Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 01:53

Un incident de nature christianophobe a perturbé la procession de la Fête-Dieu, dite « Marche des témoins de la foi », organisée à Lyon le 2 juin dernier par l’archidiocèse catholique de Lyon. Certes, personne n’a été blessé puis des participants à cette procession n’ont été que trempés par des projections d’eau depuis un immeuble situé sur le parcours, mais de tels actes sont révélateurs de la haine antichrétienne diffuse dans notre pays, et qui s’exprime de bien de manières… 

Cette attaque s’est produite en queue de procession, peu après le départ depuis l’Amphithéâtre des Trois Gaules (rue Lucien Sportisse) et les litanies des saints. Je suis presque témoin de la scène, car j’étais dans la procession mais je n’ai malheureusement pas vu le jet d’eau lui-même (mais était-ce bien de l’eau ou “seulement” de l’eau ?). En revanche, j’ai bien vu la pauvre grand-mère trempée et une dame à la robe mouillée qui avertissait le conducteur d’une voiture de police située à 10 m de la scène. Je regrette de ne pas avoir eu le réflexe de prendre une photo, cependant vous trouverez ci-jointe celle du “lieu du crime” [image de une]

 . Il s’agit de la rue du Jardin des Plantes, dans le 1er arrondissement de Lyon. Ce n’est pas un quartier défavorisé mais plutôt “bobo”, un peu comme le quartier Bastille à Paris. D’ailleurs, même si je n’ai pas bien vu le visage des jeunes agresseurs, ils n’étaient pas d’origine immigrée. C’étaient soit des militants d’extrême gauche, soit des militants LGBT.

Un homme d’origine africaine ou antillaise leur faisait honte, criant que ce qu’ils avaient fait pas “n’était pas normal, pas bien”, etc. Cet homme ne participait pas à la procession (pas encore eucharistique, mais déjà derrière les reliques de St Irénée) et circulait à vélo. Ce faisant il bloquait la circulation : derrière lui se trouvait un utilitaire, et derrière cet utilitaire, la voiture de police. Pendant que les policiers en patrouille étaient avertis, les processionnaires gardaient leur calme, certains faisaient cependant “coucou” de la main pour narguer leurs agresseurs.

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions