Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 03:37

L’organisation humanitaire a ouvert sa première mission en milieu rural en France, dans les Combrailles, en Auvergne.

L’objectif n’est pas de soigner, mais d’accompagner des personnes en difficulté vers le système de santé de droit commun.

Record de consultations pour les plus démunis à Médecins du monde
Le contour de la vitrine est resté bleu, héritage de l’époque où les locaux étaient occupés par un laboratoire d’analyses médicales. Depuis le début de l’année 2013, ces murs abritent la première mission de Médecins du monde ouverte en milieu rural en France.

Basée à Saint-Éloy-les-Mines, un bourg situé à une heure de route de Clermont-Ferrand, l’antenne couvre une partie des Combrailles, peuplée d’environ 20 000 habitants, dans le nord du Puy-de-Dôme. Au rez-de-chaussée, un petit salon et un cabinet médical équipé à minima. À l’étage, deux bureaux, une salle de réunion et une pharmacie de base.

NI RÉFUGIÉS NI SDF, MAIS DES PERSONNES ISOLÉES ET ABANDONNÉES
Installée derrière un comptoir, Michelle Magnier est chargée de l’accueil. Avant de prendre son poste, en septembre, cette bénévole se demandait ce que pouvait bien venir faire l’organisation humanitaire dans ce coin du Massif central. « Comme la plupart des Éloysiens, je pensais que c’était pour s’occuper des réfugiés », dit-elle.

La commune abrite en effet un centre d’accueil de demandeurs d’asile, inauguré en janvier 2012. Maintenant, l’Auvergnate sait que cela « n’a rien à voir ». « Nous avons aussi chez nous beaucoup de gens en situation de précarité », constate-t-elle. Et certains d’entre eux peuvent renoncer à se soigner.

« On voit bien dans notre travail qu’il existe dans ces zones une population difficile d’accès, pour qui la santé n’est pas une priorité, note Olivier Lesens, médecin au CHU de Clermont-Ferrand.

Cela génère des retards de diagnostic et de prise en charge. Ce ne sont pas des SDF, mais ces personnes se sentent à la fois isolées et abandonnées. En plus, elles ont du mal à aller chercher de l’aide. »

Animateur d’une formation « précarité-santé » pour sensibiliser les généralistes à la question, il a poursuivi sa réflexion en proposant à Médecins du monde de lancer cette mission dans sa région, plus précisément dans les Combrailles.

UN PHÉNOMÈNE DE RENONCEMENT AUX SOINS
Mixte par sa population – des néoruraux y sont implantés – et son économie – l’agriculture y côtoie l’industrie –, le secteur n’est pas un désert médical. « Les renoncements aux soins sont liés à des facteurs très divers, poursuit Pascal Dessenne, psychologue clinicien et co-créateur du projet. Cela peut être lié aux fins de mois difficiles et à l’isolement géographique, mais cela peut être aussi de l’auto-exclusion. On a des droits sociaux, mais on laisse tomber parce que c’est trop complexe. En plus, en campagne, le phénomène est moins “lisible”.

UN TAUX DE PAUVRETÉ SUPÉRIEUR À CELUI DES VILLES

Selon un rapport du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) et de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) publié en 2010, le « taux de pauvreté monétaire moyen » dans l’espace rural était 2006 de 13,7 %, contre 11,3 % dans l’espace urbain.

En outre, dans plus d’un tiers des départements de France métropolitaine, le taux de pauvreté dans la population rurale dépassait 19 %…

La Croix, 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société