Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 01:35

emeutes2005Une réunion d’information, destinée aux policiers municipaux, sur les groupes communautaires et extrémistes, s’est déroulée à Quetigny.

«Tout est parti d’une réunion organisée par la Licra à destination des stadiers du DFCO », explique Sylvain Colin, de la police municipale de Quetigny, à l’origine de la conférence. « À cette occasion, un fascicule avait été distribué aux stadiers pour leur expliquer comment reconnaître les symboles néonazis et ultranationalistes, souvent présents dans les stades. Je me suis alors dit que, dans la police, nous n’avions pas eu de telle information et qu’il était important d’organiser une rencontre avec la Licra pour aborder le sujet des extrémistes et du communautarisme ».
En présence de Louisa Maaref, responsable de la commission sport de la Licra Dijon, d’Alain David, ancien président de l’association, et de Macha Pariente, responsable juridique de l’antenne nationale que la réunion à destination des policiers municipaux s’est déroulée.
Le référent en communautarisme de la police, fonctionnaire du Sdig, était également venu expliquer son rôle.

Les forces de l’ordre représentaient les polices municipales de Marsannay-la-Côte et Saint-Apollinaire ainsi que de la gendarmerie de Quetigny.

Réagir face aux communautaristes

Les policiers ont pu interagir avec les membres de la Licra sur des sujets d’actualité, comme les groupes d’extrême droite ou d’extrême gauche et des islamistes.

Le but de la rencontre était de permettre aux forces de l’ordre d’identifier ces groupes communautaristes et de savoir comment réagir en contactant le référent de la police nationale.

« Nous sommes une police de proximité, ce qui veut dire que nous sommes constamment au contact de la population. Nous avons donc tout intérêt à nous associer avec la Licra pour lutter ­contre les formes de discrimination et prévenir les risques de ­communautarisme », a souligné Sylvain Colin. (…)

Bien Public

 


Et pourquoi pas lutter contre les risques du communautarisme et prévenir les risques de discrimination !?


Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société