Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 01:32

elections_legislatives_2012-copie-1.jpgLe 23 avril, François Hollande avait recueilli 34% des suffrages parmi les diplômés de l’enseignement supérieur, et seulement 21% parmi les personnes sans diplôme. Inversement, Marine Le Pen avait recueilli plus de 50% des voix parmi les sans diplôme, et 8% parmi les diplômés de l’enseignement supérieur.

Le paysage était plus que jamais posé : la France d’en-bas est de droite, voire d’extrême-droite. La France des beaux quartiers est de gauche. L’un des enseignements majeurs des législatives est de confirmer jusqu’au symbole cette fracture sociologique dans l’électorat.

Le résultat d’Hénin-Beaumont en est la preuve ! Jean-Luc Mélenchon ne passe pas le cap du second tour, avec un résultat très loin de ses espérances affichées. Son appel aux valeurs traditionnelles de la gauche de combat, ses invocations lyriques envers un peuple qui apparaît de plus en plus imaginaire, de plus en plus romantique, n’ont pas permis à sa mayonnaise de prendre.

Le Front national apparaît bien comme le représentant incontestable de ces Français paupérisés par la crise et angoissés par l’avenir. C’est un signe des temps. La désindustrialisation fait son œuvre. Déjà, lorsque les "Florange" avaient marché sur Paris, ils avaient mal accueilli la tentative de récupération de leur mouvement par le Front de gauche.

Les ouvriers français, menacés par la concurrence internationale, par le libre-échange, confrontés localement à la concurrence d’une main-d’œuvre immigrée moins exigeante dès qu’il s’agit de salaires ou de droits sociaux, se sentent menacés. Le phénomène est préoccupant. Jusqu’ici la République leur avait donné le sentiment d’être une chance, d’être leur planche de salut. Aujourd’hui, elle est devenue l’espace d’une élite qui les méprise et ne parle plus le même langage qu’eux.

Sur tout cela, la gauche n’a qu’à s’en prendre qu’à elle-même. Chaque fois qu’elle se targue de parler au peuple, c’est en lui envoyant des messagers qui incarnent son contraire. Jean-Luc Mélenchon, par exemple, est entouré d’une clique d’idéologues qui n’ont jamais mis les pieds dans une usine et ne connaissent de la vie que les manuels des années 1970 sur la Révolution Française. Le rejet est inévitable. Il est loin le temps du Parti communiste où un passage par l’usine était un moment inévitable du parcours politique.

Au-delà de ce phénomène circonstanciel, la structure du pays semble être passée à droite. Même si la gauche remporte (ce qui sera probablement le cas) une majorité de suffrages, en termes de voix, elle est à ce stade minoritaire.

Avec l’effondrement du Modem, une majorité autre se dessine : l’addition des voix de l’UMP et du Front national approche 50%. Même si cette domination ne se traduit pas encore en nombre de sièges, notamment du fait du mode de scrutin, il est difficile de ne pas noter cette étrangeté : à majorité parlementaire de gauche, majorité démographique de droite.

Jusqu’à quand nos institutions s’offriront-elles le dangereux luxe de ne pas refléter l’expression du pays ?

Il semblerait que François Hollande songe, à l’automne, à ouvrir une réflexion sur ce sujet. C’est un sujet périlleux pour lui. Il aura d’ici là franchi de multiples Rubicon. Le collectif budgétaire et la loi de Finances 2013 vont soit l’obliger à opérer des arbitrages impopulaires qui risquent de décevoir un électorat encore bercé d’illusions, soit le contraindre à endosser une effrayante dégradation des comptes publics.

Le dialogue avec l’Allemagne aura ou non porté ses fruits : la redoutable Angela Merkel semble avoir subrepticement tissé autour de notre président une étouffante toile diplomatique. La situation générale du continent se sera probablement dégradée dans des proportions inattendues.

Mais chiche, discutons de la réforme du mode de scrutin, en avalisant la distorsion entre la majorité politique et la majorité réelle. Et laissons les événements en tirer toutes les conséquences. Le peuple est souverain. Le peuple décidera si, oui ou non, les législatives de 2012 marquent l’agonie de la démocratie représentative.

source : atlantico

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique