Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 01:08

« Reste à comprendre pourquoi Jean-Marc Ayrault a cru bon d’ouvrir 
ce dossier miné. »

♦ Notre Premier ministre vient de rappeler son souhait de voir la France ratifier
 la Charte européenne des langues régionales. Si la chose se faisait, on doterait les 
communautés linguistiques de droitsspécifiques, tandis que les langues vernaculaires
 de notre pays deviendraient des langues de justiceet d’administration locales.

 

Seulement, pour l’instant, la Constitution ne connaît que le peuple français. Et la seule langue commune à tous les Français est naturellement la seule langue officielle de la République, de son administration et de ses services publics. La justice en France n’est rendue qu’au nom du peuple français, donc dans sa langue. Les choses sont bien faites…

Mais non, il nous faut la Charte. Halte à l’oppression jacobine ! L’itinérance en France ressemblera, demain, à un voyage initiatique où le dépaysement sera linguistique, du guichet de la gare à la salle du tribunal. On s’amusera bien quand chacun pourra exiger que le fisc lui réclame son dû dans le dialecte de son choix ou crier à l’injustice si un policier lui réclame ses papiers en français.

D’aucuns s’interrogeront sur les difficultés de communication qui ne manqueront pas de naître entre les sociétés locales ressuscitées. Esprits chagrins ! Il suffira d’être polyglotte, ou de recourir à un nouveau service public de traduction, qui se chargera de traduire l’occitan en alsacien, le picard en créole, ou le breton en corse.
Le même traitement pourra être étendu aux divers idiomes parlés couramment au-delà du périphérique et aussi au franglish qui a cours dans certains cercles de la capitale. Certes, il est bon de préserver le patrimoine linguistique de nos régions, par l’enseignement notamment – et d’ailleurs on le fait –, mais il n’est pas moins indispensable de défendre l’unité de la République, en évitant de réactiver les « ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même », comme disait le Général.

Il est piquant de constater que la diversité linguistique de notre pays préoccupe tant le Conseil de l’Europe quand l’Union européenne, de son côté, marche à grands pas vers l’unilinguisme anglophone. Décidément, quelque chose ne tourne pas rond sur ce continent.

Reste à comprendre pourquoi Jean-Marc Ayrault a cru bon d’ouvrir ce dossier miné, nul n’ignorant que cette réforme absurde n’aura pas lieu. On voit mal François Hollande lancer une révision constitutionnelle qui aurait toutes les chances d’échouer. Après tout, si nos gouvernants disent des bêtises plutôt que d’en faire, on ne va pas se plaindre.

 Alexis Jouhannet

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Histoire