Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 01:59

LeMatin7fevrier1934

Les politiques planent en leur stratosphère et ne semblent pas comprendre la détresse morale qui s’ajoute à une profonde inquiétude économique.

Par son ampleur et ses débordements, la manifestation anti-Hollande du 26 janvier 2014 attire l’attention sur ce qu’il est convenu d’appeler la droite en France. Côte à côte ont défilé tous les opposants possibles et imaginables unis par leur détestation : catholiques intégristes, zélateurs de Dieudonné, petits patrons et ouvriers, paysans portant tous leur bonnet rouge, représentants d’une France bien élevée, identitaires, nostalgiques de Charles Maurras et nervis rêvant de castagne, bien décidés à passer à l’acte. Un inventaire à la Prévert qui se dérobe à l’analyse.

Ça bouge. Ça gronde. On apprend qu’un sondage, dont bien des données ont été tues, révèle que 50 % des Français souhaitent que la France ait « à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections ». Jusque sur Boulevard Voltaire s’exprime la tentation dangereuse de l’antiparlementarisme.

Les anars de droite prolifèrent et éprouvent de plus en plus de véritables nausées devant les institutions. Aujourd’hui, bien des droitiers vont prendre le chemin de l’abstention. Une révolution silencieuse est peut-être en marche.

Une autre droite, que l’on pourrait appeler anarcho-libertaire, est née. Ses protagonistes seraient animés d’un individualisme radical. Les lointains descendants des hussards chers à Roger Nimier, privés désormais de tout mythe fondateur, sont mus, comme leurs lointains ancêtres de 1934, par un virulent antiparlementarisme. L’Église, elle aussi, prend parfois des positions inhabituelles. Ainsi, le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, déclare en 2013 : « Le Parlement, ce n’est pas Dieu le père… »

La manifestation contre le mariage pour tous, l’incertitude planant sur la définition de la famille en ce XXIe siècle naissant, la théorie du genre, les propos tenus lors de la modification de la loi sur l’IVG, certains propos antisémites montrent aujourd’hui la résurgence du religieux dans l’espace public.

Une véritable béance s’instaure entre un monde d’en bas et un autre aussi incompréhensible qu’inaccessible. Les politiques planent en leur stratosphère et ne semblent pas comprendre la véritable détresse morale qui s’ajoute à une profonde inquiétude économique. Ils ne se rendent pas compte de la radicalisation du rejet. Il faut toujours se méfier de la colère du peuple.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société