Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 00:23

[extraits de Ouest-France du 26 octobre]

La ministre de la Justice souhaite sanctionner les délinquants sans forcément les emprisonner. Christiane Taubira, la ministre de la Justice, vient de le rappeler dans une circulaire : « Le recours à l’incarcération doit répondre aux situations qui l’exigent strictement. »

Cette directive part d’un double constat. Un : les prisons françaises sont surpeuplées. 41 établissements pénitentiaires ont un taux de surpopulation supérieur à 150 %. Conséquence : des détenus couchent sur des matelas à même le sol. Deux : la prison ne suffit pas à empêcher la récidive.

« La primauté de l’éducation sur la sanction ».

Des alternatives existent déjà. Le bracelet électronique s’est fortement développé. Le travail d’intérêt général (activité gratuite en faveur d’une association ou d’une collectivité), parfois difficile à mettre en oeuvre, fait aussi partie des pistes de réflexion. (…)

Mineurs : les 16-18 ans restent des enfants. Christiane Taubira l’a annoncé : les tribunaux correctionnels pour mineurs, mis en place le 1er janvier, vont être supprimés. Ils avaient été créés pour juger les mineurs de 16-18 ans récidivistes, risquant plus de trois ans d’emprisonnement.

Mais ils restaient contestés. Ces tribunaux se rapprochaient de la justice des adultes, semblant abandonner un des principes fondateurs de la justice des mineurs : la primauté de l’éducation sur la sanction. Source

——————————

Comparer avec :

Mort d’un gendarme. Le principal suspect dans la mort du gendarme fauché était connu des services de police. Il avait été condamné, selon son casier judiciaire, à trois reprises, jamais de l’emprisonnement ferme. (…) Il avait bénéficié d’une mise en liberté sous contrôle judiciaire cinq jours avant le drame. Devant les enquêteurs, il nie toute implication dans cette affaire. (source)

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers