Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 02:06

 

Social. Il faudra cotiser plus longtemps, mais l’âge légal ne sera pas repoussé… Les grands contours de la réforme des retraites se profilent peu à peu, avant la négociation qui s’ouvrira en juillet.

La réforme des retraites passera par la concertation, aime à dire le Premier ministre, qui l’a répété hier au Journal du Dimanche. Il n’empêche, c’est bien lui et le président qui viennent, avant toute concertation, de lever deux incertitudes majeures : oui, il faudra cotiser plus longtemps, a annoncé jeudi François Hollande ; non, l’âge légal ne sera pas repoussé, a ajouté hier Jean-Marc Ayrault. Les contours de la réforme se précisent ainsi peu à peu

Âge légal inchangé : la réforme Sarkozy le porte à 62 ans en 2017, donc à la fin du quinquennat. Accélérer le mouvement était très « rentable » (plus de 12 milliards d’euros par an), mais politiquement risqué.

Durée de cotisation allongée

« Comme on vit plus longtemps, il va falloir des durées de cotisation plus longues », a expliqué François Hollande. Cette durée est de 166 trimestres pour la génération née en 1955-56, et il est prévu de l’augmenter au fil des gains d’espérance de vie des Français, jusqu’en 2020. Prolonger le mouvement au-delà amènerait une personne née en 1989 à devoir cotiser 176 trimestres (ou quarante-quatre ans) – ou à partir à 67 ans, âge qui ouvrira le droit à une retraite à taux plein. Mais cet allongement de la durée de cotisation sera très loin de suffire à combler le déficit, a calculé le Conseil d’orientation des retraites (COR). François Hollande a d’ailleurs ajouté : « Mais nous n’en aurons pas fini pour autant ».

Pouvoir d’achat rogné ?

Hausse des pensions freinée : « Il n’est pas question que les petites retraites soient pénalisées », affirme Jean-Marc Ayrault. Mais les moins petites ? Les partenaires sociaux ont montré la voie en décidant que les pensions des retraites complémentaires (Agirc et Arrco) augmenteront moins vite que l’inflation, donc diminueront en pouvoir d’achat. Le gouvernement décidera-t-il de les suivre dans le régime de base, pour les pensions à partir d’un certain seuil ? Il vient ainsi d’annoncer, sur les allocations familiales, un traitement différencié selon les revenus.

Concertation en juillet

Et du grain à moudre… Le Premier ministre annonce que « la réforme traitera la pénibilité au travail, la complexité des régimes et résoudra les inégalités ». Le champ ainsi délimité est vaste, mais il a déjà été bien labouré par les travaux du COR. Son dernier rapport pointe par exemple les inégalités persistantes entre régimes quant à l’âge de départ, et il avait longuement analysé le mauvais sort fait aux femmes, handicapées par des carrières non linéaires et le temps partiel… Mais cela au moins pourrait être laissé à la concertation qui s’ouvrira avec la conférence sociale de juillet, après la remise du rapport de Yannick Moreau.

Francis Brochet

 

source

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage