Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 00:51

LA-PLUS-GRANDE-ELECTION-DU-MONDE.png

Les résultats de la plus grande élection de l’histoire humaine signifient que les liens entre l’Inde, la Russie et la Chine progresseront. Plus de gens ont voté pour cette élection en Inde qu’il n’y a de personnes dans toute l’Europe.  Le résultat déplacera la puissance mondiale de l’Occident à l’Orient.

Par Jeremiah Jacques – Le 20 mai 2014

Après 5 semaines et plus de 800 millions de bulletins de vote, la plus grande élection de l’histoire de l’humanité s’est terminée par une victoire glissante pour le parti « Bharatiya Janata », parti de l’opposition en Inde.  Le parti « Bharatiya Janata » doit maintenant former un nouveau gouvernement avec le nationaliste hindou, « Narendra Modi », actuellement aux commandes.

La victoire écrasante de Modi signifie qu’il possède maintenant quelque chose qu’aucun dirigeant de l’Inde n’a eu pendant les 30 dernière années : Une majorité absolue dans la chambre basse du Parlement.  Cela lui donne des pouvoirs que ses prédécesseurs n’avaient pu que rêver et tout indique qu’il va les utiliser.

« Les bons jours arrivent », a déclaré Modi dans son discours de victoire.  « Le voyage a commencé. »

Ce « voyage » revêt une grande importance géopolitique, parce que l’histoire de Modi indique qu’il sera celui qui éloignera l’Inde des États-Unis pour se rapprocher de la Russie, de la Chine et des autres pays asiatiques.

Loin de l’Occident

En 2005, le gouvernement des États-Unis a révoqué le visa de Modi car qu’il avait joué un rôle dans un des épisodes les plus sanglants durant les violences religieuses de l’Inde.  Les violences avaient eu lieu dans l’État du Gujarat, là où Modi avait travaillé à l’époque comme ministre en chef.   Les émeutiers hindous y avaient tué plus de 1200 musulmans et avaient forcé 150000 autres à fuir leurs maisons.  Modi avait été accusé d’encourager la violence et de ne pas vouloir l’arrêter.  Son implication n’a jamais été prouvée, mais, les États-Unis lui ont imposé des sanctions et l’Union Européenne a rapidement suivi le mouvement.

Plus proche de l’Orient

Modi a répondu à la rebuffade de l’Occident en consultant l’Orient.  Depuis, il s’est fait des amis et a forgé des alliances avec la Chine, la Russie, le Japon et d’autres pays asiatiques.  Le « South China Morning Post » explique que sa victoire représente un fléau pour les États-Unis et une aubaine pour les puissances orientales :

« Au fil des ans, la Chine et Modi ont investi massivement l’un envers l’autre et ont forgé des liens qui pourraient avoir des conséquences importantes, non seulement pour les relations sino-indiennes, mais, aussi pour la stratégie de « Pivot Asiatique » des États-Unis à un moment où les différends territoriaux dans le sud de la Mer de Chine prennent une tournure violente.  Modi  est aussi connu pour avoir un biais envers l’Orient, avec le nationalisme asiatique formant le noyau de sa vision du monde.  

En dehors de la Chine, ceci l’amènera aussi plus proche du Japon et de Singapour, dont les dirigeants ont avec lui des rapports similaires. Le fond conservateur irréprochable de Modi et son admiration ouverte pour la Chine ont fait naître dans le passé l’espoir de le voir devenir une sorte de Richard Nixon Indien. »


Le Poutine de l’Inde ?

Nixon n’est pas le seul dirigeant mondial auquel Modi a été comparé.  Le diplomate s’est appelé lui-même le « Shinzo Abe de l’Inde » parce que certains de ses penchants nationalistes sont identiques à ceux du premier ministre japonais.

Le « Economic Times » de l’Inde a indiqué que :

« Beaucoup d’officiels chinois qui ont traité avec Modi le comparent à leur patron actuel Xi Jinping ».

« Oneindia News » a sauté droit au but, en comparant Modi au plus grand homme de l’Asie lui-même.  Il est le « Poutine de l’Inde », écrivait la publication.  « Oneindia News » écrivait que : « son leadership autoritaire pouvait relancer l’Inde comme Poutine l’a fait pour la Russie, parce que Modi possède les mêmes capacités que celles de Poutine pour métamorphoser l’Inde en une puissance économique et militaire, à travers une série de mesures et d’étapes difficiles qui pourraient aider l’Inde à effectivement libérer tout son réel potentiel ».

L’espoir des voisins

Modi rejoint un groupe de dirigeants d’hommes forts en Asie qui sont accédé au pouvoir ou ont consolidé leur puissance, en même temps que l’influence américaine a fondu dans la région. La plupart des autres hommes forts amis de Modi semblent lui souhaiter la bienvenue en tant que nouveau participant de leur quête commune, afin de faire basculer la puissance mondiale de l’Occident vers l’Orient.

Les Chinois ne pouvaient pas être plus heureux que par l’élection de Modi.  Le « Global Times », dirigé par le gouvernement de la Chine écrivait :

« Cela a soulevé des inquiétudes en l’Occident.  Les pays occidentaux, comme les États-Unis, espèrent pouvoir utiliser l’Inde pour contrebalancer avec la Chine, mais, ils ne supportent pas l’Inde sur les questions d’intérêts fondamentaux pour le pays ».

Le « Times » a expliqué que le Partenariat Transpacifique de Washington exclut l’Inde, ce qui a incité les Indiens à renforcer «  leur coordination avec les pays émergents, comme la Chine et la Russie, sur un éventail de questions mondiales. Les États-Unis sont particulièrement inquiets de la coopération stratégique renforcée entre la Chine, la Russie et l’Inde ».

La Chine et l’Inde continuent à se chamailler sur des questions telles que les conflits frontaliers, le déséquilibre dans le commerce bilatéral et l’alliance de Pékin avec l’ennemi juré de l’Inde, le Pakistan.  Mais, sous Modi, ces tensions pourraient bien diminuer.  Cet automne, le président chinois Xi Jinping doit visiter Modi en Inde, ce qui pourrait accélérer l’apaisement de ces problèmes.

La Russie, elle aussi, se félicite de l’ascension au pouvoir de son allié de longue date. Vladimir Poutine a déclaré lundi qu’il espérait que lui-même et Modi puissent amener les liens existant entre la Russie et l’Inde vers de nouveaux sommets, tout comme l’avaient fait les deux nations la dernière fois que le parti « Bharatiya Janata » a été au pouvoir.  L’Inde a longtemps été le plus grand importateur mondial d’armes russes et a récemment signé un accord avec Moscou pour augmenter d’une manière significative la consommation par l’Inde du gaz et du pétrole de la Russie.  Sous Modi, ce genre d’initiative va certainement se multiplier.

« RT » (auparavant « Russia Today »), financé par Moscou, a déclaré que selon la vision de Modi, la Russie et le Japon seront les principaux acteurs :

« Ces deux pays seront les plus importants dans le monde entier du point de vue du gouvernement Modi.  L’administration Modi permettra d’approfondir les liens avec les deux : La Russie pour contrebalancer les États-Unis et le Japon pour contrebalancer la Chine.  L’Inde dirigée par Modi devrait également voir un énorme coup de fouet dans les liens commerciaux et économiques avec ces deux pays ».

Narendra Modi a utilisé Twitter pour remercier publiquement Vladimir Poutine et annoncer ses espoirs pour l’avènement d’une nouvelle ère de coopération entre la Russie et l’Inde :

« Je remercie le Président Poutine pour ses bons souhaits.  J’espère pouvoir renforcer nos relations avec la Russie dans les années à venir. »

L’année 2014 sera très tumultueuse.  Et le cas le plus important a peut-être été la décision prise par l’Inde et la Chine de soutenir les intimidations faites par la Russie envers l’Ukraine et la reprise de la Crimée. Vladimir Poutine, dans son discours du 18 mars à la Douma, a distingué ces deux pays pour les remercier de leur soutien.

« Nous sommes reconnaissants envers ces deux pays qui ont compris nos actions en Crimée. Nous sommes reconnaissants envers à la population de la Chine, dont les dirigeants ont toujours considéré la situation en Ukraine et en Crimée en se tenant au contexte historique et politique complet, et nous apprécions grandement la réserve et l’objectivité de l’Inde ».

Dans le numéro de Mai-Juin du « Philadelphia Trumpet », le rédacteur en chef Gerald Flurry a souligné l’importance de l’appui de l’Inde et de la Chine démontrée à Poutine : « Ces puissances asiatiques ont clairement démontré leur soutien envers Poutine. Quand ces nations de l’Asie, des pays extrêmement puissants équipés d’armes nucléaires, commencent à faire preuve de solidarité entre elles au sujet de questions comme ça, quel pourrait être le présage pour le monde ?  Je vous dis que c’est un malheur pour le monde ».

Avec Modi actuellement au pouvoir, le soutien de l’Inde envers les agressions russes pourrait augmenter considérablement, et la même chose pourrait être vraie pour la position de l’Inde envers le comportement de plus en plus belliqueux que la Chine affiche envers nombre de ses voisins.  La coopération croissante entre ces pays représente un changement géopolitique profond et, comme le dit Gerald Flurry, cela n’annonce rien de bon dans le monde.

Sources : https://www.thetrumpet.com/article/11763.2.0.0/world/results-of-largest-election-in-human-history-mean-india-russia-china-ties-will-advance

http://pleinsfeux.org/la-plus-grande-election-du-monde/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+PleinsFeuxSurLheureJuste+%28Pleins+Feux+Sur+l%27Heure+Juste%29#.U-9TiPl_uUU

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International