Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 02:35

Vincent Peillon. Quand le gouvernement joue à touche-pipi...

Le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon va lancer demain un groupe de travail sur l'éducation sexuelle à l'école, dès la primaire, selon une information du Figaro, confirmée mercredi par le ministère.

Après avoir longtemps joué avec l'économie et la vie des citoyens, l’État souhaite s'immiscer dans un des rares domaines qui demeuraient intimes : la sexualité. Et comme souvent en France, quand les constructivistes veulent décider des comportements des autres, ils commencent à l'école.

Le système éducatif français, qui fonctionne très bien et fait l'objet de réformes ambitieuses et bien pensées, est un sujet récurrent de propositions d'améliorations de la part d'un gouvernement qui pense réellement à l'avenir de la population et prend en compte les besoins de l'économie et les évolutions macroéconomiques.

Peu cher, le système éducatif rend les jeunes productifs. Après avoir rempli ses missions de base, qui consistent notamment à écraser toute envie d'entreprendre et de réussir, il sera désormais chargé d'enseigner aux enfants, en plus de la morale, la sexualité. Ainsi, comme le relate un article du Nouvel Obs. :

L'idée principale est que la sexualité ne soit plus abordée uniquement sous l'aspect prévention et réduction des risques, telles que les grossesses précoces non désirées ou les infections sexuellement transmissibles, mais soit aussi évoquée "sous l'angle relationnel et affectif"", et plus précisément "que l'éducation à la sexualité à l'école intègre "des connaissances biologiques sur le développement et le fonctionnement du corps humain", mais aussi des "dimensions psychologiques, affectives, sociales, culturelle et éthiques".

La circulaire, datant de 2003 mais jamais effective le deviendra, permettant aux enfants de découvrir, dès le primaire, ce qu'est la sexualité. "Cette éducation répond à la fois à des questions de santé publique et à des «problématiques concernant les relations entre garçons et filles, les violences sexuelles, la pornographie ou encore la lutte contre les préjugés sexistes ou homophobes»." Qui mieux que l'école républicaine peut expliquer à des enfants de 6 à 10 ans comment on fait les bébés ?

Le gouvernement l'a bien compris : c'est en expliquant à des enfants pré-pubères ce qu'est la sexualité, avec moult illustrations et vidéos éducatives, qu'on les protégera de la pornographie. Les préjugés sexistes et homophobes, qui font des ravages dans les cours d'école parce qu'on force les filles à jouer à la marelle et les garçons au football, seront démontés lors de ces cours, où les enfants seront invités à jouer à touche-pipi pour mieux comprendre et accepter leurs différences. Ceux qui pensaient que la diversion n'était qu'une stratégie politique se trompaient : en faisant de la sexualité un sujet éducatif en primaire, le gouvernement nous montre qu'il faut, toujours et partout, occuper les esprits plutôt que les développer.

Le seul but de l'éducation est d'apprendre à un élève comment vivre sa vie – en développant son esprit et en lui donnant les moyens de faire face à la réalité. La formation dont il a besoin est théorique, i.e. conceptuelle. Il faut lui apprendre à penser, à comprendre, à intégrer, à prouver. Il faut lui apprendre l'essentiel de la connaissance découverte par le passé – et il faut lui donner les moyens d'acquérir des connaissances plus poussées par son propre effort.
(Ayn Rand, Return of the Primitive: The Anti-Industrial Revolution)

Les Français ne seront peut-être pas les plus brillants, mais qui voudrait être brillant dans la France de demain ? Ils seront armés pour leur avenir : dans la société française, où l'optimisme sera de mise, la sexualité fera partiedes rares choses qu'on ne peut leur enlever.

 

 

source

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société