Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 02:09

Le vrai coût du droit d' asile

D'après le rapport Ciotti sur le vrai coût du droit d'asile, l'aide temporaire d'attente, versée aux demandeurs d'asile, a augmenté de 367 % entre 2007 et 2013.

Éric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, vient de sortir un rapport au vitriol sur les failles du système d’accueil des demandeurs d’asile en France.

Dans son rapport, Eric Ciotti dévoile le vrai coût du droit d’asile, les fraudes, ainsi que tout ce que l’on cache aux Français. D’après le député UMP, 30 000 dossiers de demande d’asile sont actuellement en attente à l’ Ofpra ( Office français de protection des réfugiés et des apatrides).

 Entre 2007 et 2013, les demandes de droit d’asile ont progressé de 85%. «Les demandeurs d’asile, à l’instigation, dans nombre de cas, de filières d’immigration, se sont tournés davantage vers la France et l’Allemagne», explique Eric Ciotti.

Combien coûte l’hébergement des demandeurs d’asile ?

En 2014, l’Etat a alloué une enveloppe de 600 millions d’euros pour le programme «immigration et asile».
Le coût de l’hébergement des demandeurs d’asile s’est quant à lui élevé à 220 millions d’euros l’année dernière.
Dans son rapport, Eric Ciotti précise qu’ «en 10 ans, la capacité en places des centres d’accueil pour demandeur d’asile (Cada) a quadruplé, passant de 5282 places en 2001 à 24 689 places à la fin du premier semestre 2014».

Et pourtant, ce dispositif d’accueil géré par des associations et par la société d’économie mixte Adoma est encore insuffisant face à une demande toujours grandissante.

«L’hébergement d’urgence ( auquel est couplé le versement d’une aide temporaire d’attente), qui ne devait avoir au départ qu’un rôle annexe, est devenu le principe», ajoute Eric Ciotti.

«Les dépenses d’hébergement d’urgence, en particulier sous la forme de nuitées hôtelières, se sont par voie de conséquence accrues de façon largement incontrôlée.
Ce dispositif a pris de l’ampleur, jusqu’à comporter aujourd’hui le même nombre de places qu’en centre d’accueil pour demandeur d’asile (Cada).

Près de 22 000 places étaient financées en 2013, contre seulement 13 000 places en 2009, soit une augmentation de près de 70 % des capacités en 4 ans [...]
Les dépenses d’hébergement d’urgence ont été multipliées par 3 sur la période 2008-2012. Il y a aujourd’hui davantage de personnes prises en charge dans le dispositif d’hébergement d’urgence qu’en Cada.»

Son financement autorisé pour 2015 est de 132,5 millions d’euros (+14,8 % ).

«Ceci est d’autant plus dommageable que le coût global de la prise en charge en hébergement d’urgence est au moins équivalent, sinon supérieur, à celui de la prise en charge en Cada.
Le coût unitaire de la nuitée hôtelière est en effet estimé à 17,17 euros, auxquels s’ajoute une aide temporaire d’attente de 11,45 euros par jour», ce qui représente un coût mensuel de 870,50 euros par demandeur d’asile, alors que le prix de journée moyen national des Cada s’élève à 24,43 euros par personne.

Selon le député UMP, l’octroi du statut de demandeur d’asile n’est plus seulement lié au bien-fondé de la demande, mais aussi au mode d’hébergement et d’accompagnement.


Les demandeurs d’asile sont également orientés vers les structures d’ordinaire dédiées aux «personnes en grandes difficultés sociales», les «sans-abri», les «mal logés», avec pour conséquence «une éviction de fait des publics qui y étaient traditionnellement accueillis».

Combien coûte l’aide temporaire d’ attente ?

D’après le rapport Ciotti sur le vrai coût du droit d’asile, l’aide temporaire d’attenteATA), versée aux demandeurs d’asile, a augmenté de 367 % entre 2007 et 2013.

L’aide temporaire d’attente était versée à 42 115 personnes au 31 décembre 2013, contre 37 600 fin 2012.
Cette  d’un montant de 11,35 euros par jour et par personne est perçue en moyenne durant 349 jours. Le gouvernement a prévu une enveloppe de 109,9 millions d’euros au titre de l’ aide temporaire d’attente dans son projet de loi de finances pour 2015.

Or, ce montant se base sur une hypothèse de 25 400 bénéficiaires, une «hypothèse particulièrement optimiste» selon Éric Ciotti. D’après le député UMP, la dotation de l’ATA est «sous-budgétisée», et le gouvernement ment à l’opinion publique sur le coût réel de l’aide temporaire d’attente.

source: lefigaro.fr

vu sur : http://www.observatoiredessubventions.com/2014/le-vrai-cout-du-droit-d-asile/

 

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration