Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 02:50

Avec cette lettre courageuse qui devrait faire des émules : 

> « Monsieur le Président,

>  Le 23 avril dernier, l’Assemblée nationale a adopté un projet de loi visant à permettre l’union  de personnes de même sexe et l’adoption d’enfants de la part de ces mêmes personnes, en appliquant à cette union le terme de mariage.

> Cette réforme modifie fondamentalement la conception de ce qu’est le mariage et la famille, selon l’acception des termes usités jusqu’à ce jour et depuis des siècles. Il ne s’agit pas d’une réforme sociale, mais d’un changement de nature imposé à toutes les familles.

> Il y a une vingtaine d’années, au mois de juin 1993, m’a été remise la médaille d’or de la famille française. Avec mon mari, nous avions à ce moment-là dix enfants, le onzième est né quelques années plus tard. Ni mon mari ni moi n’avions fait de demande pour obtenir cette médaille, mais après avoir écouté les sages avis de notre entourage, nous avions compris qu’on ne refuse pas une décoration si rien de fondamental ne nous oppose à l’institution qui nous la remet.

> Le jour de la fête des mères, en ce 6 juin 1993, après la messe, nous nous sommes donc rendus à la mairie de Guidel où le maire m’a remis la médaille au nom du préfet du Morbihan.

> « La médaille de la famille est une distinction honorifique décernée aux personnes qui élèvent ou qui ont élevé dignement de nombreux enfants, afin de rendre hommage à leurs mérites, et de leur témoigner la reconnaissance de la nation.  », dit le code de l’action sociale et des familles (article D215-7).

> Dans la reconnaissance que la nation octroie à ces familles, il y a la considération d’un service. C’est le simple service, naturel mais exigeant, d’une mère et d’un père de famille qui laissent venir à la vie les enfants qui sont nés de leur amour. Dans la logique de l’amour, ils les éduquent, non pas seulement pour eux et pour leur droit, mais pour construire la civilisation de demain.

> « Peuvent obtenir cette distinction les mères ou les pères de famille dont tous les enfants sont français qui, par leurs soins attentifs et leur dévouement, ont fait un constant effort pour élever leurs enfants dans les meilleures conditions matérielles et morales.  » (art. D215-7 id.). C’est ce qu’avec mon mari aujourd’hui défunt, nous avons prétendu réaliser, en toute simplicité, mais au prix d’efforts parfois considérables. Aujourd’hui, nos enfants étudient pour les plus jeunes, ou travaillent pour les plus grands, contribuant à l’essor de notre pays.

>  Vous trouvez là, Monsieur le Président, une contradiction profonde entre la conception de la famille prônée par la République jusqu’à aujourd’hui, et ce que vous mettez en place dans votre politique. En effet, le mariage et l’éducation des enfants, dans votre idéologie, ne sont plus que des « droits » qui justifient la modification des concepts naturels pour s’adapter à des pratiques individuelles. Mais c’est la vision individualiste que vous mettez en exergue, au détriment d’une conception vraiment socialiste de notre pays. Par votre réforme, la famille n’est plus au service de la nation, elle n’est plus la nation de demain ; elle est l’expression de droits individuels et est sujette aux formes que chacun veut lui donner.

> Bien évidemment, nous n’avons jamais ignoré les modes de vie particuliers de certains. Si nous les avons trouvés étranges, nous n’avons pas discuté ou combattu leur liberté. Mais quelle idée absurde de vouloir les regrouper sous le nom de famille : la filiation n’est pas un jeu de poker où gagnerait le meilleur tricheur ! Je vois sur le site officiel que la loi votée par votre parlement reproduit à l’identique les dispositions de la précédente pour l’attribution de la médaille de la famille : les décorerez-vous lorsqu’ils auront acheté en nombre suffisant les enfants dont ils auront eu envie sur ces nouveaux marchés aux esclaves tels qu’il en existe déjà dans certains pays étrangers ?

> Le paradoxe que vous mettez en place, par le libertarisme individualiste d’un côté, et l’ingérence de l’Etat d’un autre dans le domaine de l’éducation met en péril la notion même de famille. Vous voulez nous imposer des conceptions philosophiques partisanes et opposées à la vision traditionnelle de l’homme et de la famille dans les écoles sous le nom d’éducation sexuelle ou de morale républicaine. La famille telle que vous la définissez désormais ne serait plus la cellule de base de la société, apte à lui offrir la richesse humaine de demain ; elle est le produit d’un projet individualiste tributaire de conceptions personnelles.

>  Voilà pourquoi, Monsieur le Président, je prends la décision de vous renvoyer la médaille reçue sous la présidence de Monsieur Mitterrand. Cette distinction perd tout son sens dès lors que la famille ne correspond plus à ce qui est prôné par les valeurs qui en justifient l’attribution.

> Je sais qu’un certain nombre de mères de famille qui partagent mon opinion vous renverront aussi leur propre médaille. C’est notre manière d’exprimer combien il serait incohérent de conserver une décoration qui n’est plus qu’un leurre dès lors qu’elle est vidée de sa valeur symbolique.

>  J’adresse une copie de cette lettre à Monsieur le Maire de Guidel, commune où je réside et où nous habitions déjà lors des naissances de nos neuvième, dixième et onzième enfants, commune à l’initiative de laquelle je dois d’avoir reçu cette décoration.

> Je l’adresserai également à Madame le Ministre de la Famille et je diffuserai largement cette lettre afin de faire connaitre ma décision.

>  Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de la considération que je dois à votre fonction,

> Madame Jean-Yves DE ROECK

> née Françoise CATTA »

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société