Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 03:06

De la revendication religieuse à la confrontation idéologLu dans le journal « La Croix », sous la signature d’Isabelle de Gaulmyn :

« La politique revient dans l’Église. Et c’est tant mieux ! Avec cette proposition de prière pour la France, les évêques de France montrent qu’il est fini, le temps où, par pudeur, il ne fallait surtout pas parler politique ouvertement, sauf, et encore prudemment, avant les échéances électorales.

On revient de loin. En réalité, dans les années 1970, les catholiques faisaient de la politique. Du moins, une grosse minorité d’entre eux, et plutôt à gauche. Ces « cathos de gauche » dominaient alors l’engagement dans l’Église, avec une forme de générosité certaine, mais parfois intolérante, qui a laissé des traces. Il n’était alors de bonne conscience catholique qu’à gauche.

Le « tout spirituel »

S’en est suivie une réaction anti-politique, ou plutôt a-politique, portée notamment par le mouvement charismatique et les communautés nouvelles. On ne parlait surtout plus ni de politique, ni d’engagement. Mais de prière et de spiritualité. Et dans le même temps, comme écrasés par le constat d’une Église en perte de vitesse, et assimilant trop vite une situation de minoritaire à une posture de silence complexé, les responsables religieux n’intervenaient dans le débat public que sur la pointe des pieds.

Mais le risque était, à force de désertion, de laisser la place libre à des courants plus minoritaires, mais extrêmes. L’écho rencontré par les batailles politiques menées par des sites de catholiques intégristes, montre l’attente des plus jeunes générations catholiques à pouvoir assumer dans la vie politique leurs convictions chrétiennes. Plutôt que de s’en indigner, il faut sans doute se questionner : n’est-ce pas parce que justement, les catholiques plus modérés ont trop longtemps refusé de parler publiquement de leur engagement que certains jeunes sont ainsi attirés par ces expressions extrêmes ?

« acteurs d’avenir » ou « la politique une bonne nouvelle »

Signe en tous les cas de la nouvelle demande pour plus de politique, cet été se sont multipliées les propositions de l’Église, toutes sensibilités confondues, en direction des jeunes, pour des universités d’été autour de la politique. Certaines, comme celle des jésuites, « la politique une bonne nouvelle », près d’Aix-en-Provence existent déjà depuis quelques années. D’autres, « acteurs d’avenir » avec le diocèse de Versailles, ou celle des dominicains de la Sainte-Baume à Toulon, sont plus récentes. Prière et politique ne sont plus incompatibles. La preuve, cette prière pour la France… »

Ici: Retour de la politique dans l’Église ?

Déjà un effet de la présence à la tête de la congrégation pour la doctrine de la foi d’un théologien de la libération (sans doute revue et corrigée par les observations romaines de 1984)?

 L’Eglise a beaucoup souffert de l’ « horizontalité » qui a sévi dans ses rangs après le Concile Vatican II, dont on célèbre en octobre prochain le cinquantième anniversaire de l’ouverture.

Défendre la foi dans l’arène politique oui, confondre les genres non

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions