Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 03:41

muslim-islamic-school

 

Il y a urgence. Les faits relatés il y a quelques jours par Le Soir Illustré sont d’une extrême gravité. Le Président français Sarkozy disait que « l’école doit être un sanctuaire » car c’est le lieu de l’apprentissage et de la formation des jeunes enfants. On en est loin. A six ans, un petit gamin de Bruxelles a été traumatisé par ce qu’il a vécu durant deux ans dans une école publique de Laeken

« Maman, ne mets pas du jambon dans mes tartines, on crachera dessus ». « Maman, mets un voile pour venir me chercher à l’école ». « Maman, vous buvez du vin, vous irez en enfer ». « Maman, te maquille pas on dira que t’es une dragueuse ». Voici les propos affligeants d’un enfant de 6 ans (oui, vous lisez bien 6 ans !) à sa maman, plongé avec un autre camarade dans une classe de 24 autres enfants de confession musulmane.

Ces propos ont été rapportés par nos confrères du très sérieux Soir Illustré. Cet enfant a été brimé, traité de sale porc, violenté durant deux ans par ses congénères de classe, de confession musulmane, qui imposent leur religion tout au long de l’année, laissant le corps professoral apathique. Le retard scolaire de cet enfant est très important, à un âge où l’apprentissage à la lecture et au calcul sont déterminants pour la vie future du bambin.

Cette affaire très grave a été minimisée par la Ministre de l’Enseignement fondamental Marie-Dominique Simonet (cdH) qui ne l’a pas prise au sérieux, comme en témoigne son attitude lors d’une question orale posée par le député Alain Destexhe au cours de la dernière séance du parlement francophone.

Voici les conclusions à tirer de ce fait divers, probablement pas isolé :

- une intolérance règne dans un milieu clos envers les enfants qui ne partagent pas la culture musulmane qui s’impose de plus en plus à nous, non comme religion mais comme phénomène totalitaire, c’est-à-dire qui embrasse l’ensemble des aspects de la vie de tous les jours. C’est une grave erreur de comparer l’Islam aux deux autres religions monothéistes car sa volonté dominatrice et son emprise sur la société sont d’une toute autre nature.

- il y a du laxisme chez les enseignants qui laissent faire plutôt que d’imposer des règles précises. D’abord la neutralité de l’enseignement : pas de voile, ni de signes religieux à l’école ni même de tapis de prières dans des écoles officielles. Utilisation de la langue de l’école: le français ou le néerlandais et non de langues allochtones comme cela se pratique beaucoup. Respect de chacun selon ses convictions et bannissement du racisme anti-européen comme il se développe.

- l’attitude d’enfants de 6 ans est interpellante quant aux valeurs prônées dans le milieu familial. Où est le respect de l’autre, de la différence, des autres religions ? C’est à une attitude de dhimmitude qu’incitent les familles qui osent élever leurs enfants d’une manière aussi dévoyée. Il doit leur être rappelé par notre gouvernement que, si l’Islam est toléré sur le sol belge, la Belgique n’a jamais été une terre d’Islam et que cette idéologie n’a pas à s’imposer à ceux qui ne la choisissent pas.

- l’attitude couarde des hommes politiques (et dernièrement de Marie-Dominique Simonet qui n’est pourtant pas socialiste, eux qui sont coutumiers du fait) est une nouvelle fois à blâmer. Quarante ans d’immigration incontrôlée suivie ces dernières années par des politiques de régularisation désastreuse et une absence de politique d’assimilation des populations allochtones. De telles situations démontrent la nécessité urgente d’une politique d’immigration zéro pour éviter une aggravation de ce fléau.

Il est temps que les hommes politiques se dressent pour exiger que l’on respecte tous ceux, belges ou pas, qui veulent vivre ici comme ont toujours vécu leurs parents, leurs grands-parents leurs ancêtres et qui refusent un changement civilisationnel qu’ils n’ont pas demandé.

C’est un appel contre la barbarie et le totalitarisme qu’il faut lancer. Aux hommes politiques  de prendre désormais leur responsabilité.

ABRAHAM L.

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration