Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 02:39

000000m.jpg

 

Propriété du Maroc, la grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne (Rhône-Alpes) a signé, jeudi 6 décembre, une convention-cadre en présence du conseiller du Ministre des affaires islamiques Monsieur Simohammed RIFKI chargé au nom du ministre Ahmed Taoufiq de ratifier cette convention


Le Maroc propriétaire de  la grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne (Rhône-Alpes) y enseigenra par l'intermédiaire d'imam marocain in islam Ainsi, le jihâd peut être clairement offensif, il est une obligation et le juriste musulman préconise la conversion ou la mort.  


       

Le but est de « permettre à notre institut religieux de disposer d’un soutien à la fois financier et d’échange intercultuel », nous indique Larbi Marchiche, le recteur de la grande mosquée. 

« Monsieur le Ministre a accordé à la Grande Mosquée Mohammed VI une subvention de plus de 700 000 € et a pris l’engagement de mettre à disposition de la Grande Mosquée Mohammed VI toute l’année des conférenciers théologiens de renommée internationale pour assurer des colloques et des conférences pour les musulmans de la Région toute l’année », est-il précisé dans un communiqué. Lire la suite sur Saphhirnews 

Autre ouvrage fondamental de l'enseignement marocain, La Risala du jurisconsulte Zayd al-Qayrawani (922 - 996), littéralement « épître », contenant quatre mille prescriptions juridiques (masâala) et quatre cent hadithLe Ministère des affaires religieuses Marocain rend compte sur son site internet que  « Elle [La Risâla] est programmée dans les établissements de l’enseignement traditionnel et elle est hautement considérée par les oulémas. » . Un classique parmi les classiques donc, dont nous avions noté la présence au sein de la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe.

  733de8254454206ffbf35ad4ddae9088.jpgVoici quelques extraits de l’ouvrage, dans une traduction de Alhaj Bello Mohammad Daura. :                                                                 

37.19 Crimes contre l’islam : 

   « Les hérétiques (Zindiq) doivent être mis à mort et leur repentance est à rejeter. Un hérétique est quelqu’un qui dissimule sa mécréance en prétendant embrasser l’islam.[…] Un apostat doit aussi être tué sauf s’il se repent. Il lui est permis trois jours de grâce, si il refuse à utiliser la chance du repentir, l’exécution doit avoir lieu. La même chose s’applique aux femmes apostates.[…] Insulter le Messager de Dieu, il doit être exécuté même si sur ces entrefaites il accepte l’islam »                                                                                                    

37.30 Homosexualité :

« Si un homme commet l’acte de sodomie avec un mâle adulte consentant, les deux doivent être condamnés à mort, musulmans ou non. »                                                                                                     

  Le chapitre 30 est consacré à la question du jihâd :    

    « le Jihâd est une obligation devant être entreprise par une part de la communauté en faveur des autres. Il est préférable, selon nous, que l’ennemi ne soit pas combattu tant qu’il n’ait pas été invité à rejoindre Allah, sauf s’il attaque en premier. »

Ainsi, le jihâd peut être clairement offensif, car la distinction entre les deux cas de figures (offensif/défensif) est établie : dans le cas d’un assaut vers des non musulmans n’ayant pas provoqué la oumma, le juriste musulman préconise la conversion ou la mort.          

   Offrant le choix entre islam et Jizya (impôt dont doit s’acquitter le dhimmi) : 

« Ils peuvent soit accepter l’islam ou payer la Jizya Sinon, ils doivent être combattus. »

   Faute de conversion, le statut de dhimmi est proposé. Son refus légitime l'extermination physique ! La seule manière d'être certain que ces ouvrages ne soient pas enseignés dans les mosquées en France, est d'interdire leurs constructions car il s'agit de l'islam officiel sunnite recommandé par les oulémas fonctionnaires du Maroc et de l'Algérie. Le principe de précaution ne doit pas s'appliquer que dans le secteur alimentaire et médical. L'islamisme a de beaux jours devant lui en France...


Observatoire de l'islamisation- décembre 2012.

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions