Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 02:55

Alors que la conférence nationale de lutte contre la pauvreté s'ouvre ce lundi, un baromètre CSA pour Les Echos publié jeudi dernier révèle que près d'un Français sur deux (48%) se considère aujourd'hui comme pauvre ou en passe de le devenir.

 

Atlantico : Selon un baromètre CSA pour Les Echos, le sentiment de pauvreté des Français s'aggrave. Interrogés sur leur "situation sociale personnelle", 11% des sondés se disent pauvres et 37% affirment qu'ils sont en train de le devenir. Le sentiment des Français reflète-t-il la réalité ?

Ce qui est plus intéressant, c'est la proportion de Français qui pense qu'ils vont devenir pauvres (37%).

Par ailleurs, les pauvres ont toujours été confrontés au problème de privation matérielle, mais la classe moyenne s'estimait jusqu'à aujourd'hui relativement préservée. Or, du fait du renchérissement des loyers, de l’immobilier, des matières premières notamment de l’essence, ce n'est plus le cas. Ainsi, vous avez toute une catégorie de personnes qui d’un point de vue statistique n’est pas vraiment pauvre mais qui se sent menacée du fait de l’explosion des dépenses.

Le sentiment de pauvreté atteint son maximum chez les 50-64 ans : 8% se voient pauvres, 42% en train de le devenir, alors que l'on pourrait penser que les jeunes seraient les plus anxieux. Comment expliquer ce résultat ? le risque sur les retraites ?

En croisant ces résultats avec les caractéristiques des interviewés, on se rend compte que ce sont les catégories populaires (employés, ouvriers) qui se sentent le plus pauvres, ou en train de le devenir. Les employés broient tout particulièrement du noir, avec un taux qui grimpe à 60%, car ils comptent dans leurs rangs plus de femmes, de temps partiels et de contrats précaires.

La grande nouveauté aujourd’hui, c’est que les gens ont l’impression que cette crise n’est pas transitoire mais durable. On n'est plus dans le sentiment de déclassement, mais dans celui de paupérisation. C’est un changement radical en termes de perception.

article complet sur atlantico

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie