Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 14:10
Noël en Pologne

Pour les Polonais, Noël est une fête très importante. Plusieurs semaines d’attente la précèdent, selon la vieille tradition du pays elle est célébrée avec un engouement très particulier. C’est une fête spirituelle et elle l’est toujours, ce qui est assez rare dans notre monde moderne orienté surtout vers le système de consommation Bien que ce soit une fête religieuse Noël est aussi un symbole. Un symbole de paix de réconciliation, c’est aussi une fête exceptionnelle qui n’a nulle part au monde son pareil, ou tout est possible et ou même les ennemis ont une chance de se réconcilier. Elle a ses propres ambiances, ses arômes ses traditions et occupe une place primordiale dans le cœur des Polonais

L’Adwent (L’Avent)

Du mot latin advnetus, qui signifie « venue, arrivée » cette période commence le 4 ème dimanche avant Noël et marque le début de l’année liturgique.
Cette période est consacrée à la préparation de la célébration de la naissance de Jésus.
Les traditions de l’Avent les plus symboliques sont l’utilisation des bougies et la couronne de l’avent tout au long des 4 dimanches précédant Noël
La couronne est un ancien symbole qui a plusieurs significations. Fabriquée pour le premier dimanche de l’Avent elle est faite de branches de sapin, de pin, de houx et parfois de gui. Sa forme ronde évoque le soleil, les quatre bougies marquent les quatre semaines de l’avent et sont allumées chacun des quatre dimanches. Noël sera là lorsque la dernière bougie sera allumée.
Le plus souvent les bougies sont rouges pour évoquer le feu et donc la lumière. Blanches elles symbolisent la pureté, mauves elles sont un symbole de pénitence.
Le nombre quatre symbolise aussi les quatre points cardinaux et les quatre saisons.
La couleur verte de la couronne symbolise la végétation qui est le signe d’espérance durant les longs mois d’hiver.
Au cours de l’Avent, sauf les dimanches et fêtes, vous pouvez assister à la messe votive de la Bienheureuse Vierge Marie. Cette messe est appelée en¨Pologne traditionnellement Messe roratnią ou simplement roratami.
Roraty, ces messes de l’Avent, débutant avant le lever du soleil, soulignent le caractère unique de cette période. Le nom « Rroraty» est issu des chansons qui commencent par les mots «desuper Rorate Caeli » – « Spuśćcie rosę, niebiosa. »
Roratnia est une messe votive de la Très Sainte Vierge pendant l’Avent. Cette messe est l’une des spécificités de la présence de Marie au cours de l’Adwentu (Avent) parce que c’est elle qui attend le Messie
Des documents historiques attestent que la messe Roraty est célébrée en Pologne depuis le règne de Boleslas V le Chaste.(1226-1279)

L’anniversaire de la naissance du Christ

ŚŚwięta Bozego Narodzenia (fête de la naissance du Christ) est la fête la plus solennelle en Pologne, fête que tous attendent, fête pour laquelle tous se préparent longuement et soigneusement, ce sont les jours où tous consacrent le plus de temps et de chaleur à la famille ces jours aussi ùu tous se rapprochent aussi des autres.
L’importance de cette fête est telle que chaque Polonais essaie de la passer en famille, bien que Noël soit une fête religieuse, c’est aussi un symbole. Un symbole de nouvelle vie, nouvelle année, un symbole de paix, de conciliation, une fête exceptionnelle où tout est possible et où même les adversaires ont la chance de se mettre en accord. C’est avant tout un symbole de la famille réunie et plongée dans l’amour et dans le bonheur. C’est la fête qui donne un sens de sécurité, de chaleur, de compréhension mutuelle.
Au fil du temps des coutumes très anciennes se sont mêlées aux rites chrétiens La période est dédiée a la régénération des forces vitales du monde, c’est-à-dire des hommes, des animaux et de la nature pour que s’accomplisse dans les meilleures conditions le cycle du temps qui passe. Les traditions d’aujourd’hui associent magie, bénédiction de la nouvelle année à venir, décoration de la maison et symbole de conciliation.
Mais c’est naturellement le 24 décembre, la Wigilia qui est la soirée la plus intense et la plus solennelle et qui est caractérisée par les attentes émotionnelles d’un grand événement : la naissance de Jésus
La veille de Noël, dans l’ancienne Pologne, était considérée comme le jour qui allait décider de tout ce qui allait se passer l’année suivante. Il était donc nécessaire de vivre dans l’harmonie et la paix, de montrer la plus grande bienveillance. On exigeait l’obéissance et la politesse des enfants. On leurs expliquaient que le soir de Noël s’ils ne méritaient pas d’être punis, et s’ils évitaient les sanctions, ils ne seraient pas punis ni sanctionnés et n’auraient pas de fessées de toute l’année.

Douze plats

Bien que ces origines soient issues d’une fête religieuse, c’est avant tout une fête de famille, d’amour, de compréhension, d’attentions mutuelles. Cette fête a gardé les mêmes traditions depuis des siècles, pleine de symboles et une ambiance unique et exceptionnelle. Les symboles les plus importants sont l’oplatek, le sapin, son menu à douze plats et l’apparition de la première étoile.
Évidement la composition des douze plats varie suivant les régions de Pologne mais il est impératif que ce souper soit un repas maigre et la nourriture de cette journée doit être simple, sans viandes, sans alcool , mais nos ancêtres sont arrivés a en faire un vrai festin malgré cette contrainte ! Pourquoi 12 plats ?
Et bien ils représentent les 12 apôtres. Les préparatifs débutent généralement quelques jours avant, il fallait préparer le kwas pour le Barszcz wigiljny , des gâteaux aussi sont préparés à l’avance. Il est aussi indispensable d’aller acheter une carpe, si possible vivante, qu’on conservait en vie souvent dans la baignoire ….
En général les différents plats sont tout d’abord des potages : barszcz, zurek ou une soupe de poisson , la choucroute cuisinée aux pois cassés ou aux champignons secs, ( manger du pois cassé assure une année riche dans les champs et des poules pondant beaucoup) les pierogi – uszka (les petites oreilles) soit des pierogi aux champignons, à la choucroute , à la ruskie, puis la carpe accommodée de différentes manières , à la juive, au four , en gelée, à la polonaise dans sa sauce grise. Ou alors des filets de colin à l’aneth, ou du Sandacz w sosie cytrynowym (du Sandre à la sauce au citron), hareng au vinaigre à la crème, les salades aux fruits secs, la kutia (mélange de pavot, noix, miel, grains de blé, raisins).

Le Makowiec,(qui doit apporter le bonheur toute l’année), le pain d’épice, des petits pains d’épices et de miel (symbolisant la richesse en famille), le gâteau aux raisins, noix et fruits secs, les noisettes (symbolisant la réussite), des pommes (symbolisant la beauté et une bonne santé). Tous ces plats préparés avec amour sont d’une saveur rare plus délicieux les uns que les autres.

L’Oplatek

Mais le moment le plus important reste l’Oplatek (pain azyme ), le partage de l’oplatek est un symbole de réconciliation et de pardon, signe de d’amitié et d’amour. Sa seule présence dans la maison devait fournir la prospérité, la paix et les bénédictions de Dieu, protéger la maison contre la foudre, les incendies et autres calamités. On croyait que quiconque rompt l’oplatek ne connaîtra pas la faim pendant toute l’année et, en outre, sera en mesure de partager son pain avec les autres.
C’est une tradition si importante, que ceux qui ne peuvent pas passer le réveillon ensemble, comme souvent la famille habitant à l’étranger, s’échangent l’oplatek en envoyant une carte de vœux accompagnée de celui–ci. Dans le temps, à la campagne, les gens partageaient aussi leur Oplatek avec leurs animaux. Cette tradition est toujours présente dans certaines régions et dans certaines familles. Et on disait (et on dit toujours), que cette nuit exceptionnelle, même les animaux parlent le langage humain.

La journée du 24

On se lève aussi très tôt car il est de tradition de dire que comme cela on ne sera pas fainéant le reste de l’année. Dès l’aube, les femmes nettoient et balayent toute la maison car une vieille croyance dit que les forces du mal restent dans les objets restés sales. Lorsque tous les travaux étaient faits, on décorait le sapin de Noël. Certaines personnes utilisent en plus des décorations disponibles dans le commerce, leurs propres créations, et décorent aussi le sapin de bonbons et de gâteaux secs, lesquels pourront ensuite être mangés. Le sapin  doit rester en place jusqu’à l’épiphanie
Il ne faut pas s’allonger pendant la journée pour ne pas attirer les maladies et pour que le blé l’été prochain ne soit pas couché dans les champs .Il ne faut surtout pas emprunter d’argent, ce qui pourrait entraîner la perte de vos biens. Tous les travaux liés à la maison ou à la vie de la ferme devront être terminés avant midi, le reste de la journée sera passé à décorer la maison. Branches d’arbres, couronnes tressées avec de la paille, du foin, du blé.

Surtout, il faut éviter de prêter quoique ce soit aux autres en cette journée, pour ne pas laisser échapper le bonheur de la maison.
Certaines tâches ménagères sont tout bonnement interdites, comme la lessive ou l’étendage du linge, tout linge en train de sécher doit être rangé en urgence avant Noël, certains prétendent même que le linge étendu pour Noël présage un décès dans la famille. Une femme enceinte ne doit rien laver la veille de Noël, au risque de mettre au monde un enfant handicapé.
Il est également interdit de couper du bois, ceci pour que l’année à venir soit bonne pour les récoltes et sans  catastrophes naturelles. Ceux qui s’y risquent, risquent des maux de tête toute l’année.
Pour ce qui est de petits enfants, il ne faut surtout pas les asseoir sur la table, ils risqueraient d’attraper des furoncles.
Il est également interdit de planter des clous dans les murs, ça provoque des rages de dents pour l’année à venir.
Par contre, il est recommandé de donner une petite quantité de déchets ménagers aux voisins, l’argent restera ainsi dans la maison pour l’année. Il faut aussi éternuer au moins une fois durant la journée, ça permet d’éviter une mort précoce.
On nourrit les animaux, surtout les chiens et les coqs, veillant sur les maisons, avec des morceaux de pain frottés à l’ail, afin d’éveiller l’odorat de ces braves bêtes, donc, par conséquent, augmenter leur vigilance.

 

Le réveillon

Dans la soirée, le grand bonheur des enfants est de surveiller l’apparition de la première étoile dans le ciel car dès son apparition  l’on peut enfin passer à table. Entre les enfants, c’est un véritable concours… A qui sera le premier à voir l’étoile appelée « petite étoile «ou Gwiazdka en souvenir de l’étoile de Bethléem. L’oplatek est alors mis sur une assiette souvent décorée et si possible, la plus belle des assiettes que l’on possède et cette assiette est posée au milieu de la table Avant de s’asseoir à table, on partage l’oplatek , c’est la personne la plus âgée de la famille qui commence.
Tous échangent alors des vœux et parmi ceux-ci le plus important : que la prochaine fête de Noël soit célébrée par toute la famille et que ses membres soient aussi nombreux, sinon plus nombreux qu’aujourd’hui. C’est le moment symbolique où l’on se pardonne tout les mauvais moments et l’on promet de recommencer une nouvelle vie !

Ensuite on s’assoit à table, selon l’âge (du plus ancien au plus jeune) et le dîner commence .Il est important de goûter à tous les plats pour ne pas connaître la faim l’année suivante. Il est aussi préférable de ne pas se lever et de ne pas quitter la table avant la fin du dîner. Tous les plats sont mis à table, afin que personne ne quitte celle-ci pour faire le service (dans certaines régions il est admis que seule la maîtresse de maison a le droit de ne pas rester a table pour assurer le service).
Selon une autre belle tradition polonaise, on invite les personnes seules pour le réveillon de Noël, afin que personne ne soit seul et triste ce soir là !
Selon certaines coutumes locales et paysannes, des morceaux de paille et de foin ont été dispersés au préalable sur la table, sous la nappe (en général une nappe blanche) en mémoire de la mangeoire dans laquelle Jésus est né. Les convives célibataires des deux sexes sortent chacun un brin de paille de sous la nappe : une brindille verte prédit un mariage, une sèche de l’attente, une jaune le célibat, une très courte une mort très rapide
Un nombre pair de personnes doit être assis autour de la table, sinon l’une d’elle décédera dans l’année. Si la première personne à entrer dans la maison le soir de Noël est une femme, c’est signe de mauvais présage : seules des génisses naîtront dans la ferme l’année suivante.
Une fois le dîner terminé, la famille et les invités restent à table jusqu’à ce que le maître de maison donne le signal : tout le monde se lève en même temps et quitte la table. Puis arrive le temps de la distribution des cadeaux et l’on continue la soirée par des chants de Noël, les Koledy. Vers minuit, ceux qui le souhaitent, peuvent aller à la messe de minuit : la Pasterka C’est l’instant le plus important de la veille de Noël.
Il est préférable de ne pas ranger la table, mais de la laisser jusqu’au lendemain selon la tradition pour ne manquer de rien l’an prochain.

Dans certaines régions, la coutume impose que le nombre de plat soit impair (neuf ou 11) car un nombre pair enlèverait toute chance d’ amélioration de la santé des malades, ou empêche d’avoir des enfants. Dans d’autres régions, on préconise douze plats et un nombre impair de boissons
Lorsque l’électricité n’existait pas, après le dernier plat du dîner (qui était la Kutia), on soufflait les bougies et on observait la direction que prenait la fumée. Si elle allait vers la fenêtre la moisson allait être bonne, si elle allait vers la porte d’un membre de la famille, il  allait mourir, si elle allait vers le poêle un mariage était en vue !
Dans l’est de la Pologne, on disait que les jeunes filles qui écrasaient les grains de pavots pour le « Makowiec » pouvaient espérer un mariage rapide.
Après le dîner, elles sortaient dans la cour et écoutaient si un chien aboyait, ce qui  indiquait de quel coté viendrait le futur mari.
En allant à la messe, les demoiselles se bandaient les yeux et touchaient les piquets des clôtures. Un piquet droit et lisse présageait un mari débrouillard, alors qu’un piquet courbé et rugueux annonçait un mari maladroit.
La jeune femme qui désirait des informations sur son futur mari, allait à tremper ses mains à la rivière  et en sortait le premier objet qu’elle touchait, si c’était du bois, ce serait un bûcheron, un bout de métal un forgeron, du cuir un cordonnier, une pierre un maçon.
Avant de ce coucher, la jeune fille se lavait le visage à l’eau sans le sécher, Au pied de son li,t elle accrochait une serviette de toilette . Si dans son rêve, elle voyait un garçon lui essuyer le visage c’est lui qui sera son mari.

Les Kolędy (chants de Noël)

Déjà au XVIsiècle « kolęda » se distingue des autres chants en abordant des thèmes de la bible et en prenant modèle des hymnes religieux. De cette époque vient le chant de Noël « Aniol pasterzom mowil ». Ce genre de chants se développe principalement au XVIIème siècle. Nous gardons dans nos répertoires des chants de cette période : « Gdy sliczna Panna Syna kolysala », « Lulajze Jezuniu ».
la «kolęda» est un phénomène culturel, il y en a plus de 500 chants répertoriés, aucun pays au monde n’en possède autant.
Tout le monde en Pologne connaît les paroles de ces chansons, et chaque année, les chantent la gloire de Dieu et se réjouissent de sa venue.
Nombreux sont les artistes qui pour Noël donnent aussi des concerts et enregistrent des albums.

Jusqu’à l’Epiphanie (le 6 janvier) des spectacles théâtraux amateurs sont présentés (les « jasełka »), proches des « miracles » du Moyen-âge et ayant pour thème la Nativité.
Jusqu’à aujourd’hui, dans les campagnes polonaises, on peut rencontrer des groupes allant de maison en maison, avec la traditionnelle étoile de Noël ou une crèche, relatant de bonnes nouvelles ou chantant des cantiques traditionnels en échange d’un peu de monnaie ou de des friandises.

La journée du 25 décembre est une grande fête. Elle commence par la grande messe et ensuite la famille se réunit autour de la table bien garnie. La journée se passe à manger, à boire et à chanter.

Le 26 décembre ( Swiety Szczepan ) est également férié en Pologne. Cette journée est réservée aux visites de la famille et des amis.

Source

 

vu sur : http://www.delitdimages.org/noel-en-pologne/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société