Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 01:34

Cécile DuflotSpécial immobilier. Comment le gouvernement accélère la pénurie : inquiets, les professionnels réunis par “Valeurs actuelles” lancent un avertissement.

Le 11 septembre, Cécile Duflot présentait au Sénat son projet de loi de mobilisation générale pour la construction de logements. La même semaine, les constructeurs de maisons individuelles annonçaient une baisse des ventes de 12 % de mai à juillet par rapport à 2011, tandis que les notaires d’Île-de-France constataient une diminution de 21 % des transactions dans l’ancien au deuxième trimestre. C’est peu dire que l’arrivée de la gauche n’a pas stimulé le marché.

Des prix élevés, un attentisme des vendeurs, une demande forte mais de moins en moins solvable, voilà l’équation que doit résoudre le gouvernement. « Je veux faire construire plus de logements », promettait François Hollande dans la proposition 22 de son projet présidentiel. La ministre du Logement fait état de 1,7 million de demandes de logement social en attente.

Une situation qui justifie la mobilisation des pouvoirs publics. Mais les moyens sont-ils adéquats ? « L’action publique s’est parfois détournée, voire égarée, en pensant qu’il suffirait de redonner la main au seul marché pour que, par miracle ou par l’action d’une main invisible, celui-ci retrouve un équilibre donnant à chacun les moyens de se loger », dit Cécile Duflot.

Un constat discutable qui ne fait que refléter la défiance de la gauche vis-à-vis des acteurs privés, car les gouvernements successifs n’ont cessé d’intervenir dans le domaine du logement et le secteur croule sous les réglementations.

La gauche ne fait qu’en rajouter. À commencer par l’encadrement des loyers dans les zones tendues qui pénalisera les investisseurs pour qui la rentabilité après impôt est proche de zéro. La ministre promet d’établir « des relations plus équilibrées entre les propriétaires et les locataires », autrement dit de rendre encore plus difficiles les expulsions en cas d’impayé, et de « lutter fortement contre la vacance » en dissuadant les propriétaires de laisser les logements vides pour ceux qui seraient découragés par les nouvelles contraintes pesant sur les bailleurs.

Les mesures coercitives s’étendront aux communes, désormais contraintes, sous peine d’un quintuplement des pénalités, « dans un souci permanent de justice sociale et territoriale », de porter à 25 % la part des logements sociaux, ce qui ne fera que renchérir le coût de l’ensemble. 

 La fin du prêt à taux zéro en début d’année, qui permettait à de nombreux ménages à revenus modestes de devenir propriétaires, explique en partie le ralentissement de l’activité[...]

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie