Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 01:00
Par Arnaud Folch

Abstention au 1er tour de l'élection présidentiellePrès d’un Français sur trois s’apprêterait à bouder les urnes le 22 avril. Pourquoi ? Avec quelles conséquences ?

« Si l’abstention est forte, tous les sondages seront démentis. Je ne sais pas alors quel sera l’ordre d’arrivée… » Cette confidence, lâchée par François Hollande à La Réunion, aurait tout aussi bien pu sortir de la bouche de Nicolas Sarkozy. Mais aussi de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou François Bayrou. Après les épisodes “Marine Le Pen assurée d’être au second tour” (printemps 2011), “Hollande le déjà élu” (hiver 2011-2012), “Bayrou 2, le remake de 2007” (janvier 2012), “Sarkozy le ressuscité” (depuis un mois) et “Mélenchon jusqu’où ? ” (lire notre dossier page 10), voici venir une nouvelle séquence concernant, cette fois, tous les candidats : la crainte d’une non-participation record à un premier tour de présidentielle. À moins de vingt jours du scrutin, près d’un Français sur trois (32 %) s’apprêterait en effet, selon l’Ifop, à bouder les urnes : du jamais-vu sous la Ve République ! Et la promesse, redevenue possible, d’un grand “chamboule-tout” le 22 avril…

Voilà plusieurs semaines que divers indicateurs l’annonçaient. « Au lieu de progresser dans la dernière ligne droite, comme c’est toujours le cas, l’intérêt des Français pour cette campagne a au contraire diminué », relève d’abord Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop. Autre signal : alors que Sarkozy et Hollande pointent largement en tête des sondages de premier tour, les électeurs ne sont que 43 %, selon le même institut, à souhaiter ce face-à-face, contre 53 % – dix points de plus ! – qui préféreraient un autre cas de figure (et 4 % qui ne se prononcent pas).

Il n’est pas jusqu’aux audiences des émissions politiques télévisées (17,4 % en moyenne contre 25 % en 2007) qui ne témoignent du désintérêt (relatif) des Français pour cette campagne. Il en va de même pour la diffusion des quotidiens nationaux, qui – excepté le Figaro – ont vu leurs ventes régresser en ce début d’année alors qu’elles avaient augmenté il y a cinq ans.

Pourquoi cette désaffection ? Là encore, comme les signaux, les explications sont multiples. « La présidentielle de 2007 (83,8 % de participation) n’a été qu’une “parenthèse enchantée” dans un climat général de progression de l’abstention, témoigne encore Jérôme Fourquet. Dès le mois suivant, aux législatives, la participation avait déjà baissé de 20 points. Puis tous les autres scrutins du quinquennat (municipales, européennes, régionales et cantonales) ont été mar qués par une abstention record sous la Ve République. »Bref, le “sursaut civique” tant célébré du précédent scrutin – avec une participation équivalente à celle de… 1974 – n’était qu’un trompe-l’oeil ! Il y a cinq ans, nous sortions d’un cycle (les douze années de présidence Chirac), les deux principaux candidats se présentaient pour la première fois et les Français, optimistes, avaient envie de croire aux promesses des politiques : c’est tout le contraire aujourd’hui !

Circonstance aggravante : le peu d’enthousiasme suscité par les candidats eux-mêmes. Aucun n’émerge réellement. Décryptage signé Pascal Perrineau, le directeur du Cevipof (Centre d’étude de la vie politique française, le centre de recherche de Sciences Po) : « À gauche, la procédure des primaires puis la sélection claire de Hollande avaient créé une grande attente. Elle est un peu déçue et laisse la place au vote protestataire pour Mélenchon. À droite, Sarkozy est engoncé dans son bilan de président sortant et Bayrou donne l’impression d’être seul et un peu usé. » Quant à Marine Le Pen, ajoute Jérôme Fourquet, « elle pâtit notamment de son absence de dynamique dans les sondages, ce qui peut démobiliser une partie de ses électeurs ». Alors que la plupart des candidats semblaient monter en puissance en 2007, ils apparaissent aujourd’hui essoufflés. Simplement répétitifs. Et d’autant moins convaincants qu’avec la crise, les Français ne croient plus guère dans leur capacité à changer les choses : quel que soit le candidat élu, neuf sur dix s’attendent ainsi à une baisse de leur pouvoir d’achat au cours des prochaines années !

Une campagne de chiffres, de petites phrases et de pronostics

 Outre le calendrier (les deux tours tombent au milieu des vacances de printemps), la campagne est enfin jugée décevante, très en dessous de ses devancières, dans son déroulement et ses débats (ou plutôt ses non-débats). Si encore elle était distrayante, mais ce n’est même pas le cas ! Trop de forme, pas assez de fond ; successivement bataille de chiffres, de petites phrases, puis de pronostics : cette présidentielle, comme l’a crûment dit Daniel Cohn-Bendit « emm… » les Français. « C’est une campagne qui ressemble à une oeuvre de Jackson Pollock [peintre américain réputé incompréhensible, NDLR]. Quand on la regarde, on ne sait pas comment la saisir », commente drôlement Édouard Lecerf, le directeur général de TNS Sofres.

Mélange de colère (“Tous des nuls !”) et de résignation (“À quoi bon ? ”), l’abstention record prévue pour le 22 avril touche, comme d’habitude, plus fortement les jeunes (41 % des moins de 35 ans) et les catégories populaires (54 % des ouvriers). Est-ce à dire que le PS et le Front national seront les premières victimes de ce phénomène ? C’est ce que l’on espère à l’UMP, ultramajoritaire chez les plus âgés, qui sont aussi les plus participatifs (25 % seulement d’abstention chez les 50-64 ans). Pas si simple pourtant. Certes, la gauche a été absente des deux seconds tours des scrutins ayant connu les plus forts taux d’abstention (1969 et 2002). Reste, comme le remarque Jérôme Fourquet, que « lorsqu’on regarde notre étude dans le détail, les sympathisants UMP (27 %) sont encore plus nombreux que ceux du PS (23 %) à prévoir de s’abstenir ». Parmi les grands partis, c’est bien chez les sympathisants FN que l’on compte le plus d’électeurs tentés de bouder les urnes (37 %). Pour autant, le précédent record d’abstention sous la Ve République (28,4 %) est loin de l’avoir desservi : c’était le 21 avril 2002…

Si les instituts de sondage tentent de prendre en compte les abstentionnistes, tous les états-majors le savent : une “non-participation” a (presque) toujours des conséquences insoupçonnées. Qu’une fraction de l’électorat, simplement, se déplace, et c’est l’ensemble des lignes qui peut bouger. En 2002, seules 200 000 voix séparaient Le Pen de Jospin. Les deux favoris ne l’ignorent pas : il n’y a jamais loin entre attitude de résignation et vote de protestation – en faveur du candidat du Front de gauche d’un côté, de la présidente du FN de l’autre. Un signe qui ne trompe pas de l’inquiétude qui grandit : le site de campagne de Hollande affiche depuis quelques jours une page spéciale consacrée au vote par procuration. Celui de Sarkozy fera de même dans quelques jours.Arnaud Folch

 

source Valeurs Actuelles

 

mots clefs : sarkozy, hollande, mélenchon, Marine LE PEN, abstentions

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique