Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 01:10
Nantes. 25 adjoints pour administrer la ville : 4 de plus qu’à Paris !
Publié par : redacbzhinfo 19 avril 2014
19/04/2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) -
 

 Après la victoire de la protégée de Jean-Marc Ayrault, la socialiste Johanna Rolland, au second tour des élections municipales, le « gouvernement local » de la ville de Nantes est désormais  en place pour 6 ans.

 Un gouvernement qui compte la bagatelle de 25 adjoints – 4 de plus qu’à Paris – aux intitulés de délégations plus pittoresques les uns que les autres. 

Arrêt sur le nouveau visage de la bobocratie nantaise.
La nouvelle équipe municipale socialo-écologiste nantaise ne fait pas dans l’économie. 
Alors que celle-ci compte 65 conseillers municipaux, Johanna Rolland a nommé pas moins de 25 adjoints, le maximum autorisé.
 Un record quand on sait que Paris n’en a  que 21.
Cinq adjoints, tous socialistes, cumuleront leur mandat – et les indemnités qui vont avec – avec celui de conseiller général.
 Parmi eux Ali Rebouh, qui remplacera à l’assemblée départementale Johanna Rolland, démissionnaire.
Pour la première fois dans l’histoire de la ville, cinq adjoints sont issus de la  « diversité ».
  Parmi eux, Aïcha Bassal se voit confier un poste clé pour les réseaux socialistes : « la vie associative » et « l’égalité et la lutte contre les discriminations ». 
A Myriam Nael échoit « l’éducation, la réussite éducative (sic) et la politique de la ville ». 
Bassem Asseh se voit confier quant à lui la « Co-construction et le dialogue citoyen », une mission qui ne sera pas inutile dans certains quartiers.
Sur le plan politique, six adjoints viennent de la liste EELV. 
Leur leader, Pascale Chiron sera en charge du logement – classique -  et des «  nouveaux modes d’habiter » – plus original.
 Certains ne manqueront pas d’y voir une référence au soutien apporté par cette élue aux différents squats nantais. 
Les Verts auront aussi en charge l’action socio culturelle, le développement des quartiers, la jeunesse, la petite enfance, la restauration scolaire.
Moribond sur Nantes, le Parti communiste récupère pour son secrétaire départemental le poste de 4ème adjoint en charge des bibliothèques. 
De quoi rassurer les lecteurs de L’Humanité.
 L’autre adjointe communiste, permanente elle aussi, sera en charge de la « précarité et grande pauvreté », un poste important dans une période où celle-ci ne cesse de progresser.
Les intitulés des délégations données aux conseillers municipaux sont souvent étonnants.

 Ainsi la déléguée au stationnement se voit confier aussi « la lutte contre le  bruit et … les cérémonies patriotiques ».
 Pierre-Yves Le Brun, ancien président du centre LGBT, après avoir été préposé « aux pratiques culturelles émergentes » revient à « l’écotourisme urbain et aux jardins familiaux » ce qui est logique pour un Vert. 
Une de ses collègues sera « déléguée à la lutte contre l’homophobie et au suivi des associations LGBT ».
 Celles-ci n’auront sans aucun doute pas de problème de subventions.
 La « diversité linguistique, pédagogique et culturelle » aura aussi droit à une délégation.
 Tout comme « la Loire et les activités nautiques » qui se voient rajouter « la mixité et la diversité – toujours elle – dans l’emploi et les travaux ». 

Citons encore un poste à « l’e citoyenneté », à « l’émergence et à la nuit », à la « parentalité », à « la végétalisation, aux déplacements doux, à l’espace public  et quotidienneté » au « parcours de la biodiversité » à la « santé environnementale » sans oublier bien sûr la délégation à la sacro-sainte « égalité hommes femmes »  et celle à « l’intégration et à la citoyenneté des étrangers  ».

 Cette dernière visant probablement à faciliter ce que l’écrivain Renaud Camus a appelé le « Grand remplacement ».
«  Au-delà de ces appellations pour le moins pittoresques mais toujours très politiquement correctes, il faut y voir la mise en œuvre d’un projet de destruction des identités et de déconstruction des solidarités sociales pour le seul profit du système libéral-libertaire mondialiste, estime un observateur. Jean-Marc Ayraut n’aura eu de cesse de faire de Nantes une ville mondialisée.Madame Rolland, en bonne élève, poursuit la tâche. »
Photo: Selbymay/Wikimedia (cc

[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.)

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique