Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 01:47
Kiosque à journaux, Moscou
 

Tirant les conséquences de la guerre d'information qui se livre aujourd'hui, ouvertement, entre la Russie et les Etats Unis, les députés russes ont décidé de reprendre doucement la main sur les médias nationaux. Ainsi, la participation au capital des personnes physiques et morales étrangères sera limitée à 20% du capital. Ce qui a provoqué la montée au filet des médias dits "libéraux", autrement dit des médias largement financés de l'étranger. Et pour cause, en fait, une grande partie d'entre eux sont off-shore et veulent le rester.

La Douma examine un projet de loi déposé par des députés communistes et LDPR visant à limiter la participation et le pouvoir de direction des personnes physiques et morales étrangères dans les médias russes, de tous types.

 

La limitation concerne les Etats étrangers, les organisations internationales, ainsi que les personnes morales sous leur contrôle, les personnes morales étrangères, les personnes morales russes avec participation étrangère d'au moins 20% au capital, les citoyens étrangers, les apatrides, les citoyens russes ayant également une nationalité étrangère.

 

Ces personnes ne peuvent fonder un média ou en contrôler plus de 20% du capital. Les voix détenues par les actionnaires ne peuvent être décomptées lors de la réunion des actionnaires en ce qui concerne la politique du média.

 

La loi doit entrer en vigueur le 1er janvier 2016. Les médias ont jusqu'au 1er février 2017 pour se mettre en conformité avec la loi et doivent déclarer la nouvelle liste des actionnaires et fondateurs avant le 15 février 2017.

 

Le bruit fait par ce projet de loi est comparable à celui qui a entouré la règlementation du financement des ONG en Russie. Et pour cause, dans les deux cas, la présence étrangère est très forte et ces deux branches exercent une influence non négligeable sur la formation de l'opinion publique nationale.

 

Ainsi, cette réforme pourrait concerner les éditions Kommersant, PBK, Rambler & Co., STS Media et presque toutes les chaînes cablées. Par exemple, les éditions Kommersant regroupent 6 compagnies dont 3 sont enregistrées dans les Iles Vierges. Le Holding RBK est détenu à plus de 50% par une entreprise localisée à Chypre. Quant aux éditions en Russie des journaux Elle, Marie Claire, Psychologies et Maxim elles sont à 100% entre les mains d'une entreprise elle aussi située à Chypre.

 

Soyons réaliste, plus que dans la logique d'une "nationalisation" des ONG pour qu'elles défendent réellement les intérêts de la population, ce projet de loi, au-delà de la dimension idéologique ici incontestable, fait également beaucoup penser à la lutte contre l'off-shorisation de l'économie. Lutte lancée par V. Poutine lors de son retour à la présidence et lutte qui dérange beaucoup.

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International