Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 02:52

A Lyon, citoyens et responsables communautaires musulmans s’inquiètent du «raidissement» de la société française vis-à-vis de l’islam.

La montée du communautarisme souvent dénoncée par les politiques, en revanche, ne préoccupe pas le père Delorme. «Dans la société qui est la nôtre, on a besoin d’un groupe pour exister».

«Tous ces fidèles qui vont sortir tout à l’heure de la mosquée après la prière, ces barbus en djellabah, ces femmes portant le foulard, ça pose évidemment questions aux gens qui nous regardent». Kamel Kabtane, le recteur de la grande mosquée de Lyon, est très conscient des réactions que peut susciter dans l’opinion publique, l’augmentation de la pratique chez les musulmans, et son extrême visibilité. «Les églises se vident et les mosquées se construisent, observe-t-il.

Vendredi 26 octobre, premier jour de l’Aïd-el-Adha, principale fête du calendrier musulman, la grande mosquée de Lyon est bondée. A la fin de la célébration, une volée de femmes coiffées de foulards multicolores descend l’escalier de la salle de prière qui leur est réservée. Elles aussi témoignent de ce sentiment de ne pas être aimées. «Je ne porte le voile que pour me rendre à la mosquée. Et je vois la différence dans les regards des gens» , dit l’une. «Je travaille dans le milieu hospitalier. Depuis quelques mois, trois femmes portent le foulard. J’ai entendu dans les couloir des commentaires du style «on commence à voir des voilées ici». Ca blesse. […]

Lors de la visite à la grande mosquée de Lyon, le premier jour de l’Aïd, une femme a longuement attendu que ses coreligionnaires aient fini de parler à la journalistes. Toutes portaient le foulard, elle était tête nue. Algérienne, elle vit en France depuis l’enfance. Et son discours tranche avec celui, souvent victimaire, de beaucoup de musulmans. «Je trouve inacceptable de choquer les gens dans un pays qui n’est pas le nôtredéclare-t-elle. Le Coran dit que le musulman doit se fondre dans la masse. Je suis sûre que si le prophète vivait de nos jours, il serait en costume-cravate». […]

Libération

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions