Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 01:34

YvesDaoudal.jpgPuisque la droite qui est toujours la plus bête du monde voulait perdre (parce que le quinquennat a été voulu par Chirac pour que la majorité de l’Assemblée corresponde à la couleur du président), eh bien elle a perdu. Et, puisque le défaitisme ne pardonne pas, elle a perdu grave…

Au fait non, la gauche ne dispose pas de tous les pouvoirs pour gouverner, comme on l’entend dire partout. Elle dispose des pouvoirs que lui concède Bruxelles, et qui sont très limités. Cette assemblée, comme les autres, inscrira dans la loi française les directives de Bruxelles, ce qui représente les trois quarts de son activité.

Pour le reste, eh bien le budget est désormais étroitement contrôlé par Bruxelles (ce qui empêchera Hollande de mettre la France en quasi faillite comme l’avait fait Mitterrand en 1982). Restent les « questions de société » : on aura donc  l’année prochaine le « mariage » des paires et le meurtre des malades. Mais peut-être pas le droit de vote des étrangers puisqu’il faut une majorité des trois cinquièmes pour modifier la Constitution et que la gauche ne pourra sans doute pas la réunir sur ce sujet (si du moins l’opposition s’oppose, ce qui n’est pas assuré).

On continue dans la décadence. Avec sans doute un coup d’accélérateur. Un jour on arrivera au fond. De la barbarie.

Quand même il y a un vrai gag. Ségolène était assurée d’avoir la présidence de l’Assemblée nationale, qu’elle convoitait à haute voix et avec passion. Plouf : quand son rival a annoncé qu’il se maintenait, il était clair que c’était raté.

Colossale jubilation de Jack Lang qui convoitait également le perchoir mais s'était vu méchamment doublé par la Ségolène. Et Manuel Valls, allant soutenir Jack Lang entre les deux tours, de le voir déjà président de l’Assemblée.

Et plouf : Jack Lang a été battu…

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique