Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 02:15

EurabiaComment l’Europe en est-elle arrivée là ? Bat Ye’or décrit le processus de déconstruction des fondamentaux européens. Né d’une stratégie et d’une politique volontaire de fusion avec un monde islamique qui  lui est étranger et qui inéluctablement l’absorbera, l’Europe, la France en tête, s’est fourvoyée dans un contresens politique, contraire à l’intérêt et à la volonté des peuples, entraînant dans son sillage tout l’Occident.   Inconsciemment ou non, les dirigeants persistent dans leur égarement, sachant qu’ils ne peuvent plus reculer.

La doctrine « méditerranéenne »

Au lendemain de l’embargo sur le pétrole décrété par la Ligue Arabe, pour faire pression sur les puissances occidentales afin qu’elles contraignent Israël à accepter ses diktats, suite à la guerre de Kippour de 1973, l’Europe du Marché Commun accepta de faire de son engagement contre Israël – une cause panarabe – la cheville ouvrière de son rapprochement avec le monde arabe. Ce rapprochement donna naissance en 1974-1975 à une nouvelle stratégie qui transformait le projet de détruire Israël en lutte pour la reconnaissance d’un peuple palestinien, dont personne n’avait jamais entendu parler auparavant et à commencer par la charte de l’Organisation de la Palestine, un peuple que l’Europe protégerait, financerait, et organiserait en vis-à-vis d’Israël. Autour de ce dogme, se créèrent des rites, des incantations, des Mystères. Quiconque en doutait commettait un sacrilège qui l’excluait de la société civilisée.

 

La doctrine méditerranéenne repose sur quatre piliers fondamentaux intouchables :

1) L’islam est une religion de paix et de tolérance. Sa civilisation fut la matrice de la pensée, des arts et des sciences d’un Occident plongé dans la barbarie. Juifs et Chrétiens vécurent paisibles et heureux sous la protection de la justice islamique, comme le déclare la Charte du Hamas. Depuis les années 1970 d’innombrables livres célèbrent cette magnifique symbiose sous la loi de la charia dans les empires musulmans. L’hostilité actuelle des musulmans envers eux provient de l’injustice des Croisades, du colonialisme et du sionisme. Cette interprétation de l’histoire est enseignée dans les écoles et les universités.

2) Le sionisme constitue le seul obstacle à la réconciliation islamo- chrétienne tant souhaitée. Cependant elle ne pourra se réaliser que lorsque l’Europe aidera l’islam à effacer Israël de la carte. Telle est la condition essentielle assénée aux réunions officieuses euro-arabes et aux dialogues religieux islamo-chrétiens. D’où les nombreuses imprécations rageuses et rancunières de politiciens européens accusant l’État hébreu d’être l’obstacle à la paix et à la réconciliation entre Islam et Chrétienté, en s’accrochant à son misérable bout de terre, provoquant des guerres par son entêtement à survivre.

3) Israël est un mensonge. Il n’a pas d’histoire dans la région. Le patrimoine historique auquel il prétend est celui du « peuple » palestinien qu’il a usurpé comme l’Europe a usurpé la science et la civilisation islamique.

4) Créée officiellement en 1975 par le Quai d’Orsay et la Ligue Arabe, l’existence d’un peuple palestinien caractérisé par des particularités qui le distingueraient de tous les autres Arabes, constitue un postulat sacro-saint. Lui seul peut opérer la réconciliation euro-arabe et islamo- chrétienne tant désirée, par le transfert à la Palestine du patrimoine historique et du droit d’Israël. C’est en effet dans l’évangile de la passion palestinienne et de son martyr par Israël que se construit la diabolisation du peuple juif et de l’État d’Israël, l’obligation morale qui justifie le combat pour le détruire, et selon certains prélats, la rédemption de la Chrétienté. Haine chrétienne et haine musulmane contre Israël s’unissent pour construire la réconciliation et la symbiose euro-arabe par l’apothéose du peuple palestinien. L’attaquer constitue un sacrilège. Rappelons que la Résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies en 1967 ne mentionnait ni la Palestine ni un peuple palestinien et que, précisément pour cette raison, elle fut refusée par les pays de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Cette Résolution ne mentionnait que deux vagues de réfugiés, les réfugiés arabes et les réfugiés juifs. Tout le reste fut construit par le Quai d’Orsay.

Ces quatre piliers furent élaborés par des comités interreligieux, multi- culturels et politiques euro-arabes et islamo-chrétiens. Très vite, ils firent des adeptes dans toute l’Europe et constituèrent dès 1975 une politique officieuse de la Communauté européenne, soutenue par sa Commission et la Ligue arabe. À cette époque des célébrités comme un Massignon, suivi de son disciple Youakim Moubarac, jésuite libanais, mais aussi les anglicans Kenneth Gragg, et l’Arabe palestinien Naïm Stifan Atteek transmuèrent l’antisionisme en Passion palestinienne.

La guerre politique contre Israël

La guerre politique contre Israël constitue l’élément majeur de la politique euro-méditerranéenne. Elle devint très active surtout à partir de 1999 avec Javier Solana, qui s’était illustré dans son poste précédent de secrétaire-général de l’Otan (1995-1999) dans la guerre de Yougoslavie par des attaques aériennes intensives sur des cibles militaires et civiles serbes. La politique extérieure présente quatre lignes directrices majeures :

1) Guerre de désinformation et diabolisation d’Israël ;

2) Remplacement d’Israël par la « Palestine laïque et démocratique », termes qui n’ont aucun sens dans l’idéologie djihadiste palestinienne ;

3) Organisation de l’isolement international d’Israël ;

4) Règles imposant la vulnérabilité à Israël (dhimmitude) :

  1. a) neutralisation des défenses d’Israël par l’interdiction de se défendre, au prétexte des victimes collatérales,
  2. b) l’accusation d’être un agresseur alors qu’il est agressé, conforme à l’interprétation djihadiste du non-musulman dont l’existence même est une agression,
  3. c) légitimation du jihad anti-israélien et de sa politique génocidaire, d) culpabilité d’Israël État-nation,
  4. e) négation du jihad et de la dhimmitude et diffamation de ceux qui en parlent,
  5. f) abandon des Chrétiens vivant dans les pays musulmans comme victimes collatérales de la politique euro-méditerranéenne,
  6. g) persécution légale et médiatique des critiques de cette politique, h) création d’un vocabulaire adapté à cette politique.

 

La politique intérieure européenne

La stratégie du fusionnement des deux rives de la Méditerranée s’accompagna d’une politique intérieure de la Communauté/Union européenne, préconisant :

1) l’immigration portes ouvertes ;

2) la destruction de l’État-nation, de ses garde-fous et institutions démocratiques ;

3) l’autoflagellation et l’humilité de la dhimmitude qui se traduisent par :

  1. a) le refus de critiquer l’islam,
  2. b) le refus de critiquer le jihad,
  3. c) l’élimination de la dhimmitude comme réalité historique et institutionnalisée,
  4. d) le refus de comparer le jihad, guerre de colonisation islamique aux guerres coloniales européennes,
  5. e) les restrictions à la liberté d’expression et les lois sur le blasphème de la charia,
  6. f) les modifications des cursus scolaires pour les rendre islamo-compatibles,
  7. g) la diffusion du dogme de la supériorité de la civilisation islamique.

Ces deux dernières conditions ont fait l’objet de multiples réunions des commissions culturelles euro-arabes comme celles du DEA à Venise 1977, du symposium de Hambourg 1983, du Conseil de l’Europe, Assemblée parlementaire européenne, 1991, de la Fondation Anna Lindh 2003, de plaidoyers dithyrambiques de Luis Maria de Puig (8 nov. 2002) à l’Assemblée parlementaire européenne, pour n’en citer que quelques-unes. La politique méditerranéenne et l’entente avec les pays musulmans du sud méditerranéen est une priorité absolue de l’UE.

Ce choix est proclamé dans d’innombrables déclarations des gouvernements de l’UE : Déclaration de Barcelone 1995, Stratégie commune du Conseil européen juin 2000, Fondation Anna Lindh, Alliance des civilisations, etc. L’UE qui a versé des milliards dans cette politique et pour créer « le peuple palestinien », gauche et droite confondues, ne peut plus reculer. Elle a inventé un langage, une idéologie, une stratégie, une politique, une culture, diffusées par des réseaux transnationaux et internationaux, le tout à coups de milliards. Elle a construit une réalité virtuelle pour complaire aux exigences de l’OCI, avec des mots qui ne veulent rien dire dans la civilisation de la charia : laïcité, démocratie, paix, droits de l’homme, principes humanitaires régulant le droit de la guerre, respect des civils.

Comme les armées mercenaires chrétiennes au service des califes, elle a secondé toutes les campagnes stratégiques du jihad palestinien, entamant sa propre destruction, détruisant les identités historiques et culturelles de ses propres populations, sacrifiées, comme Israël, à sa politique méditerranéenne.

 

La menace du jihad international en prime

Prise au piège de ses erreurs, l’Europe, avec Obama qu’elle a encensé jusqu’aux nues, a mis au pouvoir, en guise de démocratie, les Frères musulmans. Au nom des droits de l’homme, elle a semé la pagaille et la ruine dans les pays arabes et se réjouit de voir Israël griller au feu d’un fondamentalisme qu’elle a encouragé. Mais voilà, le fondamentalisme est partout, en Europe, aux États-Unis, en Afrique, et les populations européennes se rebiffent. Elles s’efforcent d’éclairer leurs dirigeants et ne comprennent pas qu’ils les ont fourvoyés dans un long tunnel dont ils ne peuvent ni ne veulent plus sortir. Car le califat donne déjà ses ordres à ses troupes dispersées en Europe. Abu Imad Rifai, responsable du Jihad islamique leur adresse ses remerciements.

Dans un long message publié par le Mouvement de solidarité internationale, section France (ISM France), le 9 août 2014, il les félicite d’être sortis en masse, bravant l’interdit gouvernemental, et d’avoir manifesté dans les villes françaises pour le Hamas. Le Hamas, rappelons-le, est un autre visage du califat. Les appelant ses frères et ses sœurs et ses véritables alliés, il leur promet au nom du Jihad islamique en Palestine de poursuivre la lutte. Or le Jihad est une guerre universelle contre les non musulmans. Affirmant que les Juifs vécurent en paix et en symbiose dans le monde musulman pendant des centaines d’années, Rifai donne aux Français un programme d’action et les engage à s’unir pour former ensemble un bloc politique important pour modifier les politiques internationales et intérieures de l’UE et de ses États membres.

« Je m’adresse en particulier à vous, enfants de la communauté arabe et musulmane, nous sommes certains que vous pouvez introduire un grand changement dans la politique internationale, en tant que bloc humain important en Europe, et à Paris, vous pouvez, par votre unité, votre patience et votre conscience, vous imposer en tant que force importante dans la politique européenne et montrer au monde que l’islamophobie est une fabrication des gouvernements occidentaux qui veulent vous marginaliser et vous isoler du soutien aux questions justes des peuples de notre nation arabo-islamique, et vous isoler de la symbiose humaine et civilisationnelle avec les peuples qui vous entourent, car ces gouvernements craignent que s’écroulent sur leur têtes les temples du mensonge qu’ils ont édifié. Chers frères et sœurs, au nom de mes frères dans le mouvement du Jihad islamique en Palestine, au nom du peuple palestinien, au nom des héros des Brigades al-Quds, d’al-Qassam, d’al Aqsa, d’Abu Ali Mustafa et des Comités et des autres combattants de notre peuple palestinien, notamment dans la bande de Gaza, je vous remercie un à un, pour vos efforts… Nous sommes confiants que nous pouvons ensemble obtenir la victoire ». Comment l’Union européenne prévoit-elle de remédier à cette situation ? Il faudrait tout d’abord qu’elle consente à la constater.

Bat Ye’or
 Extraits d’un article de Bat Ye’or, historienne et membre de la rédaction de dreuz.info, article paru dans la revue Pardès, n°55, 2014, « Qu’est-ce qu’un acte antisémite ? », éditions In Press (voir les liens vers les sources en bas de page).
NOTES
  1. Ali Ouertatani, « Les citadelles du lobby proarabe en France », Outre-Terre 4/2004 (no 9), p. 417-421.
  2. Jacques Frémeaux, Le monde arabe et la sécurité de la France depuis 1958, Paris : PUF, 1995, p. 280.

 

Reproduction autorisée avec mention M. Garroté, réd. chef www.dreuz.info

http://www.desinfos.com/spip.php?article44350

http://www.inpress.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=670

https://ssl2.ovh.net/~crmart/secure/abo.php?abo=man&catid=14&titreid=67

 

vur sur : http://www.eurabia.org/processus-de-deconstruction-et-dislamisation-de-leurope-un-contresens-politique-delibere/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique