Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 01:27

Le jour où la zone euro va péter, cela risque d’être terrible! Et pour ceux qui regardaient en direction des colonnes de l’Acropole se trompent de direction, c’est peut être la Finlande qui risque de signer la mise à mort de la zone euro…

Elle en a marre la Finlande, comme la France ou encore l’Allemagne de casquer pour les banquiers et les autres pays, surtout avec la proposition de Chypre qui actuellement est à la tête de l’union européenne, mais cela, c’est dans l’article suivant…

http://go.hrw.com/atlas/norm_map/finland.gif

HELSINKI – La Finlande préfère se préparer à sortir de l’euro plutôt que payer les dettes des autres pays de la zone euro, affirme la ministre des Finances Jutta Urpilainen, vendredi dans le quotidien financier Kauppalehti.

La Finlande s’est engagée à être un membre de la zone euro et nous estimons que l’euro est bénéfique pour la Finlande. Toutefois, la Finlande ne s’accrochera pas à l’euro à n’importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie unique européenne, déclare-t-elle.

La responsabilité collective pour les dettes (…) et les risques d’autres pays n’est pas ce à quoi nous devons nous préparer, ajoute-t-elle. 

Un porte-parole de la ministre, Matti Hirvola, a ensuite tenu à préciser que toute affirmation selon laquelle la Finlande allait quitter l’euro était simplement fausse.

Mme Urpilainen a reconnu dans un entretien accordé au quotidien finlandais Helsingin Sanomat publié jeudi que la Finlande, un des derniers pays de la zone euro a bénéficier d’une note de crédit triple A, représentait une ligne dure à l’égard des plans d’aides financières.

Nous sommes constructifs et nous voulons régler la crise, mais pas à n’importe quelles conditions, affirmait-elle.

Helsinki a fait part de sa réticence à permettre au Mécanisme européen de stabilité (MES) d’acheter des obligations sur le marché secondaire dans le cadre de l’accord intervenu la semaine dernière lors d’un sommet à Bruxelles où ont été annoncées des mesures fortes destinées à soutenir les pays actuellement chahutés par les investisseurs (Espagne et Italie).

L’an dernier, Helsinki avait exigé et obtenu, lors du deuxième plan d’aide à la Grèce, de conclure un accord bilatéral avec Athènes lui garantissant de récupérer les sommes avancées.

Jeudi, la Finlande a annoncé l’ouverture prochaine de négociations bilatérales avec l’Espagne pour l’obtention du même type de garanties en échange de sa participation au plan de sauvetage des banques ibériques.

Source: Romandie

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie