Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 15:30


Confirmation lors du premier conseil des ministres de 2014 : le gouvernement organisera, conformément aux voeux du Président, la baisse du "coût du travail" pour les entreprises en diminuant les cotisations de Sécurité sociale.

"Je propose un pacte de responsabilité aux entreprises, avait dit le Président de la République, le 31 décembre au soir. Il est fondé sur un principe simple : moins de charges sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités et, en même temps, une contrepartie, plus d’embauches et plus de dialogue social".

Principalement visées dans le salaire différé: 5,25 % de cotisations patronales affectées à la branche famille de la Sécurité sociale. Soit: 35,7 milliards d’euros pour 2013.

Selon la porte-parole du gouvernement, la définition du "pacte" se fera à l’occasion des "Assises de la fiscalité" en janvier, sous la houlette du ministre de l’Économie, Pierre Moscovici.

Pierre Gattaz, Président du Medef a déclaré dans un communiqué que celui-ci était "prêt à participer et à s’impliquer activement pour bâtir concrètement le pacte annoncé par le président de la République…", tout en rajoutant: "Il faut cependant avancer rapidement car il y a urgence".

Mardi soir, sur BFMTV, Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force ouvrière s’est inquiété: "J’aimerai bien savoir comment ce pacte va fonctionner, car le risque, c’est la fragilisation de la protection sociale", a-t-il dit.

Présentant ses propres voeux aux militants de la CGT, son secrétaire général, Thierry Lepaon, a pour sa part "constaté que les 200 milliards d’aide aux entreprises, soi-disant pour maintenir et préserver l’emploi, n’ont, de fait, fait qu’enrichir les actionnaires".

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie