Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 00:45

 Quarante mille Djihadistes à Paris

 
Quarante mille personnes se sont réunies au Bourget, juste au Nord de Paris, pour se rendre à la réunion annuelle de l’UOIF, du 6 au 8 avril. Ces personnes n’ont pas pu écouter leurs appels au djihad préférés, car certains des prédicateurs attendus n’ont pu pénétrer sur le territoire français. Mais ils en ont entendu d’autres, car d’autres prédicateurs étaient là. Et si je dis que mon titre est optimiste, c’est parce que n’étaient présents au Bourget que ceux qui ont fait le déplacement. Si on devait compter ceux qui n’ont pas fait le déplacement, on arriverait à des chiffres bien plus élevés, cela ne fait aucun doute.
 
Si je dis que mon titre est optimiste, c’est aussi parce que j’emploie le mot djihad. Et c’est un mot qui a une double signification, puisqu’il désigne le grand djihad, l’effort sur soi que doit effectuer tout musulman aux fins d’être exemplaire dans sa soumission à Allah, et le petit djihad, qui est l’action violente. 
 
Je dirai seulement que sur les six à huit millions de musulmans que compte la France, les estimations les plus basses effectuées par les services de renseignement étrangers considèrent que dix pour cent sont touchés par le discours de l’islam radical, ce qui fait de six cent à huit cent mille personnes. Pas davantage, je vous rassure.
 

 j’ajouterai, si vous ne l’aviez déjà compris, que les hommes politiques ont, dans ces conditions, tout intérêt à ne pas fâcher l’électorat musulman, voire à lui tenir des propos flatteurs ou édulcorés : quasiment tous les dirigeants politiques aujourd’hui en France se conduisent dès lors sur le mode de la soumission, comme s’ils étaient déjà en terre d’islam et comme s’ils étaient des dhimmis, ces citoyens de seconde zone qui devaient raser les murs parce qu’ils étaient mécréants (chrétiens ou juifs).
 
Ne me dites pas qu’il est sans doute trop tard pour sauver ce pays : je le sais. Et je dois constater (ce qui n’équivaut pas à un soutien) que Marine Le Pen est la seule à avoir tenu, ces derniers temps, des propos évoquant clairement le péril islamique.
 
De multiples problèmes se posent à la France et à l’Europe, et ils vont s’exacerber au cours des mois et des années à venir.
Le péril islamique est l’un des problèmes cruciaux parmi ces problèmes, peut-être le problème crucial puisque s’y nouent le risque d’émeutes et de terrorisme, le spectre de sécessions intérieures, les symptômes d’un délitement du capital humain plus que jamais requis pour qu’une société puisse survivre et ne pas s’effondrer, les traces d’un abandon de souveraineté qui est déjà quasiment chose accomplie.
 
Je disais que « quarante mille djihadistes à Paris » était un titre optimiste. C’est un titre d’un optimisme absolu, effectivement. Quarante mille était le nombre de personnes venues une seule journée à la réunion de l’UOIF. Sur les trois jours, l’auditoire cumulé dépasse de beaucoup les cent mille personnes. Les hommes d’un côté. Les femmes enveloppées de draps noirs de l’autre. Quarante mille est le nombre de ceux qui ont écouté Tariq Ramadan, samedi 7 au soir, appeler à la « résistance ». 
 
La veille, le soir de Pessah pour les Juifs du monde, une réunion des Indigènes de la République (vous savez, les gens qui traitent les Français de sous chiens) avait lieu à Montreuil sous Bois. Il n’y avait que mille personnes, mais ces personnes étaient résolument enthousiastes. Une minute de silence fut respectée pour Mohamed Merah
 
Au moment où Tariq Ramadan parlait, samedi 7 au soir, sur France 2, une aboyeuse appelée Audrey Pulvar, mâchoire serrée façon Fouquier-Tinville, s’en prenait à sa proie de la soirée, André Bercoff, et lui reprochait de cautionner « l’extrême droite » islamophobe. Il était évident que pour elle, parler de péril islamique était un crime qui devait valoir exclusion totale, définitive et absolue, et vous ravalait quelques échelons en dessous d’Oussama Ben Laden.
 
Le péril islamique, disais-je. Oui. Ce péril avance main dans la main, avec le fascisme intellectuel de la gauche complice.
 

Ne me dites pas qu’il est sans doute trop tard pour sauver ce pays : je ne le sais que trop bien.
 
Reproduction autorisée, © Guy Millière pour www.Dreuz.info
mots clefs : djihad, islam radical, 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration