Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 00:05

Communiqué de Jacques Bompard suite à des questions écrites qu'il a posées à propos du projet de loi sur la parité :

"Il est chose bien connue qu'il ne faut pas contrarier les fous. Aussi, dans le débat parlementaire sur la parité, l'ironie est la seule réponse raisonnable que l'on peut faire à une loi folle.

C'est la raison pour laquelle Jacques Bompard a déposé une série de sept questions qui appartiennent toutes à la même famille de l'absurde. Gageons qu'Ubu législateur les appréciera en connaisseur.

La parité, terre promise du féminisme en politique, est un coup porté à la république, du moins, la république tel qu'elle devrait être pour mériter son nom. Ni la classe sociale, ni la race, ni la religion, ni le sexe, ne sont une garantie de compétence, d'expérience et de courage. Du reste, les hommes demandent-ils que Marianne soit rebaptisée Mario ?

Au printemps 40, alors que les panzers déferlaient dans les Ardennes, l'assemblée nationale d'alors étudiait paisiblement en commission l'évolution du prix des légumes. L'histoire qui a bonne mémoire retiendra, pour l'anecdote, qu'en pleine crise mondiale le gouvernement socialiste aura présenté comme un fait de première importance, propre à révolutionner la politique, une loi faisant élire dans des assemblées départementales, non plus un homme ou une femme, mais un homme et une femme.

La décadence se dévoile aussi dans les détails."

Voici quelques questions :

"M. Jacques Bompard interroge Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur la garde des enfants lors des divorces. L'égalité homme-femme pratiquée jusqu'à l'absurde par le Gouvernement sur différents dossiers tels que le mariage ou les listes électorales met en relief une grande anomalie en ce qui concerne la pratique de cette égalité en matière de garde d'enfant lors de divorce de couples hétérosexuels. Aujourd'hui, la garde des enfants lors de divorce est octroyée à 80 % à l'épouse et même le droit de visite du père n'est pas sans poser de problème. Il lui demande ce qu'elle compte faire pour installer une égalité aussi rigoureuse que pour l'élection des futurs conseillers généraux."

M. Jacques Bompard appelle l'attention de Mme la ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, sur l'égalité homme-femme face à la mort. Il appert qu'il existe une réelle inégalité et discrimination quant à l'âge de décès des hommes et des femmes. En effet, l'espérance de vie de ces premiers ne s'élève qu'à 78,1 ans, contre 84,8 ans pour ces dernières. Or, si nous sommes égaux à la naissance, comment peut-on concevoir de ne plus l'être au moment de la mort ? Il lui demande ce qu'elle entend faire pour que la mort assure une égalité de traitement à l'ensemble de ses clients, sans discrimination de sexe.

M. Jacques Bompard appelle l'attention de Mme la ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, sur la question de la parité et la profession de sage-femme. En effet, cette profession est composée à 86,6 % de femmes. Si cette proportion traduit de façon manifeste et claire la domination qu'exerce la gente féminine sur ce métier essentiel, on ne peut ne pas reconnaître que le nom-même de cette profession constitue une discrimination grave. Le maintien de ce nom constitue une grave atteinte à l'égalité. Il lui demande si le Gouvernement entend changer le nom réactionnaire et rétrograde de la profession de sage-femme et prendre des mesures pour y favoriser la parité."

 

 

source

 

 

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société