Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 03:52

Le quotidien signe un article pitoyable présentant à la fois l'exploitation de la misère de femmes ukrainiennes contraintes à devenir "mères porteuses",l'enrichissement de femmes aisées qui vivent de ce commerce honteux dans les beaux quartiers de Kiev, le juteux marché que cette pratique représente pour des médecins sans scrupules et sans éthique, l'orgueil de ces femmes qui ne veulent pas flétrir leur corps par une grossesse tout en payant pour exploiter le ventre d'une autre femme et l'égoïsme de tous ces intravertis qui hurlent leur droit à l'enfant.

Une fresque à la Zola qui devrait renvoyer tout le monde dans ses foyers pour retrouver le sens de la vie.

Mais voilà, le but est d'orienter les consciences...

Le tout sur fond d'eugénisme et de mercantilisme des personnes humaines. C'est un des objectifs de nos gouvernants qui poind sur un horizon proche. C'estr aussi un des sens de ce combat pour le Bien commun et contre leur "mariage pour tous" que nous avons le devoir de poursuivre.

      [...] "Un enfant n'est pas une valise ou un ordinateur. Ses droits doivent être prioritaires." La députée a commencé à travailler sur la question des mères porteuses lorsqu'un scandale de résonnance internationale a éclaté. Il concernait un couple français, Patrice et Aurélia L. En mars 2011, le père avait tenté de sortir clandestinement d'Ukraine ses jumelles nées d'une mère porteuse, cachées dans son véhicule. Il s'est fait arrêter à la frontière avec la Hongrie. Les enfants étaient apatrides. Le couple a fini par leur obtenir la nationalité ukrainienne, puis un visa Schengen. Après des mois d'exil involontaire, ils ont pu revenir en France

 "Je comprends qu'on est au XXIe siècle mais cette fuite en avant fait oublier nos bases morales, affirme la députée Loukianova. Dans l'Union européenne, mère porteuse n'est pas une activité commerciale. L'Ukraine, elle, a tendance àtransformer la femme en produit. Ce marché n'est pas très éloigné de la prostitution. Il s'agit aussi du commerce du corps."

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société