Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 02:57

Cinq représentants syndicaux, figures emblématiques de la lutte des salariés de Goodyear, Petroplus, PSA-Aulnay, Fralib et ArcelorMittal contre les plans «sociaux», inquiètent le gouvernement : Lionel Burriello, Yvon Scornet, Mickaël Wamen, Jean-Pierre Mercier, Olivier Leberquier. Ils sont prêts à aller jusqu’au bout.

Lionel Burriello, la relève d’ArcelorMittal.

Il défend les hauts fourneaux avec autant d’ardeur que son collègue de la CDFT, Édouard Martin. Et il crève l’écran autant que lui. Lionel Burriello, 35 ans, mécanicien, est à la tête de la fronde pour sauver les 630 emplois de Florange.

Il a adhéré à la CGT il y a quatre ans, en réaction à la fermeture de l’usine de Gandrange. Son objectif : créer une « jurisprudence Florange », sans mâcher ses mots vis-à-vis du gouvernement, qu’il a qualifié de « traître ».

Yvon Scornet, le « papa » de Petroplus.

Il est le « papa » de la « mémé », surnoms que les ouvriers donnent à leur raffinerie de Petit-Couronne. Yvon Scornet, 56 ans, a commencé comme aide-opérateur en 1980.

Le militant Lutte ouvrière se syndique alors à la CGT, qu’il quitte au bout de deux ans en dénonçant une orientation « stalinienne ». Pour finalement y revenir… Le porte-parole de l’intersyndicale a fait de la survie de Petroplus le combat de sa vie, alors que les 470 salariés restent toujours suspendus à un repreneur. [...]

 

Jean-Pierre Mercier, de Lutte ouvrière à PSA-Aulnay

 

Ses petites lunettes grises et son visage poupin n’ont pas empêché la direction de PSA d’en faire sa bête noire. Entré comme cariste à l’usine d’Aulnay après dix années d’intérim, Jean-Pierre Mercier adhère à la CGT en 1998, bien après avoir pris sa carte chez Lutte ouvrière. [...] Il négocie aujourd’hui avec intransigeance le sort des 3.000 salariés d’Aulnay.

La suite sur le JDD

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage