Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 00:51

Le 30 mars ne fut pas seulement la date de la déroute électorale que l’on sait pour le Parti socialiste. Ce fut aussi, beaucoup plus gravement, la date d’un « fait divers » particulièrement sordide et significatif. Cette nuit-là, une malheureuse jeune fille française de tout juste 18 ans a été dépouillée, martyrisée et violée par 4 voyous, avec une indescriptible barbarie. C’est, hélas, fréquent dans ces banlieues qui sont de moins en moins sûres… et de moins en moins françaises.

valls_bilan

 

Mais l’affaire est particulièrement révélatrice, d’après la relation qu’en donne notre confrère « Valeurs ac­tuelles », l’un des rares médias français à se ranger préférentiellement du côté des victimes, sans chercher en permanence toutes sortes de circonstances atténuantes aux bourreaux.

Tout d’abord, la jeune fille a été agressée à la gare d’Évry. C’est-à-dire dans la ville de Manuel Valls, dont on nous dit qu’il incarne la gauche sécuritaire. Le symbole est puissant : la sécurité à Évry était censée justifier les compétences de Manuel Valls pour le ministère de l’Intérieur et ce fait divers terrifiant se produit chez lui, au moment même où l’échec électoral du PS sonne sa promotion à Matignon… On peut difficilement faire plus sinistrement comique. Mais, après tout, cela pourrait n’être qu’une coïncidence et il serait évidemment injuste de rendre Manuel Valls seul responsable de la situation insurrectionnelle de sa ville.

Il y a pire. Il y a d’abord le fait que ces monstres étaient mineurs : deux avaient 13 ans, un 15 ans et le plus âgé avait 17 ans. Ce sont donc des gamins qui ont ruiné la vie d’une gamine. Ou comment détruire en quelques heures la formidable promesse d’une jeunesse française.

Mais, là n’est pas le pire encore. Sur les 4 agresseurs, 3 étaient des récidivistes. Ils n’avaient pas 18 ans et avaient déjà été condamnés pour viol (sur la fille d’un sous-officier de gendarmerie !) ou pour vol avec violence. Le violeur récidiviste, le bourreau de 17 ans, avait été libéré 6 mois plus tôt après avoir été condamné à 2 ans de prison (seulement ! pour un viol !), dont il avait fait les deux tiers. La vie d’une jeune femme, en France, « coûte » donc 16 mois de prison. On n’entend pas beaucoup Mme Vallaud-Belkacem sur cette affaire !

Il y a pire encore. Arrêtés, les agresseurs n’ont montré aucun remords. Si­gne de la perte de repères qui caractérise les « jeunes » de ces zones de non-droit. Et, surtout, ils ont violé la malheureuse, parce qu’elle était française. Ils étaient tous étrangers et considéraient tous les Français comme des fils de p…, ont-ils déclaré au juge. Comme le faisait remarquer ma jeune consœur et amie Charlotte d’Ornel­las, le viol est une technique de soumission en temps de guerre. Ces monstres sont en guerre contre la France et violent ses filles précisément pour cela.

Voilà ce qui est grave. Cette malheureuse a « payé » le fait d’être Française, en France. Et la réforme pénale de Mme Taubira va encore aggraver la situation. Comment peut-on le supporter ? Et comment supporter ce racisme barbare, qui n’intéresse pas les bonnes consciences ? Et comment supporter que les féministes méprisent cette souffrance et n’aient pas un mot pour condamner ces barbares ?

M. Valls, il n’y a qu’une réponse à ce viol : mettez la réforme Taubira au panier ; mettez dehors ces barbares ; et prenez enfin des mesures pour protéger les Français – et tout spécialement les Françaises ! Nous ne pouvons pas tolérer que ces voyous tuent et violent nos filles chez nous, sans réagir. Et, même pire, en les abreuvant de subventions ! 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration