Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 02:00

La France condamne la peine de mort : c’est un mensonge !

La France condamne la peine de mort mais pas les Français.

La justice en France ne tourne pas rond, elle est même carrément vacillante !

Quel magistrat pourrait expliquer pourquoi on a gardé en prison durant 38 ans Philippe El Shennawy, un braqueur de banque qui n’a pas de sang sur les mains ?

Un braqueur à qui on rend un semblant de liberté muni d’un bracelet électronique pour deux ans avec une fin de peine en 2032, alors qu’on libère après avoir exécuté seulement la moitié de leur peine, un Alain Pénin et bien d’autres violeurs et assassins et cela sans port d’un bracelet électronique ni d’aucune astreinte à une surveillance quotidienne.

Est-ce que le vol d’argent et plus condamnable que le vol d’une vie ?

Selon l’Union Syndicale des Magistrats les statistiques indiqueraient que la liberté conditionnelle conduirait, en général, vers la non récidive !

Peut-être ? Mais ce « en général » a coûté la vie à Anne-Lorraine, Pascale, Natacha, Laetitia, Agnès et à combien d’autres victimes ? Par miracle pas à Sylvie Peromingo. **Dans notre beau pays on est particulièrement fier d’appliquer le principe de précaution sur un tas de sujets susceptibles d’être nuisibles pour notre santé…mais pas sur celui de la récidive, plus que nuisible pour notre vie !.

Ce principe de précaution voudrait qu’on ôte toute possibilité de récidiver au violeur et à l’assassin. Soit en l’éloignant définitivement, soit en l’éliminant, puisque nous sommes confrontés à l’impossibilité ni de le soigner ni de la castrer.

Et c’est là l’essentiel ?

Le but final d’une justice n’est-il pas la protection des biens et des personnes, de la veuve et de l’orphelin, des enfants et des vieillards, etc. ?

Avant il y avait le bagne et la peine de mort.

Nos humanistes des beaux quartiers, notre intelligentsia gauchiste, les ont supprimés sans que le peuple français n’ait jamais été consulté par referendum.

Quelle idéologie humanitaire nous oblige à laisser vivre de tels êtres malfaisants ? Ne doit-on pas abattre les bêtes sauvages lorsqu’elles nous attaquent ?

Que l’on soit moins sanguinaire que les assassins, je peux le concevoir. Donc ni guillotine, ni garrot, ni chaise électrique, ni spectacle, ni représentation publique…une simple injection anesthésique, identique à celle qui nous est coutumière, à nous innocents.

Le gouvernement et les parlementaires, qui ne représentent plus les citoyens qui les ont élus, ont préféré éviter de proposer ce référendum car ils étaient certains de leur réponse.

 

Ils se seraient prononcés «pour» a une très large majorité…comme ils se prononceraient «pour» aujourd’hui encore.

 

 

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société