Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 01:58
Le Capitole (c) Tania Mesthe
  
Le Capitole (c) Tania Mesthe
 
 

INFO VOIX DU MIDI – Actuellement, 450 agents municipaux de Toulouse et de Toulouse Métropole sont payés sans pour autant être en poste. Explications.
         
Sur les 12500 personnels municipaux toulousains (8000 à la mairie de Toulouse, 4500 à la Communauté urbaine Toulouse Métropole), une infime partie est payée pour ne pas travailler.
Un phénomène qui n’est pas nouveau mais qui perdure.
 
572 agents selon des sources syndicales
 
« Aujourd’hui, 450 agents sont en repositionnement professionnel. Ils étaient 500 à notre arrivée en avril », révèle Henri de Lagoutine, conseiller délégué en charge des ressources humaines.
Des sources syndicales avancent quant à elles le chiffre précis de « 572 agents » qui seraient en stand by professionnel à la mairie et à la métropole.
Une situation d’attente qui serait très mal vécue par la majorité d’entre eux, chassant de fait l’image d’Épinal du fonctionnaire heureux d’être payé à ne rien faire…
 
Un phénomène « statistiquement normal »
 
Au-delà de la polémique des chiffres – à peine 4% des agents territoriaux sont concernés, un « phénomène statistiquement normal » selon Henri de Lagoutine  – c’est un problème de fond pour la nouvelle équipe municipale menée par Jean-Luc Moudenc, qui s’attelle à un vaste plan d’économies, comme l’épisode de la suppression du régime indemnitaire des contractuels l’a prouvé.
 
 «  La moitié de ces 450 agents sont en surnombre dans les services, et suivis par une cellule ad hoc, tandis que l’autre moitié est à la maison. L’exercice de reclassement est long, des gens sont abîmés par la vie. Il faut les aider. Ce problème est lié à l’histoire, à un mode de recrutement. Il faut l’améliorer »,  poursuit le conseiller délégué.
 
Ces chiffres et cette situation ubuesque devraient figurer sur le bilan social 2011-2013 (période durant laquelle Pierre Cohen était maire), qui pourrait être dévoilé aux personnels d’ici la fin de l’année.

source

lu sur MA FRANCE : http://by-jipp.blogspot.fr/2014/10/mairie-de-toulouse-toulouse-metropole.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique