Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 01:21

mixite-sociale.gifL’écrivain Mouloud Akkouche, né à Montreuil, était invité à une fête dans cette commune de Seine-Saint-Denis.

Comme les bobos, les électeurs du FN souhaitent que leurs gosses ne fréquentent pas un collège «quartmondisé». Les premiers seraient soucieux d’une pédagogie différente et/ou de bons résultats scolaires et les seconds d’affreux intolérants ? Dans les deux cas, il y a peut-être des parents cherchant à préserver la chair de leur chair. Et une inquiétude commune de l’avenir.

Récemment, une amie m’a invité à une fête à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Une journée festive avec plusieurs parents d’élèves du quartier (près de la mairie de Montreuil) dont les enfants fréquentent l’école Decroly à Saint-Mandé, (Val-de-Marne). Des gens accueillants et intéressants. D’aucuns les surnomment «bobos», terme – instrumentalisé par l’extrême droite – réducteur et que je n’apprécie guère. […] Pourtant, quelque chose m’empêchait d’être complètement au diapason de la soirée. Derrière les murs de cette jolie bâtisse, un tableau moins idyllique. […]

Au fond, nous étions les acteurs d’un des échecs de notre époque. L’échec de la mixité sociale. N’en déplaise à quelques amis, ces parents d’élèves, sûrement électeurs de gauche, peut-être membres de Réseau Education sans frontières (RESF) refusent que leurs gosses fréquentent le collège public d’en face. Sauf que les bobos (aujourd’hui plus ou moins mon milieu), mieux organisés et bénéficiant d’un réseau, peuvent concrétiser plus facilement cette «(ex)filtration scolaire», un phénomène déjà en cours avant la gentrification des années 80, mais qui s’accentue de nos jours. De jeunes citadins habitant à quelques rues ne se croisent plus qu’à la boulangerie, au kebab ou dans les transports en commun. Même quartier, pas le même monde. […]

«Qui se ressemble s’assemble». D’un côté, les «mal- pensants, Français de souche» racistes, sexistes, et leurs alter ego basanés, bas du front sous la capuche, barbus intégristes, etc. qui, survivant dans la promiscuité, se haïssent. De l’autre côté, nous, lecteurs de Libé, du Monde, de Rue89, auditeurs de France Culture, vivant dans nos intérieurs tapissés de livres et persuadés de détenir la vérité. Vision caricaturale ? Peut-être, mais personne ne peut nier ces frontières, invisibles dans la rue, mais visibles dans les urnes.

Le nouveau gouvernement interviendra-t-il «efficacement» sur cette perte inquiétante de mixité sociale dans les villes ? Une perte devenue aujourd’hui le trésor de guerre électoral de la famille Le Pen.

Libération

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société