Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 03:23

Didier Migaud a remis, lundi 11 février, à François Hollande le rapport public annuel de la Cour des comptes. © Jacques Demarthon / AFP Quand Dassault et Valls brûlent l’argent public

Ce sont deux ténors de la politique. À ma droite Serge Dassault (UMP), à ma gauche Manuel Valls (PS). Tous deux soucieux de bien gérer les fonds publics. L’un comme maire de Corbeil (1995-2009), l’autre d’Évry (2001-2012) dans l’Essonne. Au lieu de cela, la Cour des comptes, dans son rapport annuel publié aujourd’hui, dresse le bilan désastreux, pour les finances de leurs communes, des rivalités qui ont opposé les deux hommes.

Tout tourne autour de deux usines de traitement des eaux collées l’une à l’autre. Le bon sens aurait voulu que les deux syndicats intercommunaux, l’un emmené par Corbeil et l’autre par Évry, travaillent ensemble. Une usine aurait traité les boues et l’autre les graisses, des économies d’échelle auraient été rendues possibles. Une première occasion de coopération s’était présentée il y a longtemps, en 1991, et elle avait été ratée. Les deux fortes personnalités que sont Dassault et Valls auraient pu faire mieux que leurs prédécesseurs. Eh bien, pas du tout.

Au milieu des années 2000, alors que les deux usines devaient encore être modernisées pour traiter davantage d’effluents et répondre aux normes de la Commission européenne, chacun a engagé son syndicat sur une voie différente. Pour la Cour des comptes, « l’oubli de l’intérêt général » a porté le coût des travaux conduits séparément à 80 millions d’euros fin 2012, soit, selon la Cour, un « surcoût d’une dizaine de millions ». Plus grave. Le chacun pour soi devrait grever les frais de fonctionnement d’au moins 1,11 million par an. Les contribuables des deux villes apprécieront.

Le RSA en panne

Le RSA « activité » est destiné à compléter le revenu des « travailleurs pauvres ». Mais alors que 1,7 million de foyers pourraient en bénéficier, seuls 500 000 sont concernés. Si chère à Martin Hirsch, cette aide, trop complexe à cause d’un barème et d’un mode de calcul illisibles, tourne à vide. Sans compter qu’elle s’articule très mal avec les autres allocations, en particulier la prime pour l’emploi (PPE).

300 millions pour les buralistes

Non content de financer leurs retraites complémentaires et la sécurisation des locaux, l’État, à travers les contrats d’avenir, compense les pertes de recettes dues aux hausses répétées du prix du tabac. Au total, ce sont ainsi 300 millions par an qui entrent dans les caisses des buralistes alors même… que leurs rentrées ne cessent de croître.

Des aides mal ciblées à la presse

Au total, l’État a versé en aides directes ou avantages fiscaux cinq milliards d’euros à la presse de 2009 à 2011. Mesures coûteuses qui n’ont pas eu d’effet positif sur les différents acteurs de la filière (journaux, imprimeurs, distributeurs) et dont le ciblage s’est révélé défectueux : l’aide va indistinctement aux titres qui se portent bien (presse télévisuelle) et aux autres (information générale).

L’armée achète sans regarder

Terre, mer, air, les trois armées ne se soucient guère de faire baisser les prix. Quand il n’y a pas de concurrence parmi les fournisseurs, la loi les autorise à enquêter sur la formation des prix. Or, les services enquête des armées ne sont pas assez professionnels, notamment pour la maintenance. Sur les 300 millions dépensés chaque année, 10 % pourraient être économisés.

Les enfants gâtés d’EDF

Les 65 931 salariés d’EDF n’ont pas à se plaindre. Leur rémunération croît au rythme de 3 % par an. Et l’on ne compte plus leurs avantages : tarif d’électricité préférentiel (coût : 222 millions d’euros en 2010), aide au logement (264 millions), intéressement, actions gratuites, plan d’épargne, avantages familiaux, retraite calculée sur les six derniers mois…

La générosité de la DGAC

La Direction générale de l’aviation civile est aux petits soins pour son personnel. Elle consacre 15 millions d’euros par an à l’action sociale (soit 1 300 euros par agent), bien plus que ne l’y autorise le Parlement (9,2 millions). La dilution des responsabilités entre une myriade d’associations conduit à de nombreux gaspillages.

Source: Le Point

et http://actuwiki.fr/eco/14968

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie