Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 01:18

En 1936, les chefs Alaouites, parmi lesquels un certain Suleyman Assad, grand-père de l’actuel Président syrien Bachar el-Assad, écrivirent une lettre émouvante au Premier Ministre socialiste de l’époque, Monsieur Léon Blum, afin de solliciter son intervention pour éviter que la nation Alacouite ne soit annexée à la nation syrienne musulmane, à l’expiration du Mandat français.

Assad

« La nation Alaouite, que nous, soussignés représentons, supplie le gouvernement français et le parti socialiste français de garantir sa liberté et son indépendance dans ses frontières. La nation Alaouite, amie fidèle de la France, qui lui a rendu de grands services, et qui se trouve aujourd’hui sous la menace de la destruction et de la mort, remet son sort entre les mains des leaders socialistes français, certaine de trouver auprès d’eux un soutien fort et loyal. »

Cette lettre, écrite il y 87 ans est d’une cruelle actualité.

En 2013, retournement ironique de l’histoire, le président socialiste français n’aspire qu’à « punir » le petit fils Assad et soutient les islamistes arabes contre les Alaouites au pouvoir, sans se soucier le moindre du monde du sort qui sera réservé aux minorités – y compris les Chrétiens que le monde a déjà abandonné en Egypte. Ils auront droit à être égorgés jusqu’au dernier par les membres d’al-Qaïda, si les islamistes s’emparent du pouvoir grâce à l’aide occidentale.

Ci-après, la traduction d’un article rédigé en 2012 par le Dr Mordechai Kedar, analyste de l’arène interne syrienne, fruit d’une longue recherche, très éclairante sur la situation complexe de la Syrie, ainsi que la traduction de la supplique adressée par les chefs Alaouites à Léon Blum en 1936 :

« Depuis le début des pogroms en Syrie il y a un an et demi, j’ai écrit de nombreuses fois que si les Alaouites agissent avec sévérité, cruauté et font preuve d’ une insensibilité effroyable envers l’opposition, c’est qu’ils savent que cette dernière n’ambitionne pas seulement prendre le pouvoir, mais planifie également leur destruction, dès lors ils luttent avec férocité pour garder le pouvoir entre leurs mains et leurs têtes sur leurs épaules. De temps à autre, j’’entends les Musulmans s’exprimer oralement et par écrit de façon très dure à l’encontre des Alaouites, mais jamais, je n’ai pu percevoir la peur qui étreignait les Alaouites, la peur d’être massacrés par les Musulmans, si ces derniers en avaient un jour l’opportunité.

La Syrie moderne naquit dans le giron du Mandat français, qui fut imposé à ce pays après la première guerre mondiale et se termina en 1943. Comme c’est le cas avec d’autres états arabes du Moyen- Orient, la Syrie souffre de nombreuses maladies « génétiques », qui trouvent leurs origines dans les erreurs commises par les pays chargés d’exercer leurs mandats, à savoir la France et la Grande Bretagne. L’Italie, qui contrôlait la Libye, est responsable, dans une certaine mesure, du chaos qui règne dans ce pays.

La principale erreur commise par les nations européennes au Moyen-Orient, fut de créer des Etats qui regroupèrent des peuples d’ethnies différentes, composés de tribus, de minorités religieuses et laïques, les unes opposées aux autres, dans l’espoir qu’un jour tous ces groupes antagonistes se retrouveraient autour d’un feu de bois, entonnant joyeusement des chants patriotiques dans une parfaite harmonie. Ce beau rêve ne se réalisa pas, ne se réalise pas aujourd’hui et est loin de se réaliser demain.

Les 30 août dernier, une conférence eut lieu au Conseil de Sécurité des Nations Unies avec comme thème la guerre civile qui ravage la Syrie, responsable de la mort de 5 000 personnes rien qu’en ce mois d’août 2012.

Parmi les participants à la conférence, il y avait le Ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius et le représentant syrien aux Nations Unies, Bashar al-Jafari. Le représentant syrien critiqua les pays occidentaux et notamment la France pour son soutien aux rebelles. Le ministre français lui rétorqua : « Vous parlez de façon négative du Mandat français, mais j’aimerais vous rappeler que le grand père de votre président actuel demanda à la France de ne pas quitter la Syrie et de ne pas lui accorder son indépendance. Ce document officiel, signé par le grand-père de Monsieur el-Assad, se trouve dans nos archives, au Ministère de l’Intérieur, et je peux vous donner une copie. »

Fabius se référait à une lettre, que des Chefs Alouites, parmi lesquels Suleiman el-Assad, le grand père de l’actuel président syrien, écrivirent et envoyèrent au Premier Ministre socialiste de l’époque, Léon Blum. La date de réception, qui figure sur le document, est celle du 15 juin 1936.

A cette époque, il y avait des négociations en cours entre le gouvernement français et un groupe d’intellectuels syriens, qui croyaient en la possibilité de créer un grand état syrien, regroupant des communautés différentes, comme en Europe. Cette lettre fut publiée par le journal libanais al-Nahar et dans le journal égyptien al-Ahram, mais elle ne fit pas la une des journaux.

Ce document devrait être lu en gardant à l’esprit les évènements tragiques qui se déroulent actuellement en Syrie.

« Cher Monsieur Léon Blum, Premier Ministre de France,

 

A la lumière des négociations actuelles entre la France et la Syrie, nous, les chefs Alaouites de Syrie, attirons respectueusement votre attention et celle de votre parti socialiste sur les points suivants :

1. La nation Alaouite, qui a su, avec zèle et courage, préserver son indépendance au cours des années, au prix de nombreuses pertes humaines, est une nation différente des nations musulmanes sunnites, dans sa foi, ses coutumes et son histoire. Jamais la nation Alaouite, qui vit dans la montagne, sur la côte occidentale de la Syrie, n’a été dirigée par les Musulmans, qui règnent sur les villes à l’intérieur du pays.

2. La nation Alaouite refuse d’être annexée à la Syrie musulmane, car la religion islamique est censée être la religion officielle du pays et la nation Alaouite sera dès lors considérée comme hérétique par la religion islamique. Dès lors, nous vous prions de prendre en considération le destin terrible qui frapperait les Alaouites s’ils étaient forcés à s’annexer à la Syrie musulmane, à la fin du mandat français. Les Musulmans auront alors le pouvoir d’instaurer leurs lois religieuses. (L’Hérétique dans l’islam a le choix entre se convertir ou être exécuté. Les Alaouites appartiennent à une secte chiite hétérodoxe, une branche du chiisme, qui s’écarte de la « doctrine », ils sont donc considérés comme hérétiques par les Musulmans sunnites.)

3. Accorder l’indépendance à la Syrie et annuler le mandat constituerait un bon exemple de l’application des principes socialistes en Syrie, mais cela signifierait aussi la prise de contrôle de la nation Alaouite par quelques familles musulmanes en Cilicie, à Askadron (la bande d’Alexandretta, que les Français ont enlevé à la Syrie et annexé à la Turquie) et dans les montagnes d’Ansariyya (dans la partie occidentale de la Syrie, la continuation topographique des montagnes libanaises).

Même le fait d’avoir un parlement et un gouvernement constitutionnel ne garantira aucune liberté individuelle. Le contrôle parlementaire n’est qu’une façade, sans aucune valeur réelle et la vérité dans cette histoire, c’est qu’il sera contrôlé par des fanatiques religieux, qui persécuteront les minorités.

Est-ce l’objectif des responsables français de voir les musulmans contrôler la nation Alaouite et de la précipiter dans la misère ?

4. L’esprit de fanatisme et l’étroitesse d’esprit, dont les racines sont profondément ancrées dans le cœur des Musulmans arabes envers tous les non Musulmans, est l’état d’esprit qui nourrit continuellement la religion islamique, et dès lors, il n’existe aucune espoir pour que la situation change.

Si le mandat est annulé, les menaces de destruction et de mort s’abattront sur les minorités en Syrie, même si l’annulation du Mandat sera suivi d’un décret autorisant la liberté d’expression et la liberté de culte.

Aujourd’hui encore, nous voyons les habitants musulmans de Damas exiger des Juifs, qui vivent sous leur domination, qu’ils signent un document leur interdisant d’envoyer de la nourriture à leurs frères juifs en Palestine, victimes d’une situation terrible (NDT: c’était l’époque de la grande révolte arabe). La situation désastreuse des Juifs en Palestine illustre de façon concrète toute l’importance du problème religieux chez les Arabes musulmans envers quiconque n’appartient pas à l’islam.
Ces braves Juifs, qui ont apporté la civilisation et la paix aux arabes musulmans et ont répandu richesse et prospérité en Palestine, n’ont fait de mal à personne, n’ont rien pris par la force, et malgré cela, les musulmans leur ont déclaré la guerre sainte et n’ont pas hésité à massacrer leurs enfants et leurs femmes, en dépit de la présence de l’Angleterre en Palestine et de la France en Syrie.
Dès lors, un avenir des plus sombres attend les Juifs et les autres minorités si le mandat est annulé et si la Syrie musulmane est unifiée à la Palestine musulmane. Cette union est le but ultime des Arabes musulmans. (NDT : et l’actualité montre qu’ils n’ont pas abandonné ce but)

5. Nous apprécions votre générosité d’esprit de vouloir défendre le peuple syrien et votre volonté de leur accorder l’indépendance, mais la Syrie est loin du noble objectif auquel vous aspirez pour elle, car elle est toujours emprisonnée dans son esprit religieux féodal. Nous refusons de croire que le gouvernement français et le PS français marqueront leur accord à l’indépendance syrienne, car cela signifierait l’assujettissement de la nation Alaouite et la mise en danger de mort de son peuple.

Nous ne pouvons pas croire que vous accédiez à la requête de la Syrie nationaliste d’annexer la nation Alaouite à la Syrie, au nom de nobles principes. Si les Alaouites soutiennent l’idée de la liberté, ils n’accepteront jamais qu’une nation (la Syrie musulmane) essaye de voler la liberté à une autre nation (l’Alaouite) en la forçant à l’annexion.

6. Vous pensez certainement que les droits des Alaouites et des autres minorités seront protégés par les clause d’un traité (le traite franco-syrien qui définit les relations entre les états) mais nous insistons sur le fait que les contrats n’ont aucune valeur pour les musulmans syriens. Nous avons pu le constater par le passé avec le pacte signé par l’Angleterre avec l’Irak, qui interdisait aux Irakiens de massacrer les Assyriens et les Yazidis.

La nation Alaouite, que nous, soussignés représentons, supplie le gouvernement français et le parti socialiste français de garantir sa liberté et son indépendance dans ses frontières. La nation Alaouite, amie fidèle de la France, qui lui a rendu de grands services, et qui se trouve aujourd’hui sous la menace de la destruction et de la mort, remet son sort entre les mains des leaders socialistes français, certaine de trouver auprès d’eux un soutien fort et loyal. »

Signés par:Aziz Agha al-Hawash, Mahmud Agha Jadid, Mahmud Bek Jadid, Suleiman Assad (le grand père de Bashar], Suleiman al-Murshid, Mahmud Suleiman al-Ahmad.

 

Cela conclut le document qui fut écrit il y a 86 ans, mais qui aurait aussi bien pu être écrit hier. Ce document décrit tous les maux dont souffrent les peuples au Moyen Orient : fanatisme religieux, violence, marginalisation de quiconque n’appartient pas au groupe dominant, stéréotypes qui déterminent la manière dont il faut penser, maux aggravés par l’ignorance occidentale et sa naïveté à l’encontre des problèmes régionaux et la façon de les résoudre.

Avec tout le respect que je dois aux signataires de ce document, les Alaouites ne sont pas non plus exempts de problèmes. Malgré le fait qu’ils soient arabes et parlent arabe, ils se différencient des arabo-musulmans et de la scène arabe et se définissent comme la nation alaouite, parce qu’ils sont membres d’une religion différente. Les Alaouites forment des tribus distinctes des tribus arabes, vu qu’ils se considèrent comme les habitants de souche des montagnes de la Syrie occidentale, par opposition aux arabo-musulmans qui envahirent la région au VII siècle, en provenance de la péninsule arabique, et s’y imposèrent par le sabre du second calife musulman Umar bin al-Khattab, qui força les peuples conquis à se soumettre à l’islam.

Sans aucun doute, les Alaouites tirèrent les conclusions appropriées de ce qui fut écrit dans ce document et dirigèrent les Musulmans depuis 1966 avec une cruelle poigne de fer, car ils étaient conscients de ce qui les attendraient si les Musulmans devaient un jour les dominer.

Un détail important à noter est le fait que l’empire Ottoman n’est pas du tout mentionné, dans la lettre, même s’il essaya d’islamiser les Alaouites et les obligea à construire des mosquées dans leurs villages. Peut-être ne firent-ils aucune allusion aux Turcs afin de protéger la minorité alaouite qui vivait en Turquie, et par crainte d’une vengeance des Turcs sur leurs frères, s’ils avaient mentionné les Turcs d’une façon négative.

Mais le détail le plus surprenant fut la façon élogieuse dont ils parlèrent des Juifs dans la terre d’Israël.

Qui sait, peut être qu’à l’avenir, les Alaouites seront forcés de fuir les villes musulmanes syriennes pour échapper à leur sort funeste, comme décrit dans cette lettre de 1936, et éviter d’être décapités. Ils établiront leur état indépendant dans les montagnes d’Ansariyya et alors, cette minorité persécutée, dans une nouvelle ironie de l’histoire, essayera de s’unir aux Sionistes, qui, aux yeux des Arabes et des Musulmans, demeure toujours une Entité illégitime et méprisée »

Les Arabo-musulmans, aveuglés par leur idéologie pseudo-religieuse, restent fidèles à eux-mêmes quelle que soit l’époque : violence, oppression, conversion forcée des minorités et/ ou mise à mort. Partout où l’islam domine, c’est le chaos, la misère, l’injustice, le crime.

En fait, la crainte des Alaouites de tomber sous la domination musulmane les rend féroces et elle rejoint en quelque sorte la nôtre – sans la férocité. Eux s’accrochent au pouvoir, car ils savent quel avenir leur réserveront les Arabo-musulmans, s’ils venaient à le perdre.

Nous devons empêcher que les Musulmans ne prennent un jour le pouvoir en Occident et fassent de nous les minorités à soumettre, à humilier, à exterminer.

Mais l’internationale socialiste, leurs alliés écologistes, et les partis traditionnels de droite ne semblent pas le réaliser et ils s’enfoncent jour après jour dans le déni de la réalité du danger islamiste, malgré les clignotants d’un rouge qui devient de plus en plus écarlate.

 

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Source : Assad’s Grand father’s 1936 letter Predicts Muslim slaughter of Minorities, Praises Zionists” by Dr Mordechai Kader – The Jewis Press.com/Elder of Zyion 01.09.2013. (traduit, adapté et commenté par Rosaly)

- See more at: http://www.dreuz.info/2013/09/les-alaouites-et-le-parti-socialiste-francais-une-longue-histoire-damour-de-haine-et-maintenant-de-revanche/#sthash.JBBxoGMz.dpuf

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International