Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 01:45
Le gouvernement « réfléchit » à geler le barème de l'impôt sur le revenu en 2013. Ce qui équivaut à une augmentation de plus de 2 % de la facture fiscale pour tous les contribuables.
Le gouvernement est très tenté d'enterrer une des promesses socialistes de la campagne électorale, celle concernant l'indexation du barème de l'impôt sur le revenu (IR). L'enjeu est de taille : il s'agit de savoir si oui ou non les Français subiront une hausse générale de l'IR en 2013.
 


Traditionnellement, la grille sur laquelle repose le calcul de l'IR évolue en fonction de l'inflation : cela permet aux ménages qui voient très souvent leurs revenus augmenter (salaires, pensions) en fonction du coût de la vie de ne pas payer plus d'impôt de ce seul fait.

«TOUT LE MONDE DOIT FAIRE UN EFFORT»
Fin 2011, la précédente majorité de droite a décidé de suspendre cette indexation pour les revenus de 2011, imposés en 2012 et pour les revenus de 2012, imposés en 2013. De quoi provoquer une hausse généralisée de l'IR de 2,1 % cette année, puis d'un montant équivalent l'an prochain. Une hausse touchant aussi bien les ménages aisés que les classes moyennes et modestes.

Au nom de la justice fiscale, François Hollande s'était engagé lors de la campagne à rétablir l'indexation sur l'inflation pour les revenus de 2012, imposés en 2013. Las, le gouvernement Ayrault réfléchit désormais sérieusement à maintenir la désindexation. Car cette désindexation rapporte plus de 1,7 milliard aux caisses de l'État! «Tout le monde doit faire un effort. L'effort doit être juste. La mesure est sur la table, mais rien n'est encore arbitré», dit-on à Matignon.

Le Figaro

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie