Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 02:03

Atlantico : Vous avez voté pour François Hollande. Aujourd'hui, vous le regrettez. Pourquoi ?  

Jean-François Rial :  Je suis franchement un patron de sensibilités culturelles et personnelles de gauche depuis très longtemps. Mais les mesures prises par le gouvernement vis-à-vis des entrepreneurs me désolent. Ils sont ceux qui pourront peut-être demain sauver la France en termes de création de richesses, de recettes fiscales et de création d'emplois. Je n'ai rien contre le fait d'augmenter les impôts, je trouve ça même logique en période de crise. Simplement, on taxe l'intéressement.

 Lorsqu'on est un patron de gauche, comme moi, et qu' on a envie de partager le fruit de ses résultats avec ses salariés, on est pénalisé. Nous, nous attribuons à peu près un tiers de nos profits à nos équipes, sous forme de bonus, d'intéressements, etc… Je pense que c'est le comportement typique d'un patron de gauche. Mais ce geste civique est désormais taxé à 20%, alors que ce n'était pas le cas auparavant. En clair, on pénalise ceux qui vont jouer le jeu avec leurs équipes. Je suis désorienté par ce genre de mesures.

Il y a aussi eu l'affaire des "pigeons" et de la symbolique des plus-values… J'ai créé mon entreprise il y a plus de 20 ans, je ne suis pas un spéculateur. Je suis d'accord pour payer des impôts sur ma plus-value. J'ai vu beaucoup de gens autour de moi, pendant des années faire des montages plus ou moins légaux dans le but de ne pas payer leur plus-value. Moi, j'ai toujours payé mes impôts et mes plus-values en France, alors aujourd'hui je me sens cocufié.

 Contrairement à ce que racontent certains élus socialistes, la mesure qui fait passer la taxe sur les plus-values de 34% à 64%, concerne la majorité des créateurs d'entreprises parce que quand vous cédez votre entreprise, vous ne le faites pas pour 50 000 euros. Par exemple, personnellement je gagne 150 000 euros par an et bien je suis taxé sur mon premier euro de plus-value éventuelle. Si demain je voulais vendre, ne serait-ce qu'une toute partie de mon entreprise, je serais taxé à 65% sur mon premier euro de plus-value

Le gouvernement a reculé sur cette taxe...

Soit, le gouvernement a dit qu'il reviendrait sur cette loi, mais le simple fait d' yavoir pensé est incroyable.

Pensez-vous que la gauche n'a toujours pas la culture d'entreprise ?

Ce problème va au-delà de la gauche. Je pense que les hauts responsables politiques français et les hauts fonctionnaires français sont des gens brillants, mais ne savent pas de quoi ils parlent lorsqu'il s'agit d'entreprises. D'abord, ils ne sont pas proche de ce milieu et quand ils en sont proches, ils sont proches des patrons du CAC 40, qui ne sont pas des entrepreneurs mais des managers. Ils associent à l'entrepreneuriat, les notions de salaires mirobolants, de stocks options, qui n'ont rien à voir avec le quotidien des 99% d'entrepreneurs que je représente. 

La création de la Banque publique d'investissement (BPI) est un exemple parlant. L'objectif de la BPI est de financer la création d'entreprises en accordant des prêts. Ils ont créé cette BPI en regroupant des dispositifs qui existaient déjà auparavant. 

Les moyens mis à dispositions s'élèvent à 40 milliards, un montant absolument ridicule comparé à ce qui se fait aux États-Unis et en Angleterre. Quoi qu'il en soit, c'est plutôt une bonne chose. Mais cette BPI est une illustration du fait qu'ils ne comprennent rien à l'entreprise. Ils vont confier cette banque à un tas de directeurs issus de la fonction publique, alors qu'il vaudrait mieux y mettre des entrepreneurs à la retraite. 

C'est d'ailleurs ce que font les Américains et les Anglais. Quand on est un entrepreneur de gauche, et non pas un manager, on est désemparé. Je suis un entrepreneur perdu, parce qu'on a mis en place des systèmes d'intéressements qui donnaient plus de 3 millions d'euros à nos équipes et qui vont nous coûter 600 000 euros cette année,soit 20% du total participation et intéressement. 

Et après on nous explique que les entrepreneurs et les "Pigeons", c'est tous des mecs de droite qui s'en mettent plein les poches ? !

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie