de Malek Boutih sur la montée du fondamentalisme religieux et la complicité de certains élus.

 

« Malek Boutih a tout à fait raison. J’ai pu le constater notamment à propos du port de la burka. Il y a huit mois, alors que j’étais encore maire de Conflans-Sainte-Honorine (la ville a basculé à droite en mars 2014, NDLR), j’ai reçu la visite du procureur de la République qui m’a confié que des ordres avaient été donnés pour qu’on ferme les yeux sur le port de la burka afin de ne pas reproduire les émeutes qui, à la suite d’un contrôle de police, avaient mis le feu à Trappes à l’été 2013. J’ai interpellé Najat Vallaud-Belkacem au groupe PS sur cette question à l’époque où elle était ministre du Droit des femmes, au moment où l’on examinait la loi sur l’égalité femmes-hommes. L’égalité salariale, très bien, mais la condition des femmes dans les banlieues, quand en parle-t-on ? Ma question ne lui a pas plu. Elle a botté en touche. Avez-vous déjà fait un tour sur un marché à Mantes-la-Jolie ? C’est l’Arabie saoudite ! Une femme non voilée s’y sent mal à l’aise. J’ai été l’un des premiers au PS à défendre, avec Manuel Valls, l’interdiction de la burka. À l’époque, nos camarades socialistes nous traitaient d’ »intégristes laïques »… »

La radicalisation au quotidien dans nos écoles …

Une professeur de philosophie qui a enseigné vingt ans dans divers établissements de l’Essonne témoigne de la dégradation de la mentalité des élèves :

« Le tournant, pour moi, c’est le 11 septembre 2001 : cela a délié une parole jusque-là retenue, du moins devant les enseignants. Lors du vote pour élire les délégués de classe, début octobre 2001, plusieurs bulletins de vote portaient le nom de Ben Laden. Quand je m’en suis offensée, des propos de haine ont fusé : C’est bien fait pour les Américains ! puis à notre encontre : Il faut foutre le feu à cette ville ! Afin de susciter la réflexion, leur réflexion, la semaine suivante, j’ai distribué un texte de Platon sur la démocratie. Deux élèves ont refusé de le prendre, l’un des deux l’a jeté par terre et, en sortant, s’est essuyé les pieds dessus. Le cours suivant fut très dur, il a commencé par des insultes contre « les juifs chrétiens », puis un refus de travailler et de nouveau il faut foutre le feu dans cette ville et autres propos violents. Le ton est monté entre nous et à la fin du cours ils ont réussi, après la sortie de tous les élèves, à se positionner devant la porte pour que je ne puisse pas sortir. Là, ils m’ont insultée en me tutoyant et en me traitant plus bas que terre, faisant sans cesse un geste du pouce autour du cou et en me disant : On te retrouvera. L’administration du lycée a convoqué la commission disciplinaire, aucun des parents n’est venu, ni même le second élève. Je suis aussi allée porter plainte au commissariat qui n’a pris qu’une main courante« .

« A la même époque travaillait au lycée un surveillant de confession musulmane qui veillait à ce que les filles musulmanes ne soient pas maquillées et à ce qu’aucun élève musulman n’utilise les distributeurs de café pendant le ramadan. Il conseillait à nos élèves de ne pas se rendre en cours de philosophie, car, disait-il, on ne parle que de philosophes juifs comme Spinoza. Jamais ce surveillant ne regardait les professeurs femmes dans les yeux quand nous nous rendions dans son bureau. Tout le monde était au courant de cette attitude, mais personne n’a osé intervenir par crainte de « mettre la ville à feu et à sang ».

« À partir de 2007-2008, de plus en plus de jeunes filles arrivaient voilées au lycée et il fallait parfois passer dix minutes de cours pour leur faire enlever ce voile qu’elles remettaient dès que je me retournais pour écrire au tableau. Beaucoup de mes collègues ont renoncé à ce combat.   Peut-être aurait-il fallu dès le début sévir de façon plus efficace : un conseil de discipline plutôt qu’une simple commission disciplinaire. Le surveillant aurait dû être renvoyé, ce qui aurait peut-être empêché par la suite que nos cours soient contestés. Plus de fermeté et plus d’unité dans le corps enseignant auraient permis de mieux lutter contre les propos homophobes et antisémites. C’est le laisser-faire et l’impunité qui ont permis cette escalade. »

La responsabilité de nos élites, ou réputées telles, est énorme dans l’état alarmant de la cohésion nationale.

  • La gauche est responsable au premier chef. Depuis des décennies, elle a prôné la culture de l’excuse, fait preuve de laxisme dans la Justice. Dans l’opposition, elle dénonçait la moindre tentative de restauration de l’autorité en hurlant à la lepénisation des esprits ! Au nom de la non-stigmatisation des immigré, elle interdit tout débat sur l’immigration depuis plus de vingt ans. Rappelez-vous, comment la gauche avait torpillé le débat sur l’identité française qu’avait tenté de lancer Eric Besson. Qui peut nier, aujourd’hui, la nécessité d’un tel débat ?
  • La droite n’est pas en reste mais surtout par lâcheté. Depuis mai 68, elle s’est pliée à la morale socialiste. Et, en son sein même, les germes de la démission, du « laisser aller » et du « laisser faire » sont présents. Nathalie Kosciusko-Morizet, Chantal Jouanno qui a quitté l’UMP pou l’UDI sont des exemples typiques de ces « bobos de droite » !
  • Les médias portent aussi une lourde responsabilité. Leur proximité avec les thèses de gauche, leur tendance au politiquement correct entrainent une absence de traitement des vrais problèmes de la France. Le fait que Philippe Tesson vienne d’être proprement viré du Point pour un simple dérapage verbal, après l’éviction d’Eric Zemmour d’iTélé, pour des propos qu’il n’avait même pas tenus, ne sont que l’illustration de la dégénérescence d’une grande partie de la presse française.

Laxisme de la Justice, perte de toute autorité à l’école, viols de la laïcité dans les services publics, compromission des élus avec l’islamisme pour acheter la paix sociale dans leurs quartiers et pire, pour assurer leurs ré-élections, presse partisane pratiquant quotidiennement l’auto-censure, autant de cancers qui gangrènent la société française.

Il faut se reprendre d’urgence, mais n’est-il pas trop tard ?


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/01/17/la-demission-de-la-republique-face-a-lislam-radical-et-a-limmigration-de-masse/#lZEPrR1wdLUeYliq.99

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société