Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 19:01

france-usa

 


Gabriel Robin
   

François Hollande et Manuel Valls ne peuvent plus cacher leur objectif qui est celui d'américaniser la France, de la couper de ses racines, de n'en faire qu'un simple marché financier.

 

Les noms du nouveau gouvernement de « combat » (qui cette fois-ci n’usurpe pas son titre puisqu’il s’agit d’une équipe antipatriotique) sont tombés.
Si les changements peuvent, de prime abord, apparaître comme purement cosmétiques, ils sont pourtant significatifs de la ligne politique à l’œuvre depuis l’élection de François Hollande, et de longue date prônée par le think tank Terra Nova.
Ce nouveau gouvernement symbolise à lui seul la lutte engagée contre l’idée de la France historique par la majorité socialiste, et entamée par ses prédécesseurs.
L’alliance des libéraux et des libertaires (qui ne sont cependant que des néo-moralistes favorables à l’inversion des normes et à l’indifférenciation) est flagrante.
À l’économie a été nommé monsieur Emmanuel Macron, jeune golden boy et financier de haut vol qui a commencé sa carrière à la banque Rothschild.
Il a été en pointe pour la « libéralisation de la vie économique », dénomination trompeuse pour des mesures préparant le terrain aux traités transatlantiques TAFTA et TISA.
 L’objectif est simple : négocier la dette en libéralisant des pans entiers de notre vie économique offerts à la prédation de la finance anglo-saxonne.
Pas exactement la définition de l’homme de gauche classique.
Sa nomination constitue un désaveu terrible de la part de François Hollande, qui avait affirmé que son ennemi était la finance.

On repassera !
 Arnaud Montebourg fut au gouvernement ce que le McBaguette était au McDonald’s : une caution sans succès.
 Emmanuel Macron sera, lui, un bon gros Big Mac séduisant pour les marchés.
Voilà pour la partie libérale.
La partie libertaire et faussement hédoniste est incarnée par une deuxième tête de gondole sexy du gouvernement de combat contre notre pays : madame Najat Vallaud-Belkacem.
Le fait que cette passionaria de la théorie du genre, engagée dans la lutte pour la création d’un homme nouveau déraciné, soit nommée ministre de l’Éducation nationale témoigne d’une volonté de cliver le pays, et de donner une caution sociétale à la gauche de la gauche (laquelle risque de ne pas être trompée aujourd’hui).
 Najat Vallaud-Belkacem continuera à creuser le sillon d’une école qui cherche à éduquer et à transformer l’élève en un parfait petit citoyen du monde unisexe mais faiblement instruit.
 Le consommateur parfait, en somme.

François Hollande et Manuel Valls ne peuvent plus cacher leur objectif qui est celui d’américaniser la France, de la couper de ses racines, de n’en faire qu’un simple marché financier.

Jacques Attali dirait que les nations sont destinées à devenir des hôtels ; de fortune pour les migrants du tiers monde attirés par une vie meilleure, et de luxe pour l’élite mondialisée – nomade par essence.

 Plus que jamais, les classes moyennes sont menacées par le pouvoir exécutif libéral-libertaire représenté par le Parti socialiste.

 

http://by-jipp.blogspot.fr/2014/08/remaniement-le-triomphe-ideologique-de.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)


Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique