Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 02:06

 

On rogne à tout va, on coupe un peu partout : 

  • Les allocations familiales 
  • Le quotient familial
  • Les retraites

Etc. 
Mais où est donc ce fameux principe d’égalité cher à notre président de la république ? C’est grand, c’est généreux, la France…mais pour qui ? Je vous le demande.
Est-il tenu au courant de ces décisions tout à fait stupéfiantes qui autorisent pratiquement la polygamie en France (Sources : « Valeurs Actuelles ») ?
**Tout parent algérien installé en France pourra toucher des allocations familiales au titre de ses enfants nés en Algérie, qui décideraient de le rejoindre. 
Même si ces enfants ont pénétré en France en dehors de toute procédure de regroupement familial (Décision de la cour de cassation du 5 avril 2013).
Cela s’applique naturellement aux enfants de pères polygames, puisque ceux qui ne le sont pas peuvent bénéficier depuis 1976 dudit regroupement familial.

 
Ainsi donc les musulmans ayant épousé plusieurs femmes en Algérie, ou ailleurs, pourront, sans contourner la loi française (comme ils le faisaient jusqu’à présent en faisant passer leurs « compagnes » pour des « mères isolées ») faire financer par nos impôts, et en toute légalité, les séjours en France de leur nombreuse descendance.
Il ne s’agit pas d’ailleurs que des Algériens. L’accord Euro-Méditerranée (UE/Algérie), du 19 décembre 2001, concerne également les ressortissants du Maroc et de la Tunisie.
La fraude au regroupement familial est ainsi légalisée puisqu’elle n’existe plus. La loi Balladur de 1993 peut être considérée comme abrogée.
En 2010 l’affaire de l’escroc Hebbadj, français d’origine algérienne soupçonné d’avoir fait subventionner par la CAF de Loire Atlantique son foyer composé de 4 femmes et 12 enfants, ce voyait mis hors de cause par le Tribunal de Nantes (condamné à 6 mois avec sursis pour des faits connexes). Aujourd’hui Hebbadj ne risquerait plus aucune condamnation puisque le seul fait de reconnaître comme siens les enfants de ses 4 « compagnes », même s’ils n’ont pas acquis la nationalité française, suffirait à lui accorder de plein droit le bénéfice des prestations familiales.

 
Rappelons également le cas présenté par Jean-Pierre Brad, ancien député communiste et maire de Montreuil jusqu’en 2008, donc peu suspect de « racisme » ou de « xénophobie », qui s’expliquait sur la situation de ces deux frères jumeaux, musulmans d’origine africaine, mariés chacun à deux épouses et pères de 40 enfants, tous scolarisés dans la même école et qui exigeaient un grand appartement pour pouvoir vivre ensemble.


Il est difficile, pour ne pas dire impossible, de calculer combien de familles similaires à celle de M. Hebbadj seraient concernées pour bénéficier de ces prestations familiales. 
D’après les services de l’ancien ministre de l’Intérieur, M. Brice Hortefeux, au minimum 80.000 mais jusqu’à 500.000 (en partant d’une hypothèse extrêmement basse) vivraient sous un régime que proscrivait jusqu’à aujourd’hui le droit français.
**Passons à présent sur un sujet plus anecdotique : les « Femen ».
L’une des co-fondatrices a fait son numéro lors de l’émission « On n’est pas couché » samedi soir et s’est fait fort justement « ramasser » par Natacha Poligny. Pourquoi, ou contre quoi, revendiquent ces « Femen » ? Et pour qui revendiquent-elles ? Qu’ont-elles obtenu de positif depuis le début de leur action dénudée à part de la publicité dans les médias et à la télé ? La co-fondatrice considère comme « ringardes » les actions menées par les féministes jusqu’à leur arrivée sur le marché médiatique.


Sans doute n’a-t-elle jamais su que des « suffragettes » sont mortes, dans la première moitié du XXe siècle, pour revendiquer le droit de vote des femmes et que les « ringardes » ont obtenu le droit à l’avortement et d’autres droits moins spectaculaires sans avoir eu besoin d’exposer leurs seins.

Les « Femen » pleurent sur le sort réservé à leurs sœurs en Tunisie ! Il est vrai qu’elles n’ont pas eu le droit au même traitement qu’en France. Imaginez une seule seconde qu’elle aurait été la sentence si elles avaient occupées une mosquée dans un pays musulman au lieu de Notre-Dame de Paris !
Une suggestion : pourquoi ne pas fonder les « Homen » qui, faute de seins, laisseront pendiller leurs c…(pardon) leurs testicules, afin d’obtenir les honneurs de la presse et de la télé sur des revendications…et elles sont nombreuses. Je parle des revendications bien entendu !

 

manuel gomez

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société