Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 00:38

recession.jpgLe PIB a baissé de 0,3% au premier trimestre, après un recul identique au dernier trimestre 2011. Le pays est donc entré en récession pour la première fois depuis la crise financière de 2007-2009.

Récession confirmée pour le Royaume-Uni. Selon les données publiées jeudi par l’Office national des statistiques, l’économie britannique s’est contractée plus que prévu au premier trimestre, plombée par la plus forte baisse en trois ans de l’activité dans le secteur de la construction.

En deuxième estimation, le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 0,3% sur les trois premiers mois de l’année, une contraction plus forte que celle de 0,2% initialement annoncée. L’activité au Royaume-Uni ayant déjà reculé de 0,3% au quatrième trimestre de 2011, l’économie britannique est donc officiellement retombée en récession – qui se définit techniquement par deux trimestres consécutifs de repli de l’activité – pour la première fois depuis la crise financière de 2007-2009. Pis encore, il s’agit de la première récession en « double-dip » (double plongeon, c’est-à-dire un rebond de l’économie suivi d’une rechute) depuis les années 1970, soulignent certains économistes.

En rythme annuel, le PIB recule de 0,1% au premier trimestre, alors que les économistes attendaient une croissance nulle. Cette révision à la baisse du PIB britannique en deuxième estimation est liée à la chute de 4,8% de l’activité dans le secteur de la construction, qui accuse ainsi son repli le plus marqué depuis le premier trimestre 2009.

Ironie de l’histoire pour le gouvernement conservateur de David Cameron, qui s’interroge sur les moyens de relancer la croissance, la baisse du PIB aurait pu être plus prononcée si les dépenses publiques n’avaient pas augmenté de 1,6%, leur plus forte hausse en quatre ans. Celles-ci ont contribué favorablement à 0,4 point de pourcentage du PIB.

Revers de la médaille : les finances publiques britanniques sont déficitaires. Et elles sont bien parties pour le rester. Selon les données publiées pour le mois d’avril, elles ont même connu une nette dégradation d’une année sur l’autre. En avril, premier mois de l’année fiscale 2012-2013, le déficit a atteint 12,4 milliards de livres (15,3 milliards d’euros) contre 8 milliards en avril 2011.

Les Echos

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie