Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 00:56

Je vous parle d’un temps que les bobos de vingt ans ne peuvent pas connaître, mais combien de fois dans mon existence de voyageur, j’ai entendu et j’entends encore des hommes ou des femmes noirs africains ( Sénégalais, Congolais, Ivoirien, Béninois, etc.) me déclarer «  les arabes c’est eux les racistes » et en réciproque combien de fois le mépris des populations à peau noire, jugées inférieures ou vues comme des ex-esclaves, m’a été confirmé par mes fréquentations arabo-musulmanes.

Les fondations de ces opinions très répandues en Afrique font partie intégrante de l’Histoire de ce continent : entre 670 et le début du XXème siècle, les arabo-musulmans ont déporté en esclavage près de 17 millions d’africains à la peau noire. De même qu’en Europe, le souvenir de la Shoah est impérissable, les traces des immenses déportations orchestrées par les arabo-musulmans sur douze siècles sont inscrites ad vitam aeternam dans l’inconscient collectif des populations africaines. Mais devant le Blanc, c’est de l’ordre du non-dit, il faut vraiment bien connaître ces gens et même fraterniser avec eux pour recevoir leurs confidences. Tristes tropiques …

Dans le Maghreb, celles qui se marient à des immigrés subsahariens, souvent en situation irrégulière, sont rejetées par leurs familles et par la société. Maudites, mécréantes, c’est ainsi qu’on les désigne depuis qu’elles ont commis l’irréparable en épousant “le Noir” ou “le chrétien”.  Guidées par leurs seuls sentiments, ces femmes, ont scellé leur destin avec des migrants subsahariens irréguliers. En n’écoutant que leur cœur elles ont défié leurs familles et bousculé une certaine culture de leur pays pas du tout prête à la tolérance des différences et des convictions des uns et des autres. Tristes tropiques…

Exemple en Algérie, le cas de Julien, Came­rounais, établi illégalement depuis dix ans à Alger, qui a accepté de raconter dans un reportage pour Courrier International  ses déboires et ceux de la femme qui a consenti à partager avec lui “le meilleur et le pire”.

Son épouse algérienne, 39 ans, cadre dans une entreprise privée, refuse de répondre elle-même par peur de représailles. “Quand elle a appris à ses parents qu’elle aimait un Camerounais, donc un Noir, et de confession chrétienne, elle a failli être lynchée. Aussitôt, sa famille a exigé un certificat de virginité et un test antisida. Craignant pour sa vie, elle n’a pas eu besoin de trop réfléchir pour quitter le domicile parental et venir vivre sous mon toit.” En guise de maison, une carcasse de villa louée à 13 000 dinars algériens par mois -120 euros- et occupée par une quarantaine de personnes de différentes communautés de l’Afrique subsaharienne.

“Nous avons deux enfants, non inscrits à l’état civil de la commune et scolarisés dans une école privée, parce qu’aux yeux de la loi algérienne nous ne sommes pas reconnus comme mari et femme. Et, même si nos deux petits sont nés ici, ils sont apatrides parce que l’Algérie ne reconnaît pas le droit du sol”, explique Julien,, la colère à peine contenue.

Enquêter sur les couples mixtes à Alger et dans les environs, c’est comme partir en guerre tant le sujet est tabou. “Pourquoi cherchez-vous à fouiller dans la vie intime des gens, si ce n’est pour foutre davantage la pagaille ?” déclare un algérien musulman, mais pas plus chanceux que Julien. “Ce que je peux dire, c’est que chez les Algériens ce n’est pas uniquement la religion qui représente un frein dans le sacrement d’une union. Je dirais même que c’est un gros prétexte pour nous rejeter. Le problème, c’est la couleur noire, sinon comment expliquer que vous acceptiez que vos filles et vos garçons épousent des Européens et des Européennes de confession chrétienne ? J’ai la réponse : parce qu’ils sont de l’Occident, donc de couleur blanche. C’est une question de racisme…” Tristes tropiques…..

 Deux témoignages complémentaires, sur la réalité des traites négrières dont furent victimes les populations noires, de Tidiane N’Diaye, anthropologue franco-sénégalais, et de John Alembillah Azumah, ghanéen spécialiste de l’islam.

Cela mérite d’être connu, surtout quand on sait que notre Garde des Sceaux a osé nous imposer, en 2001, une loi mémorielle, n’accusant que les seules traites occidentales, comme le rappelait Djamila Gérard, et, à sa façon, Eric Zemmour, face à celle qui n’était pas encore à l’époque ministre de la Justice.

http://ripostelaique.com/loi-segregationniste-sur-lesclavage-comment-hollande-a-t-il-pu-nommer-taubira-a-la-justice.html

http://www.youtube.com/watch?v=4ziUD5wzfcY


La verité sur l'esclavage arabo-musulman... par RobertGuiscard

http://www.dailymotion.com/video/x5sp7d_la-verite-sur-l-esclavage-arabo-mus_news

http://www.youtube.com/watch?v=CWhWQwJI8QE

Quant à Dieudonné, qui sur l’esclavage est plutôt dans le registre victimaire et partial de la Garde des Sceaux, il préfère, lui, plutôt parler d’un prétendu esclavage juif que de celui des musulmans. Il est vrai que les mollahs iraniens n’apprécieraient pas le contraire…

Huineng

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société