Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 13:33

Suite à une agression à Valdegour mardi soir, SOS Médecin vient d’exercer son droit de retrait et ne se rendra plus dans le quartier durant 15 jours. Une goutte d’eau supplémentaire rajouté au bol d’exaspération de certains habitants, excédés par l’insécurité et les agressions à répétition…

Ce matin, les discussions des habitants du quartier de Valdegour se focalisent principalement sur le droit de retrait de SOS Médecin… Suite à une énième agression de leur structure, le personnel soignant à décidé de ne plus se rendre dans le quartier nîmois pour une durée de 15 jours !

Un goutte d’eau rajoutée au bol d’exaspération, déjà bien rempli, de certains habitants.

Sur le perron d’une boucherie halal, Chantal Imperatori attend sa voisine, Marise. Résident au bâtiment Galilée, elle s’insurge « on est dans l’insécurité la plus totale et personne ne bouge. De toute façon, ça fait bien longtemps que les médecins, infirmières et camions de livraison ne viennent plus ici !« .

En cause : la sempiternel délinquance gangrenant ce quartier de 4.500 habitants qui concentre 54% de chômage ! Marise, reste toujours choquée de son agression l’année dernière : » des jeunes m’ont menacé avec un couteau alors que je sortais de mon appartement« . « Et hier ! Une femme s’est faite arracher son collier alors qu’elle était dans sa voiture« , rapporte Chantal avant de rajouter « ça devient catastrophique, on est enclavé, on ne vit pas !« .

Si la colère semble intense et bien ancrée dans le quartier, elle ne l’ai pas encore au point de voir apparaître une solidarité entre les habitants pour lutter contre le phénomène : « personne ne fait rien, chacun se recroqueville sur soi ». Une sorte de loi du silence que déplore Chantal. Alors, le temps d’un nouveau coup de gueule exprimé dans la presse, cette nîmoise espère alerter les pouvoirs publiques pour obtenir « d’avantage de sécurité, de policiers » mais aussi « plus d’écoute » de la part de la municipalité.

Midi Libre / Objectif Gard

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration