Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 02:40

Ce qui caractérise la judéophobie dans l’Histoire, c’est d’abord qu’elle est « la haine la plus longue », ensuite qu’elle n’a cessé de prendre des formes nouvelles, de s’adapter à l’esprit du temps, de trouver de nouveaux alibis, d’inventer des justifications inédites.

Peu importe aux antijuifs le caractère contradictoire des griefs: les juifs sont en même temps et indifféremment accusés d’être trop « communautaires » ou « identitaires » (trop religieux, « solidaires » entre eux, nationalistes, sionistes, etc.) et trop cosmopolites (nomades, internationalistes, « mondialistes », etc.).

 Les juifs ont de tous temps stimulé l’imagination des peuples environnants, suscité des mythes, le plus souvent malveillants, une désinformation au sens large du terme », et qu’« aucun autre groupe humain ne fut entouré, tout au long de son histoire, d’un tel tissu de légendes et superstitions ».

Les juifs sont perçus par ceux qui les haïssent comme aussi redoutables que vulnérables. Cette perception ambivalente entretient et renforce la haine antijuive. D’où, dans les passages à l’acte aujourd’hui observables, ce mélange de lâcheté (s’attaquer à des passants, à des enfants ou des écoliers sans défense) et de ressentiment (la rage née d’un sentiment d’impuissance devant la satanique surpuissance juive, inévitablement occulte).

Dans tous les cas, la défense des Palestiniens érigés en victimes du « sionisme » constitue le noyau idéologique des modes de légitimation des violences antijuives contemporaines, le thème majeur étant celui de la « vengeance des enfants palestiniens assassinés par les sionistes », thème qui réveille la vieille accusation de « meurtre rituel ». Les rassemblements et les marches en faveur de la « cause palestinienne » constituent des rituels qui entretiennent ou intensifient les passions « antisionistes », dont les frontières avec les passions antijuives sont devenues, dans la plupart des situations, indiscernables.

Le propalestinisme est assurément le principal vecteur de la nouvelle haine des juifs à laquelle on donne souvent le nom d’« antisionisme ». C’est en ce sens qu’on peut le considérer comme un propalestinisme instrumental. Mais il est plus qu’un vecteur. Il marque l’entrée dans un nouveau régime de judéophobie, fondé sur l’attribution exclusive aux Palestiniens des traits d’un peuple messianique.

Le « peuple » dont parle l’écrivain propalestinien est bien le peuple juif, érigé en une entité incarnant « le Pouvoir », c’est-à-dire le Mal, dans la perspective de Genet. Les Israéliens disparaissent de l’horizon, comme les « sionistes » mythifiés et diabolisés. Il reste les juifs. Mais les juifs transformés en une entité abstraite et démonisée. L’écrivain engagé affirme clairement qu’il aime les Palestiniens dans l’exacte mesure où ils combattent les juifs, c’est-à-dire le Mal.

Les Palestiniens sont ainsi érigés en contre-peuple élu, mais pour devenir eux-mêmes le nouveau peuple élu. Nouvelle grande opération historique de substitution, nouvel acte de violence symbolique dont les juifs sont les victimes. Faut-il préciser qu’aujourd’hui, depuis la fin 2012, les Palestiniens sont le peuple élu par l’ONU, c’est-à-dire par l’opinion internationale hyperdominante? La nouvelle vox dei?

[...]. Loin de provoquer dégoût et répulsion, la radicalité exerce une séduction sur de nombreux esprits.

Pour les propalestiniens inconditionnels de toutes origines, « le juif » est l’ennemi. Grâce au propalestinisme, la judéophobie est à la portée de tous, « sans distinction d’origine, de race ou de religion », comme dit l’article 2 de la Constitution de la Ve République. Le XXIe siècle commençant a inventé la judéophobie universellement partageable.

______________

Que dirons nous pour les Français de souche, quand le nombre d'étrangers sera si important en Françe mais aussi en Europe qui imposeront, culture, lois islamiques, ... et rendront ainsi toute cohabitation impossible. 

Ces populations de remplacement largement voulu par l'Europe au titre de la globalisation-diversité accueillie "bras ouvert" par le gouvernement ainsi que le système associatif parfois au détriment des Français qui dorment et meurent dans les rues ne se contente pas d'une intégration à la culture Française mais imposent un endoctrinement islamiste.

Devrons nous quitter la Françe en peuple indésirable et au profit d'un islam conquérant que porte dans leur coeur  bobos de gauche ou de droite ou serons nous  esclaves obligés à la dhimitude*

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dhimmi

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société