Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 02:19

Le projet de loi sur le mariage homosexuel est présenté aujourd’hui en Conseil des ministres. L’occasion de demander à différents hommes et femmes  du département ce qu’ils en pensent. 

Patrice Carvalho, Front de gauche, député de la 6e circonscription. Carvalho n’est pas sur la même longueur d’onde que son chef de parti, Jean-Luc Mélenchon, qui veut « l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homos ». Il s’explique : « Je voterai contre. J’ai voté le pacs et c’est suffisant. Le mariage, c’est un homme et une femme qui peuvent concevoir un enfant. La nature n’est pas faite autrement. » Pour le reste : « Ce dossier, ce n’est pas la priorité des Français en ce moment, c’est de l’enfumage! » s’agace le député.

Caroline Cayeux, , sénateur-maire de Beauvais. « L’institution du mariage doit être préservée dans sa forme actuelle. Rien ne doit être décidé dans la précipitation. Je pense que nous pouvons améliorer le pacs, le renforcer, pour permettre aux couples de bénéficier de droits très proches de ceux des personnes mariées. La loi permet déjà à des personnes célibataires d’adopter des enfants. Il y a donc un fait établi en  : les homosexuels peuvent déjà adopter. Cependant, il n’appartient pas aux faits de dicter le droit. Le droit doit encadrer le fonctionnement de notre société, pas l’inverse. »

Edouard Courtial, UMP, député de la 7e circonscription. « Je suis foncièrement opposé à l’union et à l’adoption pour les personnes de même sexe. Je suis pour l’équité des droits, mais je considère que la protection de l’enfant et son équilibre nécessitent un père et une mère. Et combien de couples cette mesure concernerait-elle? Je crois surtout que l’arrivée opportune de ce sujet sur la table est un parfait écran de fumée pour masquer le matraquage fiscal mis en place par le gouvernement. »

Olivier Dassault, UMP, député de la 1re circonscription. « Reconnaître pleinement le droit de chacun à vivre une vie de couple avec la personne choisie ne me pose pas problème en tant que responsable politique. Cependant, je reste gêné sur l’usage du terme mariage entre deux personnes du même sexe. Je viens de cosigner une proposition de loi qui vise à créer l’alliance civile, située entre le mariage et le pacs. Nous n’avons pas assez de recul pour trancher la question de l’homoparentalité. Je resterai donc très réservé sur une légalisation à ce sujet. »

Lucien Degauchy, UMP, député de la 5e circonscription. « Les gens vivent comme ils veulent, mais cela est mal venu d’officialiser le mariage homosexuel, confie Lucien Degauchy. Même si la société évolue, c’est aller un peu loin que de vouloir offrir deux papas ou deux mamans à un enfant. On se demande où l’on va! »

Michel Françaix, PS, député de la 3e circonscription. « Beaucoup disent que ce projet de loi est un scandale, alors que l’évolution de la société a lieu sous leurs yeux. Nous sommes devant un état de fait qui nécessite de mettre la loi en conformité », explique Michel Françaix. « On peut être pour ou contre. Au final, c’est irréversible. Deux enfants sur trois vivent dans une famille recomposée ou monoparentale », ajoute le député PS.

Jean-François Mancel, UMP, député de la 2e circonscription. « Je suis favorable à ce que l’on cherche une solution pour que les couples homosexuels puissent avoir une union civile qui va au-delà du pacs. En revanche, je suis opposé au projet de loi tel qu’il est préparé : il aligne le mariage homosexuel sur le mariage entre un homme et une femme et il ouvre immédiatement le droit à l’adoption. On bouleverse l’organisation, les valeurs, les fondements mêmes de la famille. La sagesse serait de reporter le projet et d’ouvrir un débat de fond. »

Philippe Marini, UMP, sénateur-maire de Compiègne. « Il y a des sujets beaucoup plus importants à traiter. Si le gouvernement soumet ce texte, c’est à mes yeux pour faire diversion. » Fondamentalement opposé à ce projet de loi, Philippe Marini a clairement annoncé ne pas vouloir marier des personnes de même sexe dans sa mairie, à Compiègne. « C’est contraire à mes principes », a-t-il précisé.

Laurence Rossignol, PS, sénatrice. « Je voterai pour ce projet de loi qui correspond à une évolution attendue, explique Laurence Rossignol. Rien ne justifie de s’y opposer. Ce serait de l’hypocrisie. Le pacs a été une étape, le mariage en est une autre. C’est une liberté publique, nouvelle et légitime. »

Jean-Claude Villemain, PS, conseiller général, maire de Creil. « Je suis favorable au mariage pour tous. Cet engagement correspond également aux valeurs d’égalité entre tous les citoyens que porte la République, quels que soient leur sexe ou leur orientation sexuelle. Je m’étonne également de la prise de position virulente de la hiérarchie catholique dans ce débat. Ses positions sont connues et je respecte la liberté du culte, mais ce sujet est un problème de société. La république est laïque et c’est elle qui délivre l’acte de mariage, dans le cadre de la loi. On se marie à la mairie avant toute autre démarche d’union. Bien entendu, je célébrerai ces mariages si la loi est votée. »

Eric Woerth, UMP, député de la 4e circonscription. « Il s’agit d’un sujet délicat où les personnes homosexuelles ne doivent surtout pas être stigmatisées. Ce n’est pas ringard ni archaïque que de vouloir défendre les droits de l’enfant et non pas les droits à l’enfant », souligne-t-il. Le député l’assure : « L’UMP sera très présent pendant le débat, car c’est une idée qu’il faut combattre. »

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société