Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 01:36

Le-Roi-Abdallah-d-Arabie-Saoudite-veut-acheter-Facebook.pngNon ce n'est pas une plaisanterie. Le Roi d'Arabie Saoudite Abdallah Ben Abdel Aziz Al Saoud voudrait bel et bien acheter Facebook !

C'est bien connu. C'est une vieille manie chez les Saoudiens: dès qu'il rentrent dans une boutique, un hôtel, un mall,  une clinique ou un machin-bidule, l'envie de s'accaparer des lieux les envahit subitement.

Pourrait-on en dire de même pour Facebook ? Le Roi en y ouvrant un compte , aurait-il eu cette envie soudaine de s'acheter le produit de Mark Zuckerberg ?

Non là c'est un peu plus recherché. La haute autorité saoudienne en faisant l'acquisition de Facebook cherche à mieux museler son contenu.

Constatant que cette plateforme de réseaux sociaux est en grande partie responsable dans la diffusion des "révolutions arabes", le protecteur des Lieux Saints de l'Islam cherche à en prendre le contrôle.

Aurait-il peur que cette épidémie touche son pays ?  La réponse est oui. Des mouvements de manifestations ( organisées par des dissidents chiites) ont déjà ébranlé le pays dernièrement.

Cette fièvre révolutionnaire a touché même un des cousins du Roi qui le presse à moderniser le  royaume. Et la petite fille du fondateur du Royaume la princesse  Sara Bint Talal Ibn Abdel Aziz Al Saoud aurait même formulé une demande d'asile politique en Grande-Bretagne.

Concrètement le Roi d'Arabie Saoudite aurait fait une proposition très alléchante au patron de Facebook au moment où le prix de l'action de la firme a connu une baisse significative.

Ce qui s'apparente à une tentative de reprise d' une entreprise en difficulté a tout l'air d'une offre du siècle. Le Roi Abdallah se dit prêt à payer 150 milliards de dollars  pour prendre les commandes de la firme.

Facebook va-t-il céder à la tentation ? Va-t-il chercher à sauver les intérêts de ses actionnaires ? La balle est dans le camp de Mark Zuckerberg ...

Source: 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers