Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 02:39

 

Screen Shot 2013-06-22 at 19.11.01

Préambule : à titre personnel, je suis totalement indifférent au fait que Manuel Valls, ou n’importe quelle autre personnalité politique ou du monde des affaires, ait un compte en banque en Suisse ou ailleurs. Je ne trouve d’ailleurs rien à redire au fait que des gens veuillent échapper à l’enfer fiscal français et protéger leur patrimoine des prédateurs.

Depuis quelques jours, je reçois par email, et je lis sur internet le communiqué suivant :

 

Selon le journal suisse La Côte (www.lacote.ch/fr, article payant), le ministre de l’Intérieur français Manuel Valls et futur premier ministrable déclaré et déjà adoubé par tous les médias de l’hexagone détiendrait un ou plusieurs comptes bancaires dans des banques helvétiques.

 

Manuel Valls (de mère Suisse italienne) aurait plusieurs comptes bancaires en Suisse selon des anciens de la diplomatie américaine ayant travaillé à l’ambassade américaine de Genève sous l’ère Mitterand (je donne ce détail car il est très important, les rapports de la DGSE sur le bureau de Hollande en attestent).

 

Si vous faites une recherche, vous constaterez que des centaines de blogs reprennent l’information. Vous constaterez également que la source, un quotidien suisse, www.lacote.ch est citée, ce qui confirme le sérieux des accusations. Certains sites vont même jusqu’à donner le lien précis vers l’article qui dévoile le pot aux roses : http://www.lacote.ch/fr/suisse/manuel-valls-un-suisse-a-paris-594-451654

Malheureusement, vous ne pourrez pas lire l’article et constater par vous-même, car, précisent les blogs, il s’agit d’un article payant.

Mais il se trouve que je suis abonné à www.lacote.ch, et que j’ai donc accès à l’article, intitulé « Manuel Valls, un « Suisse » à Paris ? » que je reproduits intégralement ci-dessous.

Vous le constaterez, il n’est fait nulle part référence à d’éventuels comptes en banque de Manuel Valls en Suisse, ni à des révélations de la diplomatie américaine, et il semble bien que les comptes dans les banques suisses de Manuel Valls soient une rumeur. Et s’ils ne ne sont pas, ils ne sont pas mentionnés dans le journal suisse www.lacote.ch.

 

 

 

Des origines tessinoises et espagnoles, le député-maire d’Evry serait sur la liste des grands ministrables.

A un jour de la passation des pouvoirs à l’Elysée, les paris sont ouverts. Qui sera le premier ministre de François Hollande? Quels seront les principaux membres du gouvernement de gauche?

Une cote qui monte

La cote de Manuel Valls monte d’heure en heure. A 49 ans, le député-maire d’Evry, une cité populaire de la région parisienne, pourrait décrocher le Ministère de l’intérieur. Un poste clef: Clemenceau, Mitterrand, Chirac et Sarkozy sont passés par l’Intérieur avant de parvenir au sommet de l’Etat.

Certains observateurs le verraient même premier ministre. Pendant la campagne présidentielle, Manuel Valls s’est beaucoup rapproché de François Hollande, devenant son « sherpa », son porte-parole et l’un de ses stratèges. Dynamique, direct, parfois dur, ce socialiste pragmatique se situe plutôt à la droite du parti, plaidant pour une politique économique de lutte contre les déficits et un combat sans concession contre la criminalité.

Manuel Valls revendique son statut de fils d’immigré. Fier d’être l’un des rares politiciens français naturalisé, à l’âge de 20 ans. Son père Xavier Valls, peintre catalan, s’installe à Paris en 1949. Sa mère, Luisangela Galfetti, est une Tessinoise de Ludiano, près de Biasca.

Origines tessinoises

Le Tessin: « J’y suis beaucoup allé, quand j’étais gamin, racontait Manuel Valls en 2008 à Swissinfo.ch. Ma grand-mère nous accueillait. J’aimais beaucoup les balades, les dîners dans les grotti, les petites chapelles le long des chemins de montagne, au milieu des chèvres… presque une ‘carte postale Heidi’ côté italien ».

Enracinée dans le Val Blenio, au nord du Tessin, la famille Galfetti doit émigrer pour trouver du travail à l’étranger, témoigne l’oncle de Manuel, l’architecte Aurelio Galfetti. « Mon père avait émigré en Sierra Leone, où il pratiquait le commerce d’or. Il est mort en Afrique. »

Manuel Valls louera quelques années une maison au-dessus de Ludiano. « L’été, Manuel venait en voiture avec ses quatre enfants et nous le retrouvions chez mes parents, se rappelle Aurelio Galfetti , architecte réputé pour sa rénovation du château Castelgrande de Bellinzone, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Mais on ne le voit plus. Trop occupé sans doute! »

Style simple et direct

Pas simple de revendiquer ses origines helvétiques par les temps qui courent. La campagne électorale a réduit la Suisse à son statut de refuge pour millionnaires français. Dans sa biographie officielle, Manuel Valls s’en tient à une version abrégée: « Je suis le fils d’un artiste peintre espagnol et d’une mère suisse italienne qui ont choisi la France pour sa beauté, pour sa grandeur, pour sa douceur. »

Manuel Valls n’a pas acquis la nationalité suisse. Mais les origines parlent d’elles-mêmes. De la Suisse, il a peut-être hérité son style simple et direct, sa prédilection pour le terrain. « Manuel a gardé un côté helvétique, note son oncle. Par son goût des langues – il parle parfaitement l’italien et le catalan. Son pragmatisme aussi. » Et son sens du consensus? « Il est très fier d’administrer une commune qui compte sept à huit églises de confessions différentes. Un bel exemple de tolérance religieuse! »

Evry. Sa grande mosquée, sa synagogue, sa pagode bouddhiste, la plus vaste d’Europe. Et sa célèbre cathédrale cylindrique, oeuvre de l’architecte tessinois – encore un! – Mario Botta.

A l’époque de la construction de l’édifice (1988-96), Manuel Valls n’est encore qu’un obscur secrétaire national du Parti socialiste, tendance réformiste. Mais Mario Botta le croisera plus tard, lors d’une brève visite à Evry. « Je me souviens d’un homme très dynamique et engagé, rapporte le grand architecte suisse. Il ne correspond pas, à mon avis, au style traditionnel des hommes politiques français. »

Le « Sarkozy de gauche »

Quand Valls sort du bois en 2007 avec un livre décapant, Pour en finir avec le vieux socialisme… et être enfin de gauche, la presse le décrit comme le « Sarkozy de gauche » . Même volonté de rupture avec le passé, même activisme forcené.

Le quadragénaire, plutôt court de taille et toujours bronzé, propose de rebaptiser le parti en supprimant le terme « socialiste » . Hérésie! Plus tard, il prônera, comme le président Sarkozy, la réduction des charges pesant sur les entreprises, compensée par une hausse de la TVA.

Lors de primaire socialiste à l’automne 2011, Manuel Valls se situera clairement à la droite du PS, une position saluée par l’hebdomadaire libéral « The Economist ». Sa bonne connaissance en matière de sécurité intérieure, ses critiques du « laxisme » supposé de la gauche font de lui un possible ministre de l’Intérieur.

Premier ministre? Pour l’heure, il fait figure d’outsider, face à des personnalités mieux installées dans le parti telles que Jean-Marc Ayrault ou Martine Aubry. « C’est un animal politique de premier ordre , résume son oncle Aurelio Galfetti. Il est peut-être un peu jeune pour atteindre le sommet de l’Etat. » Mais qui sait, dans deux ou trois ans?

 

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique